Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Fonction publique

L’annonce de la suppression de 15 000 postes de fonctionnaires indigne les syndicats

Publié le 13/06/2006 • Par La Rédaction • dans : France

Dominique de Villepin a décidé lundi 12 juin, dans le cadre du budget 2007, dernier du quinquennat, de tailler dans les effectifs de la fonction publique avec une suppression nette de 15.000 postes, soit près de trois fois plus qu’en 2006 (5.300), dont un peu plus de 7.000 au sein de l’Education nationale.
Ce solde de 15.000 provient de la différence entre les quelque 19.000 postes équivalents temps plein supprimés et les 4.000 créés dans le même temps. Cette réduction, qui constitue quasiment le triple de celle enregistrée en 2006 (- 5.300), représente « 500 à 600 millions d’économies », une somme qui sera pour moitié rétrocédée aux administrations concernées.
Les syndicats dans leur ensemble condamnent vertement cette décision. C’est une « vision purement comptable » de la part de Jean-François Copé, le ministre délégué au Budget, et le Premier ministre, a critiqué le secrétaire général de FO-fonctionnaires Gérard Noguès, constatant que la Fonction publique était « la variable d’ajustement budgétaire du gouvernement: à partir du moment où il décrète qu’il faut réduire la dette et qu’il baisse les impôts, il est obligé de réduire les dépenses et il taille dans les effectifs des fonctionnaires ».
« C’est inacceptable et inadmissible », s’est emporté Jean-Marc Canon (CGT). Rappelant qu’il n’y avait « pas plus de fonctionnaires aujourd’hui qu’il y en avait il y a une dizaine d’années », M. Canon a qualité de « dogmatique » l’attitude du gouvernement.
Le responsable CGT a souligné que les effectifs de la fonction publique connaissaient une baisse pour « la cinquième année » consécutive. Les effectifs de fonctionnaires ont été réduits de 1000 en 2003, 4500 en 2004, 7200 en 2005, 5318 en 2006.
« Supprimer des postes sans analyser les missions des fonctionnaires, c’est irresponsable », a renchéri Elisabeth David (Unsa), dénonçant « un mépris du travail réalisé chaque jour par les fonctionnaires ». Gérard Aschiéri (FSU), s’est dit de son côté « choqué et très en colère » par une décision qui « manifeste d’une myopie économique et sociale dramatique ».

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

L’annonce de la suppression de 15 000 postes de fonctionnaires indigne les syndicats

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X