Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • En Méditerranée, les aires protégées sont trop dispersées pour protéger la biodiversité

Aménagement du littoral

En Méditerranée, les aires protégées sont trop dispersées pour protéger la biodiversité

Publié le 10/07/2013 • Par avec l'AFP • dans : France

La centaine d'aires marines protégées créées en Méditerranée ne constitue pas un réseau suffisamment connecté pour assurer la préservation de la biodiversité dans cette mer où plusieurs espèces sont surexploitées, indique une étude publiée dans la revue Plos One.

Les auteurs de l’étude (IRD, CNRS, universités de Montpellier 2, d’Aix-Marseille, du Québec, de Mercator Océan) ont choisi d’étudier « le degré de connectivité », c’est-à-dire le degré d’échange entre les aires marines protégées (AMP) afin d’évaluer l’efficacité de ce réseau.

« En prenant l’exemple du mérou brun, espèce emblématique de Méditerranée sévèrement exploitée et dont la survie dépend des AMP, et en utilisant des modèles biophysiques de dispersion larvaire, ils ont montré que les AMP méditerranéennes sont loin de constituer un véritable réseau connecté », explique mardi un communiqué des centres de recherche impliqués dans l’étude.

Les emplacements des AMP « répondent plus à des contraintes politiques et économiques locales qu’à une réelle stratégie globale », regrettent les chercheurs.

Pour eux, cette faible connectivité « menace potentiellement la préservation d’espèces ayant des caractéristiques biologiques similaires ».

L’étude souligne notamment que la distance moyenne de dispersion des larves de mérou est de 120 km, alors que la distance moyenne observée entre les aires protégées est de 1.032 km, « ce qui laisse de nombreuses populations locales isolées ».

Les scientifiques soulignent aussi « la grande hétérogénéité de la distribution des AMP, avec une faible densité dans le Sud-Est », c’est-à-dire à proximité des côtes libyennes et égyptiennes.

L’étude rappelle que la mer Méditerranée représente seulement 0,82% de la surface des mers et des océans à l’échelle mondiale, mais qu’elle abrite 4 à 18% des espèces marines et que plus de 8% d’entre elles sont endémiques.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

En Méditerranée, les aires protégées sont trop dispersées pour protéger la biodiversité

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X