Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Protection sociale

L’hôpital appelé au secours de la Sécurité sociale

Publié le 18/09/2013 • Par Olivier Bonnin • dans : France

La Cour des comptes appelle au développement de la chirurgie ambulatoire et de l'hospitalisation à domicile.

C’est par une bonne nouvelle que s’ouvre, cette année, le traditionnel rapport de la Cour des comptes sur la Sécurité sociale : le déficit des régimes obligatoires de base se résorbe. Il s’est allégé de près de 10 milliards d’euros en deux ans, passant de -25,5 milliards en 2010, à -15 milliards en 2012. La mauvaise nouvelle est qu’en 2013, ce redressement connaîtra « un véritable coup d’arrêt » du fait de « l’atonie de la croissance », a annoncé Didier Migaud, le premier président de la Cour des comptes, en présentant le rapport à la presse le 17 septembre 2013… Et « pour la seule branche maladie, (le déficit) pourrait augmenter de 2 milliards d’euros. » Puisque la solution de « la mobilisation de recettes supplémentaires atteint des limites », selon Didier Migaud, il reste donc à s’attaquer aux dépenses…

Gisements – Non que la Cour des comptes préconise « une baisse des dépenses sociales », précise le premier président ; mais « elle considère comme indispensable un ralentissement de la croissance ». Or « des gisements d’économie considérables existent dans l’assurance maladie, sans compromettre, bien au contraire, la qualité des soins ni l’égalité d’accès au système de santé », souligne Didier Migaud. Ainsi la juridiction a-t-elle prospecté, pour cette édition 2013, des sources « d’efficience » dans les hôpitaux, qui absorbent à eux seuls 44% de la dépense d’assurance maladie, et n’ont pourtant été soumis qu’à « des contraintes d’économies relativement modestes ».

Les sages y décrivent un gisement prometteur : le développement de la chirurgie ambulatoire. Il rejoindrait « l’intérêt des patients, qui n’ont pas à séjourner à l’hôpital avant comme après l’opération, comme celui de l’assurance maladie, par les économies majeures qu’elle permet », souligne le premier président. Or malgré les incitations, les séjours chirurgicaux en ambulatoire ne représentaient encore que 39,5% des interventions chirurgicales en 2011 – loin des taux obtenus en Europe du Nord, de 74% au Danemark par exemple, ou de 69% en Suède, en 2009… Et ce retard est encore plus marqué dans les établissements publics – ceux de la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) spécialisés en médecine, chirurgie, obstétrique (MCO), assurant à eux seuls « 66% de la chirurgie ambulatoire au plan national », comme n’a pas manqué de le souligner leur président Lamine Gharbi…

Pourtant l’Agence nationale d’appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (Anap) a déjà estimé que près de 5 milliards d’euros pourraient être économisés, chaque année, grâce au développement de la chirurgie ambulatoire. Encore faudrait-il utiliser pleinement les places disponibles, et… fermer une partie des lits consacrés aux hospitalisations à temps complet, qui ne sont plus occupés qu’à 67%.

Restructurations – Le développement de l’hospitalisation à domicile pourrait, lui, permettre des économies plus modestes. « Les expériences étrangères les plus abouties montrent qu’elle peut représenter jusqu’à 5% des hospitalisations », écrivent les auteurs du rapport 2013 ; en France, cette pratique à l’interface de la ville et de l’hôpital « ne représente que 0,6% de l’ensemble du court séjour ».

Enfin la Cour des comptes consacre, cette année, deux chapitres à la place des hôpitaux privés à but non lucratif, et à l’avenir des hôpitaux locaux. « Les mutations de ces établissements doivent s’amplifier », plaide Didier Migaud. Il appelle ainsi les premiers à profiter de leur « statut original, notamment la souplesse que leur confèrent les règles de droit privé ». La Cour recommande notamment d’accélérer « les restructurations en cours des établissements privés à but non lucratif pour un retour rapide à l’équilibre financier »… Que les hospitaliers, cependant, se rassurent : la Cour des comptes n’omet pas d’appeler bien d’autres acteurs à la rescousse de la Sécurité sociale…

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’hôpital appelé au secours de la Sécurité sociale

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X