Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Aménagement du territoire

Frédéric Cuvillier annonce une solution sur mesure pour la Route Centre Europe Atlantique

Publié le 15/07/2013 • Par Pablo Aiquel • dans : Régions

Sans péages en Saône-et-Loire et à travers une concession autoroutière dans l’Allier, la proposition du gouvernement, jeudi 11 juillet 2013 pour doubler la « route de la mort », satisfait à peu près tout le monde.

Comme un symbole, le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, a souhaité annoncer en Saône-et-Loire et dans l’Allier la solution mixte trouvée pour aménager à 2×2 voies le tiers central de la Route Centre Europe Atlantique (RCEA).

« C’est le premier projet qui se concrétise après l’annonce, deux jours avant, par le premier ministre Jean-Marc Ayrault, d’un grand plan de crédits publics, dans lequel la RCEA est un enjeu prioritaire de première catégorie », a expliqué Frédéric Cuvillier.

Sur l’axe Montmarault (Allier)-Mâcon (Saône-et-Loire), d’environ 120km, circulent jusqu’à 10.000 poids lourds qui traversent la France d’est en ouest. Les accidents ont provoqué jusqu’à « un mort par mois, un accident tous les quinze jours », a indiqué le ministre qui a reconnu « une véritable psychose sur la RCEA ».

« Nous avons, l’Etat et les collectivités ensemble, la responsabilité de régler rapidement cet enjeu sur un itinéraire qui est le plus accidentogène de France, on ne peut pas se résoudre à perdre du temps », a-t-il souligné.

En 2020 dans l’Allier, en 2025 la Saône-et-Loire – Le montage complexe implique la réalisation de la 2×2 voies à travers une concession autoroutière dans l’Allier. L’enquête publique sera lancée en 2014, le choix du concessionnaire en 2017, pour une réalisation entre 2018 et 2020.

En Saône-et-Loire, faute d’itinéraires alternatifs, le gouvernement a considéré que la concession était juridiquement fragile. L’Etat et les collectivités territoriales prendront en charge les investissements qui se dérouleront en trois phases : 2014-2019, mobilisation de 209 millions d’euros pour les aménagements prioritaires, puis 2020-2025, pour compléter 90% de l’itinéraire, pour 231 millions d’euros, et enfin au-delà de 2025 l’achèvement de l’aménagement selon des modalités à préciser.

Montebourg ravi – L’ancien président du département bourguignon, et actuel ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, principal opposant à la concession de la nationale, décidée en 2011 par Nathalie Kosiusko-Morizet, a accompagné Frédéric Cuvillier sur la première partie de la visite et a remercié « la République d’avoir épargné soixante ans de péages en Saône-et-Loire ».

Pour l’actuel président du Conseil général de la Saône-et-Loire, Rémi Chaintron, « c’est l’aboutissement d’un combat pour que cet axe puisse être sécurisé et pour le développement économique de notre territoire ».

« Je me félicite de voir se confirmer une décision que j’avais acceptée de longue date, moi-même mais aussi la majorité des élus de l’Allier. Le débat est derrière nous, cette solution est la mieux à même de garantir une réalisation rapide et sûre de la RCEA et de sortir de cette insupportable situation d’urgence et d’injustice trop longtemps subie par l’Allier », a déclaré pour sa part le président du Conseil général de l’Allier, Jean-Paul Dufrègne.

Seuls quelques élus de l’opposition en Saône-et-Loire, comme le sénateur René Beaumont (UMP) ou le leader de l’opposition de droite au conseil général André Accary, ont exprimé leurs doutes quant à la réalisation de la RCEA avec des fonds publics, et ont souligné que le président de la Région, François Patriat, ne comptait pas participer au financement.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Frédéric Cuvillier annonce une solution sur mesure pour la Route Centre Europe Atlantique

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X