Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Droits de l'homme

Amnesty International condamne les expulsions forcées de Roms

Publié le 26/09/2013 • Par Marianne Langlet • dans : France • Source : Gazette santé sociale.fr

Un rapport d'Amnesty International rendu public mercredi 25 septembre estime que les garanties procédurales des expulsions de Roms de France n'ont pas toutes été respectées.

« C’est un cycle infernal » juge Marion Cadier, auteur du rapport « Condamnés à l’errance » d’Amnesty international. Ce rapport, rendu public le 25 septembre, revient sur les expulsions forcées de personnes roms en France, « forcées » car toutes les garanties procédurales, exigées par le droit international, n’ont pas été respectées.

Un cycle infernal d’expulsions-réinstallations – Au cours de son enquête réalisée dans les villes de Lille et Lyon, Marion Cadier a observé le même cycle partout : les personnes sont expulsées de leur campement, généralement aucune solution d’hébergement ne leur est proposée sinon, parfois, quelques nuitées d’hôtel. Après quelques temps d’errance, elles se réinstallent dans un autre campement informel. Et l’histoire se répète.

Une jeune femme roms de 26 ans, témoigne, dans le rapport d’Amnesty, de quinze expulsions depuis son arrivée en France en 2002.
Au cours du premier semestre 2013, 10 174 Roms auraient été ainsi évacués. « Un nombre record depuis 2010 » souligne John Dalhuisen, directeur du programme Europe d’Amnesty international. Plus d’une personne roms sur deux : 15 à 20 000 personnes roms vivraient en France. Or, l’accélération des expulsions aggrave une paupérisation déjà extrême. Au delà de l’habitat, les personnes perdent les quelques fils d’intégration éventuellement tissés.

Une circulaire à l’application très disparate – Envoyée le 26 août 2012 à tous les préfets, une circulaire signée par sept ministres, dont le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, proposait pourtant une autre approche.
Elle préconisait une concertation de tous les acteurs avant toute expulsion, la réalisation d’un diagnostic social des familles et la recherche de solutions alternatives d’hébergement.
Or, son application est très disparate. « Cette circulaire n’est pas contraignante, elle reste à la discrétion du préfet » regrette Marion Cadier.

Les communes, elles, renvoient la problématique à l’Etat : « La responsabilité de l’Etat n’est pas de vider des terrains pour mettre les personnes à la rue, c’est de trouver d’autres solutions, trouver une solidarité nationale pour accueillir les 20 000 Roms qui sont sur notre territoire », a déclaré Martine Aubry, maire de Lille, le 24 septembre jugeant anormal que Lyon, Lille et la Seine-Saint-Denis accueillent 90% de la population roms.

« Instrumentalisation politique » – La mairie de Loos voisine, tenue par le maire PS, Daniel Rondelaere, regrette « l’instrumentalisation politique » d’une problématique « liée à la misère » et plaide pour une « réflexion collective ». La ville a travaillé en concertation avec la préfecture pour réinstaller des familles roms de deux campements sauvages sur un « lieu d’accueil provisoire ». La préfecture a mandaté deux associations pour accompagner les familles. Un collectif d’habitants riverains s’est créé pour venir en aide aux personnes et contrer les manifestations de rejet, portée par la candidate de l’opposition. Quelle influence a eu, dans ce contexte local, les propos du ministre de l’intérieur ? La mairie n’a pas souhaité se prononcer.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Amnesty International condamne les expulsions forcées de Roms

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X