En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

ACTE III DE LA DÉCENTRALISATION

Métropole de Paris : proposition commune Hidalgo-Huchon-Bartolone

Publié le • Par • dans : Régions

Imprimer

0

Commentaire

Réagir

Anne Hidalgo, Jean-Paul Huchon et Claude Bartolone ont adressé lundi 1er juillet 2013 au Premier ministre Jean-Marc Ayrault une proposition commune sur l'architecture institutionnelle du Grand Paris afin de débloquer le dossier.

 

La proposition, adressée sous forme de lettre ouverte à M. Ayrault, est cosignée par 41 députés et sénateurs PS d’Ile-de-France, dont son initiateur Alexis Bachelay qui l’a rendue publique lundi. Elle vise à sortir de l’impasse née du rejet de la création de la métropole du Grand Paris au Sénat début juin.

Appel à un sursaut métropolitain - Outre Mme Hidalgo, première adjointe et candidate à la succession du maire de Paris, M. Huchon, président du conseil régional d’IdF, et M. Bartolone, président de l’Assemblée nationale, elle est aussi signée par Stéphane Troussel (PS), successeur de ce dernier à la présidence du conseil général de Seine-Saint-Denis.
Ils en appellent à « un sursaut métropolitain » pour remédier à la « complexité » et au « morcellement » de l’organisation territoriale en Ile-de-France.

Les signataires proposent que dans une « première étape », la métropole du Grand Paris soit « instituée sur un périmètre qui comprendrait Paris et les trois départements de la petite couronne que sont les Hauts-de-Seine, le Val-de-Marne et la Seine-Saint-Denis ». Il s’agirait de « permettre une intégration plus poussée dès à présent », notamment sur la politique du logement, « première préoccupation des Franciliens ».

Représentation directe des communes - « Pour une gouvernance démocratique, les communes seraient représentées directement au sein de la métropole, soit 124 villes (…) » pour leur « garantir la pleine association aux décisions de la métropole ».

Ces élus réclament aussi que « la carte intercommunale dans les départements de l’Essonne, des Yvelines, du Val d’Oise et de Seine-et-Marne » soit « revue », ce qui est prévu dans le projet de loi gouvernemental qui a été adopté le mois dernier au Sénat tout en étant amputé de son volet Grand Paris. « Il est en effet nécessaire de permettre aux communes de ces départements de se regrouper et de s’organiser, dans les plus brefs délais, en intercommunalité dotées d’une taille suffisante ».

Dans le schéma initial du gouvernement, la métropole doit regrouper Paris et les intercommunalités de l’aire urbaine (la petite couronne + la partie contiguë de la grande couronne), et les communes et leurs maires ne feraient pas partie du conseil métropolitain, l’organe de direction politique du Grand Paris.
Le projet de l’exécutif avait échoué au Sénat du fait de l’opposition conjuguée des communistes, pour qui il portait atteinte à la liberté des communes, et de l’UMP, pour qui il « ajoutait une strate au millefeuille » territorial.

Haut de page

Cet article est en relation avec

Aujourd'hui sur

les Clubs Experts de la Gazette

Éclairage public : vous avez dit smart ?

La transition des collectivités françaises vers le monde de l’éclairage intelligent s’opère lentement. D’un côté, plusieurs dizaines de projets réalisés et en cours ; de l’autre, l’attentisme de milliers de communes. Les contraintes réglementaire et ...

Comment le projet de loi NOTRe veut améliorer la transparence financière dans les collectivités

Le projet de loi sur la Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) contient quatre types de dispositions essentielles pour améliorer la transparence financière dans la gestion des collectivités locales. Le décryptage de ces mesures par Paul Hernu ...

Radicalisation : quelle formation pour les fonctionnaires territoriaux ?

Conçu en 2014 par le Comité interministériel de prévention de la délinquance, le seul cursus portant sur la radicalisation ne désemplit pas. 1 300 agents publics issus de l'Etat mais également des collectivités la suivront en 2015. De son côté, le CNFPT ...

Administrateur territorial : « Un jury déçu par le niveau des candidats du concours externe »

Pierre Laplane, directeur général des services de la ville et de l’eurométropole de Strasbourg, était le président du jury du concours d’administrateur de cette année. Il dresse pour La Gazette un bilan de la nouvelle promotion, et de son expérience ...

Imprimer

0

Commentaire

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés DécentralisationIntercommunalitéLogementMobilité - transports

Régions Île-de-France

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.