Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

Congrès de Nantes : la charge des régions contre « l’Etat vertical »

Publié le 20/09/2013 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Le président de l’Association des régions de France, Alain Rousset (PS) s’en est pris à la présence des préfets dans les conférences territoriales de l’action publique, en clôture du congrès de son groupement, le 20 septembre 2013, à Nantes.

Pour Alain Rousset, les conférences territoriales de l’action publique ne permettent pas de rétablir la confiance entre les collectivités et l’Etat. Ces instances, introduites dans le premier projet de loi « Lebranchu » cèdent, selon lui, à « la comitologie ». Pire, en octroyant une représentation de droit aux préfets au sein de ces instances, l’Assemblée, soutenue par le Gouvernement, consacre, d’après Alain Rousset, une vision dépassée par la décentralisation.

Peu d’annonces gouvernementales – Le président de l’ARF souhaite que les présidents de région puissent incarner l’Etat sur leur territoire, au même titre que les maires dans leur commune. A ses yeux, il est temps d’en finir avec les doublons, « les 170 organismes » dans le domaine de l’emploi, recensés dans certaines régions.

« Depuis la phase de décentralisation, les inégalités ont plutôt diminués » fait-il valoir. Le président de l’ARF croit avant tout à « l’équité ». « C’est une erreur de nommer un commissaire général à l’égalité des territoires, juge-t-il. La vallée d’Aspe ne sera jamais la plaine de la Beauce. »

En clôture de son discours, Alain Rousset a comparé le sort que réserve l’Etat aux présidents de région à celui de Sisyphe. Une conclusion logique pour un congrès, pauvre en annonces gouvernementales, au cours duquel les dirigeants de l’ARF ont souvent donné le sentiment d’être livrés à eux-mêmes.

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Congrès de Nantes : la charge des régions contre « l’Etat vertical »

Votre e-mail ne sera pas publié

Pierrick Hamon

22/09/2013 10h55

Bravo, il faut en effet enfin clairement choisir : soit un Etat encore centralisé, soit un Etat véritablement décentralisé, comme le proposait Jean-Pierre Raffarin. Pas sur que Marylise Lebranchu n’ait pas discrètement apprécié le discours d’Alain Rousset alors qu’elle doit subir la pression de + en + forte des étatistes de tous poils et de certaines des multiples associations de collectivités…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X