Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Social

Mauvais feuilleton sur la suppression des CCAS

Publié le 08/07/2013 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

Denis Guihomat

Denis Guihomat

Président de l'Association nationale des cadres communaux de l'action sociale (Anccas) et directeur général du CCAS de Tours (Indre-et-Loire)

En deuxième lecture le 12 juin 2013(1), le Sénat a adopté le principe de la suppression des centres communaux d’action sociale (CCAS) dans les communes de moins de 1 500 habitants. Voici un nouvel épisode pour un feuilleton commencé, il y a presque deux ans, à l’initiative du sénateur Eric Doligé, et dont l’une des scènes les plus palpitantes fut la ministre Roselyne Bachelot arborant le tee-shirt « Touche pas à mon CCAS » lors du congrès 2011 de l’Union nationale des CCAS.

On croyait l’affaire enterrée après le rejet par l’Assemblée nationale. C’était sans compter la conviction de quelques sénateurs, dont on ne pourra pas dire qu’ils n’ont pas de suite dans les idées. On peut pourtant se demander ce qui peut bien expliquer cet acharnement à vouloir supprimer ces pauvres CCAS contre l’avis presque unanime des élus représentés par l’Unccas et des cadres communaux de l’action sociale représentés par l’Anccas.

Notre position ne relève d’aucun corporatisme. L’Anccas ne compte aucun adhérent issu d’une commune de moins de 1 500 habitants, pour la bonne raison qu’il n’existe pas de CCAS ayant de consistance réelle dans ces communes. Cette proposition de loi prévoit de supprimer des CCAS qui n’existent pas ou qui sont des coquilles vides ! Nous ne voulons pas défendre des établissements fantômes, nous voulons défendre le principe d’une action sociale de proximité, à la ville comme à la campagne.

La question à se poser est de savoir pourquoi les CCAS des communes de moins de 1 500 habitants sont des coquilles vides. Ces communes n’auraient-elles pas besoin de crèches, de maisons de retraite, de logements-foyers, de dispositifs d’aide aux plus démunis, de portage de repas ? Bref, toutes les actions que mènent les CCAS et les centres intercommunaux d’action sociale ! Personne ne le prétend.

Ces communes n’en ont pas les moyens. La solution passe par l’intercommunalité. Nous affirmons depuis longtemps que le CIAS est l’avenir de l’action sociale de proximité. Alors, oui, nous sommes pour la suppression des CCAS dans les communes de moins de 1 500 habitants, non pas pour satisfaire des élus en mal de simplification mais à la condition que ces CCAS soient remplacés par des établissements intercommunaux d’action sociale, seuls en capacité de garantir une égalité de traitement sur le territoire.

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Mauvais feuilleton sur la suppression des CCAS

Votre e-mail ne sera pas publié

Ged37

09/07/2013 01h32

Effectivement cette proposition de loi prévoit de supprimer des CCAS qui pour la plupart sont des coquilles vides ! C’est une bonne idée, il faut le faire …
Quand à l’action sociale des petites communes proprement dite, elle passe déjà par de intercommunalité à travers des portages de repas, des RAM, …. Certes un CIAS serait souvent pertinent. Pour autant, cette autre bonne idée ne doit pas empêcher de faire la première !

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X