Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Pollution

Suisse : ces PCB qui se sont fait oublier

Publié le 25/07/2013 • Par La Rédaction • dans :

Intégralement contaminée par des condensateurs, une ancienne décharge se rappelle aux bons souvenirs de Fribourg. 200 millions d’euros devront être investis pour financer des travaux de dépollution devenus urgents.

Exploitée entre 1952 et 1975, la décharge de la Pila a accueilli 200 000 mètres cubes de déchets en tout genre, déversés sans précautions. À deux pas de Fribourg, en Suisse, ce site n’est pas un cas à part. Recouvert d’une belle forêt, il donne en outre l’impression d’avoir parfaitement digéré les errements du passé. Et pourtant. Les vingt tonnes de condensateurs entreposés par une entreprise locale ont laissé des traces. Des investigations menées par le bureau d’études CSD Ingénieurs ont révélé des teneurs en PCB de type dioxine beaucoup plus fortes que la normale. Gênant pour un site surplombant les méandres d’une rivière, la Sarine. Le PCB est un composé aromatique qui a des effets sur le foie, la reproduction et la croissance. C’est un cancérigène probable. Par le passé, sa grande stabilité physique et chimique a séduit l’industrie électrique. Aujourd’hui, elle empoisonne les autorités sanitaires car elle concentre les polluants par un phénomène de bio-accumulation dans la chaîne alimentaire. À la Pila, des analyses poussées ont prouvé que les gens du voyage installés à proximité n’avaient pas été atteints par la pollution. Il a été décidé toutefois de les loger un peu plus loin par précaution. En aval de la rivière, la chair des poissons présente en revanche des teneurs beaucoup trop importantes en PCB. Ces mesures inquiétantes ont rapidement débouché sur une interdiction locale de la pêche et sur une première évacuation de matériaux pollués. Elles ont conduit par ailleurs à approfondir encore les recherches.

Un confinement avant travaux

Des forages et un modèle géostatistique ont mis en évidence l’hétérogénéité spatiale de la répartition de la contamination. Les condensateurs ont été disséminés parmi les ordures ménagères et autres déchets encombrants. Des huiles ont par ailleurs probablement été versées à même le sol. La modélisation hydrogéologique a ensuite décrit la complexité des mécanismes à l’origine des transferts de pollution. Du fait notamment de phénomènes de marnage liés à l’exploitation hydroélectrique de la rivière, à côté de la décharge. Une première série de travaux urgents a été lancée en 2009 pour stopper la pollution : la pose d’une digue dans la rivière puis l’excavation d’un secteur instable en zone inondable. « Les matériaux qui ont été retirés dépassaient mille fois les valeurs limites acceptées pour les déchets inertes », explique Olga Darazs, présidente du conseil d’administration de CSD. Sur l’ensemble du site, plusieurs mesures sont nécessaires avant de s’attaquer à la dépollution. Il est essentiel en particulier de réduire au maximum les flux d’échange entre la nappe contaminée et la Sarine. Et ce, en amont et en aval. Le chantier est loin d’être terminé. Les travaux devraient se poursuivre jusqu’en 2020.

Références

  • Maître d’ouvrage : Consortium pour l’assainissement de la Pila, formé par la ville de Fribourg (ancienne exploitante de la décharge) et le canton de Fribourg (propriétaire du terrain).
  • Assistant à la maîtrise d’ouvrage : CSD Ingénieurs.
  • Investissement : 252 millions de francs suisses, soit environ 202 millions d’euros (subventionnés à 40 % par la confédération). 80 % du total est dû au conditionnement, au transport et au traitement des déchets.
  • Calendrier prévisionnel :
    2004-2008 : investigations
    2009 : mesures urgentes
    2010-2014 : planification des travaux
    2015-2020 : dépollution du site.
  • CONTACT : Olga Darazs, o.darazs@csd.ch
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Suisse : ces PCB qui se sont fait oublier

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X