Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

0

Commentaire

Réagir
Imprimer

Politique de la ville

Banlieues : le rapport Bacqué-Mechmache plaide pour la participation des habitants

Publié le 08/07/2013 • Par Hervé Jouanneau, avec l'AFP • dans : Actu prévention sécurité, France

Imprimer

0

Commentaire

Réagir

La sociologue, Marie-Hélène Bacqué, et le responsable du collectif AC Le Feu, Mohamed Mechmache, ont remis le 8 juillet 2013 à François Lamy, ministre délégué à la Ville, un rapport consacré à la participation des habitants dans les quartiers de la politique de la ville. Une priorité pour les banlieues, selon le gouvernement. Parmi les propositions avancées : la création d'un fonds de dotation destiné à financer les projets portés par les habitants.

Découvrez le club

Cet article est paru dans
Le Club Prévention Sécurité

 

Associer les habitants aux projets de transformation de leurs quartiers et financer leurs initiatives grâce à un fonds innovant: c’est le voeu d’une sociologue et d’un responsable associatif dans un rapport remis le 8 juillet à François Lamy, ministre délégué à la Ville.

Dans le cadre de la préparation du projet de loi sur la réforme de la politique de la ville, qui, selon cabinet, doit être présenté « à la fin du mois de juillet ou au début du mois d’août », François Lamy n’a pas cessé de considérer la participation des habitants comme une priorité.

Le message affiché est clair : « ça ne se fera plus sans nous », clament Marie-Hélène Bacqué, sociologue et urbaniste, et Mohamed Mechmache, responsable du collectif AC Le Feu crée après les émeutes de 2005 dans ce rapport qui dessine les contours d’une politique d’ « empowerement » à la française.

L’empowerment est un concept d’inspiration anglo-saxonne qui préconise de mettre en place dans les quartiers des comités locaux dotés d’un vrai pouvoir et auxquels participent les habitants.

Fonds de dotation - Pour que la participation citoyenne ne soit pas qu’un voeu pieu, les auteurs prévoient de soutenir financièrement les projets des habitants via un fonds de dotation dont le financement représenterait « 1% prélevés sur le financement public des partis politiques et 10% sur les réserves parlementaires ». Ce fonds serait géré par une « autorité administrative indépendante », composée pour au moins un tiers de responsables associatifs.

Le ministre de la Ville a salué une « idée nouvelle et très intéressante », qui a l’ « avantage de ne pas créer de financement supplémentaire », mais a précisé qu’il fallait l’ »expertiser ». « Je ne rejette pas l’idée a priori mais elle ne dépend pas que de moi », a-t-il précisé lors de la remise de ce rapport.

Tables de concertation -   En matière de rénovation urbaine qui « s’est bien souvent faite sans (les habitants) », Mohamed Mechmache et Marie-Hélène Bacqué recommandent d’engager une démarche de « co-construction des projets de territoire », une idée soutenue par le ministre.  Le duo souhaite aussi la mise en place « de tables locales de concertation », une idée reprise par le ministre qui en propose l’expérimentation « dès la rentrée » sur « douze sites ». 

Autre mesure suggérée: une « plateforme associative nationale » chargée notamment d’évaluer la politique de la ville.

Le financement des associations - Taclant le financement actuel des associations « souvent prises dans des logiques clientélistes ou partisanes », les auteurs conseillent par ailleurs de créer une fondation régionalisée, qui recueillerait des participations publiques et privées.

« Il faut qu’on revoit le financement des associations dans les quartiers de la politique de la Ville », a approuvé le ministre.

Constatant que « rares sont les élus et les professionnels qui résident encore dans ces quartiers » et que « le fossé social s’est creusé au cours des dix dernières années », le duo insiste sur l’importance de « diversifier les recrutements et de favoriser les parcours associatifs. »

Il inclut aussi des propositions en matière d’éducation et de rapports entre la police et les citoyens, soutenant par exemple la mise en place d’un récépissé pour chaque contrôle d’identité, une idée qui fut défendue par François Lamy.

Pour « changer l’image des quartiers », les auteurs prônent également le soutien aux médias locaux.

Lutte contre les extrémismes – « Ce rapport permettra un rééquilibrage », veut croire Mohamed Mechmache, qui estime qu’une plus grande participation des habitants permettra de lutter contre l’abstentionnisme et contre la montée des extrémismes ».  « C’est un changement total de logiciel qui doit se mettre en place », a commenté François Lamy, « ça suppose qu’on agisse sur la durée ».

Ce rapport, commandé par François Lamy, qui a répété ces derniers mois sa volonté d’associer les habitants au développement de leurs quartiers, est le fruit de mois de rencontres et de visites de terrain, conclu par une conférence citoyenne qui a rassemblé fin juin à Paris une centaine d’associations.

Haut de page

Imprimer

0

Commentaire

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. BOYE Michel 14/07/2013, 11h13

    La question centrale est bien entendu celle de l'engagement citoyen
    Celui ci ne se décrète pas mais se construit avec
    Il suppose une évolution des mentalités tout particulièrement des élus des territoires
    Qu'en est il?

  2. 2. Marie B 11/07/2013, 01h00

    Interessant, mais est-ce nouveau ? C'est ce que font les associations au quotidien dans les quartiers. La question est plutôt de réfléchir à "qu'est-ce qui les ferait bouger". Et durablement. Rien ne se fera sans eux, c'est sûr, mais avec ou sans argent. Si j'ai bien compris l'idée, c'est d'amener les gens à s'emparer de leur lieu de vie, de leur quartier... mais dans un esprit citoyen, et c'est là où le bât va blesser. Ils réagiront dans un but personnel, pas pour la cité. L'argent à lui seul n'enclenchera pas un changement de paradigme.

    1. Ajouter un commentaire

        Votre e-mail ne sera pas visible

      Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.