Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Gens du voyage

Un grand rassemblement 2013 dans le chaos politique et religieux

Publié le 03/09/2013 • Par Olivier Berthelin • dans : France

Elus locaux de la région de Gien (Loiret), parlementaires PS et UMP ainsi que les responsables de l’association Vie et Lumière s’accordent pour critiquer le ministre de l’Intérieur. En effet, imitant son prédécesseur Claude Guéant, Manuel Valls a refusé de louer un terrain de l’Etat pour le traditionnel grand rassemblement tsigane de fin août 2013.

Comme en 2011, les organisateurs doivent donc du 25 août au 1er septembre se réfugier sur leur propriété de Nevoy dans le Loiret où ils organisent déjà tous les ans depuis 1989 un rassemblement de printemps. « Je déplore la décision prise par le ministère de l’Intérieur en dépit des mises en garde faites par les élus », remarque le sénateur (PS) Jean-Pierre Sueur.
Le parlementaire rappelle que l’Etat avait, en 2011, promis qu’il n’y aurait pas plus d’un grand rassemblement par an à Nevoy. Le gouvernement de l’époque avait cédé aux pressions d’élus Alsaciens, s’opposant à la tenue de la manifestation sur la base aérienne de Colmar. « Nous ne comprenons pas ce qui s’est passé avec Monsieur Valls. Le 17 juillet, le ministre m’annonçait que Matignon devait encore arbitrer entre 2 sites capables de nous accueillir. Quelques jours après, le ministère nous annonçait qu’il n’y avait plus de terrain disponible », raconte le pasteur Joseph Charpentier, responsable de l’organisation des grands rassemblements.
Rabattus en catastrophe à Nevoy – La convention d’été étant le temps fort de la vie de son mouvement religieux – membre de la Fédération Protestante de France – il n’était pas envisageable de la supprimer.  Aussi comme en 2011, les organisateurs se sont rabattus en catastrophe à Nevoy (Loiret). Avec ses 130 hectares de terres agricoles,  la propriété est juste suffisante pour le rassemblement de printemps et peine à recevoir la très grande manifestation d’été. « Deux grands rassemblements dans l’année c’est trop car avec 15 à 20 000 personnes la population est doublée », déplore Patrick Chierico, maire (UDI) de Gien, ville voisine qui mobilise ses services techniques pour soutenir les services du village de Nevoy. « Nous n’avons rien contre les gens du voyage et nous acceptons le rassemblement de printemps qui est très profitable aux commerçants. Mais surtout à cause des problèmes de circulation le deuxième rassemblement est de trop », précise l’élu. Les responsables de Vie et Lumière qui comptent des membres dans toute la France appellent de leurs vœux des terrains répartis aux quatre coins cardinaux pouvant être utilisés à tour de rôle. Décrit dès 2008 dans un rapport du sénateur Hérisson (UMP), ce dispositif a été depuis était considéré comme le seul volet du dossier gens du voyage fonctionnant convenablement (1).

Les deux parlementaires et les responsables de Vie et Lumière espèrent être entendus début septembre 2013 par Manuel Valls. « Nous sommes lassés des promesses non tenus et très inquiets pour l’avenir des gens du voyage. Car c’est bien eux qui sont visés, pas la religion », déclare le pasteur Claude Baty, président de la Fédération protestante de France qui compte Vie et Lumière parmi ses églises membres. Il souligne avec amertume le paradoxe qui dresse des obstacles devant la convention des évangéliques tsiganes alors que ces mêmes voyageurs seront présents fin septembre au cœur de Paris dans le cadre d’une fête rassemblant l’ensemble des protestants (2).

Cet article est en relation avec les dossiers

Notes

Note 01 Les rapports Hérisson 2008/2012, Quentin 2010 et de la Cour des comptes 2012 abordent la question des grands rassemblements Retour au texte

Note 02 La loi du 9 décembre 1905 sur la séparation des églises et de l’Etat précise la neutralité des pouvoirs publics par rapport aux questions religieuses. Au nom de la laïcité l’Etat doit faciliter l’exercice des différents cultes, notamment en permettant la réalisation de manifestations religieuses dans l’espace public de la même manière qu’il facilite les manifestations sportives ou culturelles. L’Article L2214-4 du code des collectivités territoriales renforce cette obligeant l’Etat à se substituer au maire lors « des grands rassemblements d’hommes » Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Un grand rassemblement 2013 dans le chaos politique et religieux

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X