Changement climatique

A Nantes, les villes du monde déclarent vouloir préparer les Etats pour la Conférence Paris 2015 sur le climat

Par • Club : Club Techni.Cités

Fotolia

Réunis à Nantes les 27 et 28 septembre 2013, les maires offrent dans une déclaration commune leurs services en vue d’une coopération avec les Etats pour lutter contre le réchauffement climatique et mettent l’accent sur les moyens financiers.

A l’heure où le GIEC tirait à nouveau la sonnette d’alarme, une centaine de maires et dirigeants territoriaux de grandes et moins grandes villes du monde ont adopté lors du sommet mondial de Nantes des 27 et 28 septembre 2013 une déclaration sur le changement climatique, véritable feuille de route Climat des gouvernements locaux pour 2013-2015.

A la suite de la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) adoptée par 154 Etats au cours du sommet de la terre de Rio en 1992, puis du protocole de Kyoto sur le climat en 1997 et des engagements pris en application par les Etats avec la feuille de route de Bali (2007 – 2012), les grandes villes du monde ont apporté leur pierre. Dès 2010, 138 villes et agglomérations du monde entier signaient le pacte climatique mondial des villes de Mexico.

Une déclaration incisive – La déclaration de Nantes du 28 septembre n’est-elle qu’un document d’intentions de plus ? Ce n’est pas l’avis de Ronan Dantec, sénateur, conseiller municipal de Nantes et porte-parole de Cités et gouvernement locaux unis (CGLU) qui a œuvré depuis juillet dernier au texte avec le Conseil international pour les initiatives écologiques (ICLEI) : « La déclaration de Nantes est cette fois démultipliée par sa signature, non par des villes et agglomérations, mais par les réseaux de ces dernières (8 réseaux internationaux et 8 réseaux français, ndlr). ICLEI, c’est déjà 1 000 adhérents ». Les signataires s’engagent d’ailleurs à des dialogues réguliers entre ces réseaux. D’autre part, si le pacte de Mexico évoquait la recherche de partenariats avec les gouvernements nationaux, la déclaration de Nantes se montre incisive dans son offre de coopération : « offre d’expertise », « incitation à s’engager, à agir en synergie avec d’autres processus multilatéraux (cadre d’action de Hyogo sur les risques de catastrophes, plan d’action de Nagoya pour la biodiversité, etc) », « invitation aux ministres et aux maires à participer à des dialogues réguliers ».

« La mobilisation des villes peut changer la donne » – Quand le pacte de Mexico n’aborde que brièvement la recherche du « soutien des gouvernements nationaux et d’organismes multilatéraux de financement », la déclaration de Nantes se veut plus réaliste, consacrant 8 de ses 19 points au financement. Il s’agit d’abord de « mobiliser dans nos budgets locaux les financements nécessaires à la mise en œuvre d’actions locales à faible intensité de carbone et de mesures d’adaptation », dont il faudra « assurer la transparence ». Les Etats sont incités « à s’assurer que les gouvernements locaux aient les capacités et ressources nécessaires » et à développer des mécanismes de financements globaux (type Fonds vert pour le climat, Fonds pour l’environnement mondial, etc), à unifier les mesures et contrôles de l’action climatique et à « réduire progressivement les subventions aux énergies fossiles pour financer l’action climatique locale ».

Enfin, la déclaration en appelle aussi aux banques, institutions financières publiques, fonds privés et associatifs pour « augmenter l’allocation de fonds à l’action climatique locale ».

Prochaine étape : Paris 2015 – Toute l’énergie des signataires est mobilisée en vue de la prochaine conférence des Nations unies sur les changements climatiques, qui, après celle de Durban en 2011, aura lieu à Paris en 2015. Objectif : « l’adoption au plus tard avant celle-ci d’un plan d’action impliquant les gouvernements locaux ». Et Ronan Dantec de conclure : « La mobilisation des villes peut changer le cours des choses ».

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X