Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • Le ministre Philippe Martin assure que le débat régional sur la transition énergétique « ne sera pas confisqué » par le national

Développement durable

Le ministre Philippe Martin assure que le débat régional sur la transition énergétique « ne sera pas confisqué » par le national

Publié le 08/07/2013 • Par Olivier Schneid • dans : France

Le nouveau ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie Philippe Martin veut « porter très haut l’écologie comme une priorité du gouvernement ». Il l’a assuré, lundi 8 juillet 2013 à l’Université Paris-Dauphine, aux représentants des 26 régions françaises venus assister à la synthèse nationale des débats territoriaux organisés depuis le début de l’année dans le cadre du Débat national sur la transition énergétique (DNTE). Il répond aux questions de La Gazette.

Les participants au DNTE dans les régions sont convaincus « qu’il n’y aura pas de transition énergétique sans les territoires », mais ils craignent que leurs contributions ne soient ensuite « confisquées » par le national. Que leur répondez-vous ?

Je leur réponds que le débat mené dans les régions ne sera pas confisqué par le niveau national. Cette journée le démontre, celle du 18 juillet (1) le démontrera encore.
Avant d’être ministre, j’ai été un élu territorial, à la tête d’une collectivité (Philippe Martin préside le conseil général du Gers, ndlr). Je sais donc que les collectivités ont raison de vouloir s’impliquer. Et je ne vois pas en quoi le débat pourrait être confisqué.
Simplement, ce que nous avons aujourd’hui à faire, c’est populariser ce débat pour qu’il n’implique pas seulement des responsables de collectivités locales mais qu’il aille plus loin, c’est-à-dire qu’il implique la population. Et c’est une vraie difficulté – c’est d’ailleurs le cas pour n’importe quel débat. Donc, non, il n’y aura pas de confiscation, au contraire. Et moi, ce que je souhaite, c’est la diffusion de ce débat dans toutes les couches de la population.

Vous y avez vous-même participé comme élu local…

Bien sûr, je l’ai fait. Le 25 mars, j’étais à Toulouse pour participer, comme simple élu local de Midi-Pyrénées, à l’étape du DNTE…

Et n’avez-vous alors pas vous-même éprouvé cette crainte que, finalement, on débatte beaucoup en région mais que ce soit à Paris que tout se décide ?

Il est normal que le foisonnement se fasse d’abord en région et qu’ensuite, la synthèse soit opérée à l’échelle nationale. Les débats en régions, cela permet une diffusion de la manière la plus large. Ce qu’il faudra d’ailleurs ensuite, c’est qu’à nouveau le débat redescende, avec une phase où on dira : voilà ce que nous avons décidé, voilà ce que nous voulons faire, et cela tient compte de ce que vous nous avez dit dans les débats en région.

Les régions ont-elles raison de croire qu’il pourrait y avoir une vraie décentralisation, c’est-à-dire un vrai transfert de compétences de l’Etat vers les territoires ?

Les régions ont toujours raison lorsqu’elles veulent s’engager pour faire en sorte que leur pays aille mieux…

« Le lobby de l’intérêt général »

Dans une allusion directe aux propos de son prédécesseur, Delphine Batho, qui avait accusé « certains forces économiques d’avoir voulu (sa) tête », le nouveau ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie Philippe Martin a, lundi 8 juillet 2013, à Paris, promis « qu’un seul lobby a de l’influence sur lui : celui de l’intérêt général et des générations futures ». Il s’est dit « déterminé à porter très haut l’écologie », en assurant qu’elle était une « priorité du gouvernement ».

Ses auditeurs, venus des 26 régions françaises et représentants de collectivités, d’associations ou encore de syndicats l’ont sagement écouté. La présentation, mardi 9 juillet, par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault du programme « Investir pour la France », avec l’annonce – ou non – de mesures liées à la transition énergétique, sera une première occasion de tester un tel engagement.

Cet article est en relation avec le dossier

Notes

Note 01 La dernière séance du conseil national du DNTE, le 18 juillet, sera consacrée à la présentation d’une synthèse générale des six mois de débat. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le ministre Philippe Martin assure que le débat régional sur la transition énergétique « ne sera pas confisqué » par le national

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X