En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

0

Commentaire

Réagir
Imprimer

Gens du voyage

Gens du voyage : la désolation du maire d’Hermanville-sur-mer

Publié le 26/07/2013 • Par Géraldine Lebourgeois • dans : Régions

Imprimer

0

Commentaire

Réagir

Pendant huit jours, une trentaine de caravanes de gens du voyage ont stationné sur les terrains de sport de la station balnéaire d’Hermanville-sur-mer. Les négociations pour un déménagement sur des aires aménagées ont été infructueuses. Le maire avait même entamé une action en justice.

 

Arrivés le 16 juillet 2013 à Hermanville-sur-mer (2 777 habitants), sur la côte calvadosienne, des gens du voyage se sont installés dans un quartier tout récemment aménagé, avec logements sociaux et terrains de sport en particulier. Ces terrains d’environ deux hectares étaient auparavant vierges et propriétés d’un agriculteur qui s’entendait avec les familles nomades pour les accueillir quelques semaines en été.

Depuis le rachat par la commune, des « obstacles » avaient été installés pour éviter la violation des lieux… « Ils ont réussi à les déplacer », n’a pu que constater le maire, Jacques Lelandais, quand il fût informé du stationnement d’une trentaine de caravanes. « La gendarmerie est intervenue dès leur arrivée. Nous avons entamé des négociations en présence de la préfecture et du service ‘gens du voyage’ de la communauté d’agglomération Caen-la-mer dont nous faisons partie. Nous avions à leur disposition six aires d’accueil des gens du voyage possibles, dont trois de grand passage. Des aires avec électricité et tout le nécessaire, à quatre kilomètres de là. »

Taux de réalisation des aires d’accueil de près de 93 % - En octobre 2012, un rapport de la Cour des comptes souligne en effet que la Basse-Normandie fait partie des bons élèves avec un taux de réalisation des aires d’accueil des gens du voyage de près de 93 %. Caen-la-mer aura pour sa part atteint les objectifs d’aménagement en 2014 avec une septième et dernière aire.

Des aménagements aux normes mais refusés par les familles arrivées à Hermanville, à l’appui de deux arguments principaux : la volonté d’être au calme, entre eux, de ne pas se mélanger à des familles d’une autre confession religieuse et d’être à proximité de la mer, au cœur de l’activité économique qui bat son plein en cette saison.

Les terrains de sport inutilisables - « Ma grande désolation », poursuivait mardi 23 juillet, après huit jours de conflits, Jacques Lelandais, interrogé par La Gazette, « c’est que les terrains de sport se trouvent désormais inutilisables. Il y a des dégâts, provoqués par les véhicules, camions, caravanes… mais aussi par les eaux de lavage des machines à laver, les barbecues faits sur place… et à plusieurs reprises ils ont fracturé des transformateurs électriques pour se brancher directement dessus. Malgré le passage du technicien. »

Huit jours après leur installation, les familles ont finalement quitté les lieux le 23 juillet. Comme elles l’avaient d’ailleurs évoqué un temps dans les échanges houleux avec le maire, qui s’est senti menacé : « Dimanche, d’autres sont arrivés, un peu trop belliqueux… ils ont affirmé qu’ils resteraient un mois… »
Dans cette tension, l’élu avait décidé d’engager une action en justice. Une procédure d’expulsion en référé était en cours auprès du tribunal administratif de Caen. Le jour du départ, un huissier était d’ailleurs passé le matin pour relever les numéros d’immatriculation.

Haut de page

Cet article est en relation avec

Imprimer

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Citoyenneté et droits de l'hommeContentieux

Régions Basse-Normandie

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.