Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • A la une
  • 3 questions à Alain Tarou, directeur de la culture et des sports au conseil général d’Indre et Loire

Culture

3 questions à Alain Tarou, directeur de la culture et des sports au conseil général d’Indre et Loire

Publié le 24/04/2006 • Par Estelle Mallet • dans : A la une, France

 » Nous refusons que le grade de directeur soit transformé en emploi fonctionnel  »

1) Depuis le début de l’année un groupe de 150 directeurs se mobilise pour améliorer leur situation de carrière. Quelles sont vos revendications ?
Les directeurs territoriaux ont aujourd’hui un déroulement de carrière limité. Beaucoup d’entre eux, d’une moyenne d’âge de 50 ans ou plus, sont bloqués en fin d’échelon et la promotion au grade d’administrateur n’est pas une réponse adaptée à leur situation. Nous demandons qu’ils puissent avoir de vraies perspectives de carrière, ce qui passe par une revalorisation du grade de directeur et une revalorisation indiciaire. Il faut savoir que les directeurs territoriaux sont positionnés entre les attachés principaux et les administrateurs, et qu’il n’y a que 67 euros d’écart entre leur rémunération et celle des attachés principaux en fin de carrière. Dans ce cadre, nous proposons la création de deux échelons indiciaires supplémentaires : 1015 et hors échelle A (HEA).

2) Quelle(s) réponse(s) vous a-t-on apporté ?
Nous avons attiré l’attention des deux ministres de la fonction publique et des collectivités locales, Christian Jacob et Brice Hortefeux. Ce dernier nous a adressé un courrier courant février dans lequel il nous indiquait « être sensible à nos préoccupations ». Nous nous sommes également adressés à la direction générale des collectivités locales (DGCL) qui a récemment fait parvenir une note d’orientation au conseil supérieur de la FPT proposant une modification radicale : la transformation du grade de directeur en emploi fonctionnel. Il s’agit en fait d’une transposition des mesures prises pour les directeurs de préfecture. La DGCL n’exclut pas également l’accès au HEA mais en limite le nombre d’emplois à 15…
Enfin, il faut préciser que nos demandes ont été relayées au niveau des ministères par de nombreux parlementaires, des présidents de conseils généraux ou encore plusieurs organisations professionnelles.

3) Quel est votre sentiment ?
Nous sommes radicalement opposés à cette proposition de transposition qui répond, dans la fonction publique d’Etat, à un problème bien précis, celui de la réduction et de la fusion des corps qui est sans objet dans la FPT puisque son organisation en filière et cadre d’emplois est considérée comme exemplaire par le ministère de la fonction publique (cf. site internet du ministère). Par ailleurs, cette fonctionnalisation aurait pour conséquence une extrême précarité pour les directeurs qui deviendraient révocables à tout moment. Cela pourrait conduire à une « politisation » des emplois, avec le risque de multiplier les décharges de fonction à chaque alternance. La création d’un emploi fonctionnel de directeur aurait aussi pour conséquence de réduire les grades du cadre d’emplois des attachés à 2 (attaché et attaché principal) et donc de réduire la durée de carrière. Enfin, la DGCL nous propose de créer éventuellement un seul échelon supplémentaire1015, c’est-à-dire un 8ème échelon qui aurait pour seule conséquence une augmentation de la rémunération des directeurs de 23 points d’indice majoré, soit 94 euros mensuel ce qui n’est pas satisfaisant. Nous attendons ainsi un retrait de ces mesures et un examen réel de notre situation.

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

3 questions à Alain Tarou, directeur de la culture et des sports au conseil général d’Indre et Loire

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X