Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Energie

En Lorraine, pas touche aux « panneaux du mineur » sur l’autoroute

Publié le 19/07/2013 • Par avec l'AFP • dans : Régions

Les mines de charbon sont bel et bien fermées en Lorraine, mais le souvenir et la fierté restent vivaces : des élus qui voulaient remplacer des panneaux touristiques évoquant ce passé ont dû renoncer à le faire cette semaine, face à la polémique.

Trois panneaux représentant des gueules noires devant un chevalement de mine, placés aux abords de l’A320 et de l’A4 en Moselle, devaient être remplacés par des pancartes encourageant le tourisme vert dans la région.

Mais cette proposition a aussitôt entraîné plusieurs centaines de commentaires indignés sur les réseaux sociaux : « Les mineurs ne peuvent être effacés du passé lorrain et ne doivent pas être oubliés ! (…) Ces panneaux ne peuvent être enlevés ! » a par exemple posté Fred Maurice, professeur des écoles.

« Ces panneaux représentent ce qu’on a fait, ce qu’on a été », a souligné Alfred Dome, mineur à la retraite et président d’une association d’anciens mineurs.

Le vice-président du Front national Florian Philippot a, lui, dénoncé mercredi dans un communiqué « une atteinte grave à l’identité du bassin houiller ».

« Il n’était nullement dans notre intention de dénigrer l’histoire de la mine », a assuré Paul Fellinger, président du Schéma de cohérence territoriale (Scot) du Val de Rosselle, regrettant une « certaine récupération politique » de l’affaire.

Se disant « surpris » par l’ampleur de la polémique, M. Fellinger a finalement renoncé au retrait des pancartes.

La dernière mine de charbon en Moselle, qui était aussi la dernière en France, a fermé en 2004.

Régions

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

En Lorraine, pas touche aux « panneaux du mineur » sur l’autoroute

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X