Energie

Transition énergétique : les régions veulent des réponses « à la hauteur » de leur engagement

| Mis à jour le 22/07/2013
Par • Club : Club Techni.Cités

Réaliser la synthèse nationale des débats territoriaux : tel était l’ordre du jour, lundi 8 juillet 2013, à Paris, du Débat national sur la transition énergétique. L’objectif était d’intégrer la contribution des 26 régions françaises dans les recommandations qui seront transmises cet été au gouvernement. Celles-ci devront nourrir le projet de loi de programmation sur la transition énergétique, attendu à l’automne.

cet article fait partie du dossier

Transition énergétique : coulisses et termes du débat

Plus de mille propositions issues de 850 débats dans 26 régions, auxquels ont participé 170 000 personnes de tous horizons (représentants de collectivités, d’associations, d’entreprises, particuliers, etc.) : qu’en fait-on ? Que retenir de cette « extraordinaire mobilisation technique, intellectuelle et politique », selon le mot de la facilitatrice du Débat national sur la transition énergétique (DNTE), Laurence Tubiana ?

Une synthèse de la synthèse

La présentation d’une synthèse de la synthèse nationale des débats territoriaux était donc au menu de la journée organisée lundi 8 juillet 2013, à l’université Paris Dauphine, par les promoteurs du DNTE. Les trente propositions, fruit du travail fourni pendant plus ou moins quatre mois dans les régions, ont été réduites à quinze « orientations fortes ».

Celles-ci seront intégrées au document final devant être remis cet été au gouvernement, sous la forme de recommandations censées nourrir le futur projet de loi de programmation, attendu à l’automne.

Une « aventure humaine »

A la tribune, les représentants de l’exécutif de quatre conseils régionaux. Tous se félicitent d’être arrivés au bout d’un débat jugé « exceptionnel » par un vice-président de Nord-Pas de Calais, Emmanuel Cau (EELV), et qualifié « d’aventure humaine » par sa collègue de Bourgogne, Dominique Lapôtre (PRG).

A leurs côtés, une élue de Haute-Normandie, Véronique Bérégovoy (EELV), « avoue s’être dit au départ que ce serait compliqué »… Tandis que la présidente de Franche-Comté, Marie-Guite Dufay (PS), affiche sa conviction que « rien ne se fera sans les territoires ! »

Pour un réel transfert de compétences

Les uns et les autres énoncent les propositions issues de la synthèse régionale et réclament des réponses « à la hauteur » de l’engagement des territoires. Elles couvrent les thématiques du DNTE : efficacité et sobriété énergétiques, mix, énergies renouvelables (ENR), financement de la transition et gouvernance.
Sur ce dernier point, peu mis en avant dans le débat national voire parfois occulté, les collectivités revendiquent un droit à l’expérimentation, par exemple en matière de rénovation de l’habitat et de production, un renforcement des pouvoirs des autorités organisatrices de la distribution (AOD) d’énergie et un nouveau partage des responsabilités entre l’Etat et les différents échelons territoriaux – autrement dit, un transfert réel de compétences.

Forum ouvert et World Café

Dans l’immense amphithéâtre, l’auditoire est attentif. Chargée de mission Plan Climat Energie Territorial (PCET) à Mulhouse Alsace Agglomération, Elsa Duret raconte à La Gazette le travail de « sensibilisation et de mobilisation » effectué auprès des habitants pour les inciter à participer à un débat « pouvant, de prime abord, leur paraître très lointain ».

La collectivité a mêlé réunions institutionnelles et « participatives », et recouru à des techniques « originales », comme le Forum ouvert ou le World Café. Un mur d’expression a aussi été installé sur la place principale de la ville. Résultat : trente pages de synthèse transmises au conseil régional.

Un manque d’ambition sur la précarité

Membre, au titre de la CGT, du Conseil économique, social et environnemental régional (CESER) de Haute-Normandie, par ailleurs maire-adjoint d’une commune de 1 000 habitants, Mesnières-en-Bray, Hugues Sanson salue « l’idée de faire ce débat en région » et il regrette le manque d’ambition dans les propositions sur la précarité énergétique, « alors que 11% des personnes interrogées lors de la journée citoyenne du 25 mai se sont déclarées dans une telle situation et que 43% craignent de s’y trouver un jour ». Il déplore aussi la quasi absence du sujet transports dans les discussions.

« La contrainte économique va nous rattraper »

Alors, il s’interroge sur « ce que le débat va donner ». « J’ai le sentiment que beaucoup de choses étaient écrites avant, confie-t-il. Et, de toute façon, la contrainte économique va nous rattraper. On voit où il faudrait aller, mais on sait aussi que l’argent public est de plus en plus rare. Et donc, beaucoup de propositions faites aujourd’hui n’aboutiront pas. Comme sur la rénovation thermique, alors que ça pourrait pourtant contribuer à un développement économique important, notamment au niveau de l’artisanat ».

Un microcosme ?

Prenant la parole publiquement, le président du syndicat départemental d’électricité des Côtes d’Armor (SDE22), l’ancien député (PS) Jean Gaubert, se dit « pas impressionné » par les 170 000 participants des débats en région.
« Car si j’en juge par ce qui s’est passé dans mon département, ça a été un microcosme de gens déjà engagés, poursuit-il. Je n’ai pas vu les classes populaires, les personnes les plus concernées par la fracture énergétique. Ne nous gaussons pas de belles paroles et faisons partager ces sujets à un plus grand nombre. »

Des experts du quotidien

Emmanuel Cau a, lui, au contraire entendu « des gens faire part d’une expertise au quotidien. Pas celle d’un militant de l’association négaWatt ou d’un salarié EDF, mais le vécu de celui qui pratique l’énergie au jour le jour et dont la vision de la problématique est bien plus importante que ce qu’on pouvait imaginer au début du débat. »
« Ces gens sont disposés à accepter une augmentation du prix de l’énergie s’il y a un bénéfice d’ampleur, d’abord sur la santé et l’environnement, puis sur l’économie et l’emploi », assure-t-il.

Une réponse radicale, pas de mesurettes

« Ils sont prêts à tout entendre à condition qu’on ne leur raconte pas de carabistouilles, comme on dit dans le Nord-Pas de Calais, estime-t-il. Alors, à débat unique et exceptionnel, il faut des réponses uniques et exceptionnelles, une réponse radicale, avec de vrais chemins dessinés, et non des mesurettes. La future loi est attendue, elle ne pourra pas décevoir. » Réponse à l’automne.

Dossier
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Nouvel avis de tempête pour le Cerema

    Alors que le projet de loi finances prévoit de fortes restrictions budgétaires et structurelles, le Cerema vient d'encaisser une nouvelle onde de choc suite à l'annonce de la démission de son directeur général, lundi. ...

  • L’île d’Ouessant, un laboratoire de l’autonomie des territoires insulaires

    Aidée financièrement par la région Bretagne et l'Etat, l’île d’Ouessant réduit sa consommation électrique et débute la production d’énergie verte. Mais elle s'estime freinée dans son élan par la réglementation, notamment la loi littoral. ...

  • Succès inattendu pour les atlas de la biodiversité communale

    L’Agence française de la biodiversité vient de sélectionner les collectivités lauréates de son appel à manifestation d’intérêt (AMI) concernant les atlas de la biodiversité communale. Cet AMI a remporté un véritable succès, qui a dépassé toutes les ...

  • L’actu juridique de la semaine

    Notre sélection de textes officiels, jurisprudences et réponses ministérielles intéressant les cadres de la filière technique, publiées par le Club Techni.Cités et sur Lagazette.fr entre le 1er et le 7 décembre 2017. ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X