Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Urbanisme

PLU : passerons-nous à « l’heure intercommunale » ?

Publié le 26/09/2013 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

Michel Piron

Michel Piron

député (UDI) de Maine-et-Loire et président délégué de l’Assemblée des Communautés de France

En juillet, lors de l’examen du projet de loi pour l’accès au logement et à un urbanisme rénové (Alur), la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale a adopté à l’unanimité le principe du transfert aux intercommunalités de la compétence d’élaboration des plans locaux d’urbanisme (PLU).
Pour m’être efforcé, en mai 2010, de convaincre mes collègues parlementaires d’aller dans ce sens lors des débats sur la loi portant engagement national pour l’environnement, dite « Grenelle 2 », je ne peux que souscrire à une telle avancée. Rejetée alors, cette orientation devrait trouver désormais davantage de soutiens dans les différentes travées de l’hémicycle.

La question de l’échelle pertinente pour planifier l’utilisation des sols est devenue d’autant plus importante qu’elle déterminera la possibilité ou non d’un aménagement durable de nos territoires au cours des prochaines décennies. Même s’il n’en est pas une condition suffisante, l’urbanisme intercommunal est devenu la condition certainement nécessaire pour rétablir une relation plus harmonieuse – au-delà des frontières communales – entre lieux d’habitation, lieux d’activités et de services, et déplacements.

Maîtriser les enjeux – La dilatation des agglomérations, les interdépendances croissantes entre villes et campagnes, la faiblesse et l’isolement de nombreuses communes rurales plaident pour un changement d’échelle de l’approche urbanistique. La maîtrise politique de l’ingénierie et la capacité à dominer les enjeux fonciers sont également à ce prix.

Alors que certains fantasmes sont encore agités, j’aimerais simplement rappeler que le but du plan local d’urbanisme intercommunal n’est pas de déposséder les maires et les équipes municipales du sujet, mais de leur permettre, au contraire, de définir ensemble les contours futurs de leurs territoires.

Des garanties importantes ont été introduites dans le projet de loi pour que les PLU intercommunaux soient le fruit d’une véritable coélaboration entre communautés et communes. Espérons que les débats qui s’ouvrent seront préservés des postures convenues comme de la tentation de l’immobilisme, pour ne considérer que l’intérêt général et l’efficacité de nos politiques publiques locales.

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

PLU : passerons-nous à « l’heure intercommunale » ?

Votre e-mail ne sera pas publié

PETIOT Rémy

27/09/2013 10h33

Monsieur PIRON dit très poliment l’essentiel de l’intérêt des PLUI. J’ajouterai que l’on ne peut vouloir tout et son contraire: modeler un PLU communal pour satisfaire à des intérêts particuliers et se plaindre de la pression des intérêts individuels. L’intercommunalité n’est pas un organisme étranger aux communes, elles la forment et la font vivre, elles la feront mieux accepter lorsque ses représentants seront élus directement par les citoyens, et que les pouvoirs du Président seront plus partagés. Il faut pour cela revisiter le CGCT afin que la gouvernance de toutes les collectivités ne soit plus aux mains d’une seule personne.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X