Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Gens du voyage

Des Français itinérants portent plainte contre le maire de Nice

Publié le 09/07/2013 • Par Olivier Berthelin • dans : Régions

L’association France liberté voyage a porté plainte lundi 8 juillet 2013 contre les propos tenus la veille par Christian Estrosi, député maire (UMP) de Nice, à l’égard des gens du voyage.

« Nous voulons faire un exemple et rappeler aux maires qu’ils ne peuvent pas dire et faire n’importe quoi vis-à-vis des français itinérants », explique Fernand Delage, président de l’association France liberté voyage. En effet, sur une radio nationale, le maire de Nice avait appelé les élus locaux à « la révolte contre les gens du voyage » et faisait l’éloge de sa méthode consistant à tenter de chasser les groupes de grands passages par la multiplication des pressions, et de ne pas se contenter des procédures légales.
Ces propos ont déclenché une vague de protestations. De la plus petite association culturelle tsigane à Manuel Valls, tous dénoncent des propos stigmatisants et craignent qu’ils n’encouragent des pratiques qui enveniment des situations déjà très conflictuelles.

« Nous ne pouvons tolérer des occupations illicites de terrains publics ou privés, mais il faut que les collectivités appliquent la loi(1) en réalisant des aires d’accueil et des terrains de passage pour les groupes », a déclaré le 9 juillet Manuel Valls en rappelant que les Alpes-Maritimes, département de Christian Estrosi, n’ont, contrairement à leurs obligations légales, proposé aucun terrain de grands passages.

Pour le ministre et les associations, l’élu local n’ayant pas appliqué la loi Besson dans son intégralité se trouve donc lui-même hors la loi. En effet, le 29 juin 2012, le tribunal administratif avait annulé un arrêté d’expulsion visant un groupe installé sur les stades de rugby de Nice, par manque de terrain de grands passages. Nice dispose bien d’une aire d’accueil mais celle-ci n’est pas adaptée à l’accueil des groupes et ne fait pas l’unanimité parmi les usagers.

Appliquant vis-à-vis des gens du voyage la revendication formulée à l’occasion des débats sur le mariage pour tous, par certains maires, désireux de ne pas appliquer les lois qui leur déplaisent, Christian Estrosi avait dès le 24 juin dernier annoncé son désir de sélectionner les personnes autorisées sur le territoire de sa commune : « Je souhaite que chacun sache que ceux qui ne respectent pas les lois de la République, que les Roms, les squatteurs et les étrangers en situation irrégulière ne sont pas les bienvenus sur le territoire de la ville de Nice et je prendrai toutes les mesures pour ne pas relâcher la pression. »

L’interdiction de séjour pas du ressort des maires – « L’interdiction de séjour n’est pas du ressort des maires. Seuls des juges dans le cadre de procédures criminelles très précises peuvent interdire à un mis en cause de se rendre dans un territoire particulier », explique Olivier le Mailloux, avocat de France liberté voyage.

Mais la plainte du 8 juillet ne porte que sur les propos les plus récents ne visant que des gens du voyage et décrivant des méthodes qui peuvent être interprétées comme du harcèlement voire même des voix de faits puisque mis en œuvre hors de toute décision de justice. « J’en ai maté d’autres, je vous materai… La première chose que je fais, c’est vous mettre des caméras partout pour surveiller vos faits et gestes dans les quelques heures qui viennent (…). On va noter ceux qui rentrent, ceux qui sortent, à quelle minute, à quel moment et ce que vous allez faire partout, partout dans la ville, dans la métropole, etc. Je vais relever les plaques d’immatriculations les unes après les autres. »

Electoralisme – Mise en échec en 2012 par le tribunal administratif, l’efficacité de cette méthode est diversement appréciée. Le maire de Nice la considère comme très efficace et reproductible, alors que les responsables d’un groupe ayant début juillet préféré éviter l’épreuve de force évoque un concours de circonstance particulier. « Avant chaque élection municipale, nous voyons des maires prendre des postures surtout destinées à leurs électeurs vis-à-vis de nous, et qu’ils oublient l’année suivante », témoigne le pasteur Jonathan, l’un des responsables du groupe visé par Christian Estrosi.

Cet article est en relation avec les dossiers

Notes

Note 01 L’article 1 de la loi du 5 juillet 2000 relative à l’accueil et à l’habitat des gens du voyage prévoie 2 types d’équipements de services publics, destinés à accueillir les gens du voyage dans le cadre de schémas départementaux établis selon une évaluation des besoins. D’un côté, les communes soumises au schéma doivent réaliser des aires d’accueil permanentes, ainsi que des « emplacements susceptibles d’être utilisés temporairement à l’occasion de rassemblements traditionnels ou occasionnels ». Ces emplacements sont dits terrains de grands passages. Retour au texte

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Des Français itinérants portent plainte contre le maire de Nice

Votre e-mail ne sera pas publié

MARC

16/07/2013 03h24

Je me permet de réagir. Je suis gestionnaire d’une aire d’accueil des gens du voyage dans le Bas-Rhin et je trouve les propos du Maire de Nice démesurés face à cette soit disant menace que représente les gens du voyage Français. Souvent ces groupes ne demande qu’un terrain relativement plat et vert pour une durée limitée. Généralement ils sont autonomes et disposent de groupes electrogènes et de réservoirs d’eau dans leurs véhicules. En leur autorisant l’accès à une déchetterie, il sont meme prèts à y déposer leurs sacs poubelles. Je privilégie toujours le dialogue à la menace et mes élus me soutiennent dans cette voie. Il faut informer, proposer, négocier, trouver des solutions arrangeantes pour les 2 parties, un champ facile d’accès à proximité de la ville par exemple, en Alsace nous avons un médiateur dépendant de la préfecture pour ce genre de situation et dans 80% des cas cela se passe bien.
N.B.: nous manquons également d’aires de grand passage.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X