Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • « L’Etat, qui néglige l’adoption nationale » – Sylvie Blaison, signataire du plaidoyer pour l’enfance

Aide sociale à l’enfance

« L’Etat, qui néglige l’adoption nationale » – Sylvie Blaison, signataire du plaidoyer pour l’enfance

Publié le 16/10/2013 • Par Isabelle Verbaere • dans : France

Plusieurs centaines d’enfants placés à l’Aide sociale à l’enfance (Ase), délaissés par leurs parents, grandissent oubliés, sans projets de vie, ballottés de famille d’accueil en foyers. Certains pourraient pourtant bénéficier d’une adoption. Six professionnels lancent un appel à l’Etat afin que l’adoption nationale bénéficie enfin de moyens suffisants. Sylvie Blaison chef de service accueils et adoptions au conseil général du Val d'Oise, est l’une d’entre eux.

Plusieurs rapports (1) ont alerté sur la situation dramatique, des enfants délaissés. Pourquoi vous professionnels de terrain, avez-vous choisi de la dénoncer à votre tour ?

Parce que ces rapports, bien qu’ils aient énoncé des propositions très précises et positives pour les enfants, sont restés lettres mortes.Nous avons donc décidé de reprendre la main et d’alerter les pouvoirs publics à notre tour en envoyant un plaidoyer pour l’adoption nationale, d’abord aux institutions puis à la presse. Cette démarche est une première ! Nous sommes des professionnelles de l’Ase et du milieu associatif. Nous nous exprimons en notre nom propre. Nos propos n’engagent donc que nous-mêmes et pas nos institutions respectives.

Dans ce texte, vous évoquez le délaissement institutionnel dont seraient également victimes ces enfants, comme une double peine. Ce reproche à qui s’adresse-t-il ?

À l’Etat, qui néglige l’adoption nationale. Il n’y a pas d’organisation centrale, deux postes seulement lui sont dédiés au sein du Ministère de la famille. Les financements sont dérisoires : 89 000 euros en 2012. Avec au moins 6 millions d’euros comme budget annuel, les moyens financiers consacrés à l’adoption internationale paraissent très conséquents. Les moyens humains également. Elle est pilotée à la fois par l’Agence Française pour l’Adoption et la Mission de l’Adoption Internationale. Il ne s’agit pas de déshabiller Paul pour habiller Jacques. Ils font un travail remarquable. Mais en l’absence de financements suffisants pour mettre en oeuvre des actions de sensibilisation et de formation des acteurs de la Protection de l’Enfance, de nombreux enfants continueront à être placés des années, sans avoir la chance d’avoir accès à une famille.

Pourquoi a-t-on si peu recourt à la procédure judiciaire d’abandon, étape préalable à une éventuelle adoption ?

Le délaissement parental est une forme de maltraitance grave mais sous-estimée par les services en charge des enfants, dont la mission première est de maintenir ou restaurer des liens biologiques. Ils ont de réelles difficultés à constater l’abandon et à le faire valider juridiquement d’autant que ces requêtes ne sont pas toujours suivies par les juges, peu favorables également à la rupture des liens du sang.

Votre plaidoyer énumère dix propositions en faveur des enfants délaissés et de l’adoption nationale. Quelle est la plus urgente ?

Nous proposons à l’Etat de créer une cellule nationale dédiée à l’adoption des enfants pupilles de l’État, afin de mettre les enfants délaissés qui vivent en France, à égalité de moyens avec ceux de l’étranger. Elle coordonnerait tous les acteurs, élaborerait des outils pédagogiques et des supports de formation, apporterait un appui technique spécifique aux conseils généraux afin d’élaborer des projets de vie pour ces enfants qui pour certains peut-être l’adoption, le parrainage, la tutelle…

Les pupilles de l’Etat

• 166 enfants délaissés ont été admis comme pupilles de l’Etat après une procédure judiciaire d’abandon en 2011.

• Les enfants délaissés bénéficient d’une procédure judiciaire d’abandon à l’âge de 7 ans en moyenne. Ils ont été placés à 18 mois.70 % de ces pupilles de l’Etat ont ainsi été adoptés en 2011 (136), contre 52 % en 2005. 80 % d’entre eux sont adoptés par leur famille d’accueil à qui ils ont été confiés souvent depuis leur petite enfance.

Notes

Note 01 Rapports de : Jean-François Mattei (1995) ; Mission Colombani (2009) ; Rapport défenseur des droits (2011) ; Livre blanc Enfance et famille d’adoption (2012) ; Rapports Observatoire national de l’enfance en danger (2012 et 2013 Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« L’Etat, qui néglige l’adoption nationale » – Sylvie Blaison, signataire du plaidoyer pour l’enfance

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X