Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

  • Accueil
  • Actualité
  • A la une
  • Emplois d’avenir : les pistes du ministre délégué à la Ville pour booster le dispositif en ZUS

Politique de la ville

Emplois d’avenir : les pistes du ministre délégué à la Ville pour booster le dispositif en ZUS

Publié le 04/09/2013 • Par Sophie Le Gall • dans : A la une, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

François Lamy
Jean Ber
Interrogé, mardi 3 septembre 2013, devant une mission d'information parlementaire consacrée aux Emplois d’avenir, François Lamy a dressé un bilan en demi-teinte – environ 5 000 contrats signés en ZUS fin août 2013- et suggéré des améliorations à apporter au dispositif.

Alors que le gouvernement a fixé le cap de 20 % de contrats signés en Zones urbaines sensibles (ZUS) en 2013 et de 30% en 2014, environ 5 000 des 50 000 emplois d’avenir engagés à ce jour concernent des jeunes des quartiers relevant de la politique de la ville (pour un objectif total de 100 000 contrats signés d’ici fin 2013). Concernant, justement, les bilans chiffrés de la mesure, François Lamy a souligné que l’analyse n’est pas pertinente à l’échelle départementale et qu’il convient plutôt d’observer les chiffres “à l’échelle des bassins d’emplois”. “Pour les jeunes du département du 93, la mesure est à étudier à l’échelle de l’Ile-de-France”, a-t-insisté.

Des freins identifiés – Devant la mission d’information parlementaire présidée par le député (PS) Jean-Marc Germain, François Lamy a cerné différents freins, comme :

  • Le profil de ces jeunes qu’“il faut aller chercher car ils ne sont pas inscrits à Pole Emploi ». Les plus fragiles d’entre eux “vivent dans un monde à part”, a expliqué le ministre.
  • La faible mobilité de ces jeunes.
  • Les difficultés financières rencontrées par certaines collectivités et associations qui ne les incitent pas à embaucher. “Les collectivités situées en ZUS sont, comme le public de ces territoires, des collectivités en difficulté”, a souligné le ministre.
  • La discrimination dont sont victimes les habitants des quartiers.

Des pistes d’amélioration – François Lamy a suggéré diverses solutions, qui ont vocation à être étudiées voire reprises par la mission d’information parlementaire, comme :

  • Faire appel à des agences de recrutement spécialisées dans l’emploi en ZUS qui pourraient aider au repérage de potentiels candidats. Le ministre a cité le cas du cabinet RH associatif Mosaïque Emploi.
  • Faire davantage appel à l’expertise des délégués du préfet.
  • Missionner des agents du Pôle emploi dans les quartiers afin de gagner en proximité.

La problématique de la dérogation – Par dérogation, dans les zones urbaines sensibles (et aussi certaines zones rurales et en outre-mer) les diplômés jusqu’à bac + 3 en recherche d’emploi depuis plus d’un an sont éligibles aux contrats d’avenir prévus, dans leur globalité, pour les jeunes non qualifiés. Pour Isabelle Le Callenec, députée UMP, membre de la commission parlementaire, cette mesure de dérogation peut s’avérer défavorable pour les moins qualifiés. A cette remarque, le ministre a répondu que les jeunes qualifiés et les jeunes non-qualifiés ne sont pas mis en concurrence. “Par exemple, seuls des jeunes qualifiés peuvent être recrutés pour travailler dans les Point d’information multi-services”, a-t-il donné en exemple.

Le mode de recrutement des collectivités en cause – Pour le député (PS) Jean-Marc Germain se pose également la question des critères de recrutement des collectivités. “Un jury qui analyse des dossiers de candidature peut avoir tendance à embaucher le jeune le moins en difficulté et à ne pas donner sa chance à celui qui est le plus en difficulté”, a-t-il expliqué. “N’y a-t-il pas moyen de mettre en place une discrimination positive ?” , a-t-il demandé au ministre. François Lamy a répondu que cela lui semblait “difficile” et qu’il préférait s’en tenir au principe du pourcentage de contrats signés en ZUS à atteindre.

Enfin, concernant les collectivités qui se refusent en employer, sur décision politique, des contrats d’avenir – la ville de Nîmes a été citée – le ministre a estimé que la période préélectorale qui allait s’ouvrir serait “favorable au débat” sur ces contrats aidés “comme sur d’autres politiques publiques”.

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Emplois d’avenir : les pistes du ministre délégué à la Ville pour booster le dispositif en ZUS

Votre e-mail ne sera pas publié

Girondin

04/09/2013 05h19

Tout cela est très bien mais si on réalise des contrats d’avenir car on a besoin d’embaucher , pourquoi embaucher de la main d’oeuvre si bon marché ? Pour réaliser l’objectif de Francois Hollande en matière de taux de chomage des jeunes pour la fin 2013 ?
Les CES, les CEC etc…ont déjà fait en leur temps ce type d’emploi ne sert qu’à faire baisser le taux et le nombre de chomeurs mais réellement je trouve inadmissible de se servir d’une main d’oeuvre qui peut être diplomée pour peu de chose ce qui ecoeure davantage les jeunes au lieu de les enthousiasmer pour travailler.
Quelle motivation quand à la fin du mois après avoir sorti la moitié de vos frais de transport, vos repas, de vous voir verser un salaire de misère sachant que l’employeur encaisse des primes de l’état et que vous ne lui couter pas grand choses.
Encore une fois il sagit d’une aide aux employeurs ou collectivités.
Je pense sincèrement que les auto entrepreneurs étaient mieux avec ce qui va se produire en matière de seuil de revenu plus rien de motivant.Mais bon nos députés et ministres continuent de cumuler jusqu’en 2017.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X