Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Sondage

Baromètre de la confiance dans la parole publique : le coup de semonce

Publié le 02/07/2013 • Par Sophie Le Gall • dans : France

Les résultats de l’étude Occurrence, réalisée en partenariat avec l’association Communication publique, dévoilée fin juin 2013, soulignent la perte de confiance des Français dans la parole publique, et, par ricochet, dans les institutions qui la portent.

Confusion, défiance, prime au secteur privé… Interrogés dans le cadre du premier baromètre de la confiance dans la parole publique(1) réalisé en partenariat avec l’association Communication publique(2), les Français se montrent sévères avec les organismes publics.

À la question : « Diriez-vous que les organismes publics sont tout à fait, plutôt, plutôt pas, ou pas du tout crédibles lorsqu’ils s’expriment sur les sujets suivants : culture, social et lutte contre l’exclusion, logement et urbanisme, économie et emploi… ? », seuls 20 % des sondés estiment que les organismes publics sont « tout à fait crédibles » ou « plutôt crédibles » quand ils parlent d’économie et d’emploi, 36 % quand ils parlent social et lutte contre l’exclusion, 38 % quand ils parlent sécurité alimentaire et sanitaire.
Et, à l’opposé, ils sont 76 % à être jugés crédibles quand ils parlent culture et 67 % quand ils parlent transports et infrastructures.

Le privé plus crédible sur l’économie et l’emploi – Sur les mêmes sujets, mais cette fois-ci en comparant la crédibilité de la parole publique à celle de la parole privée, on obtient les résultats suivants : 36 % quand les organismes publics parlent social et lutte contre l’exclusion vs. 32 % quand la parole est portée par le secteur privé, 20 % quand les organismes publics parlent économie et emploi vs. 41 % quand la parole est portée par le secteur privé.

Si le constat est particulièrement sévère pour l’Etat – qui ne recueille que 27 % de taux de confiance à la question « Pour chacun des organismes suivants, diriez-vous que vous leur faites tout à fait, plutôt, plutôt pas, ou pas du tout confiance ? » – et les ministères, qui obtiennent, globalement, 28 %, il est plus clément, tout en étant moyen, pour les acteurs de proximité.
Ainsi, les villes recueillent 64 % de taux de confiance, les départements 59 %, les régions 58 % et les intercommunalités 51 %. De leur côté, les établissements culturels obtiennent 89 % et les établissements scientifiques 87 %.

Surtout l’Etat et les ministères – Les résultats de ce baromètre soulignent également que les personnes les plus diplômées font davantage confiance aux organismes publics et placent le public plus fréquemment devant le privé. « Peut-on parler d‘une fracture ? N’est-ce pas un signe supplémentaire de mouvements profonds qui traversent les citoyens ? » interroge l’association Communication publique. Par exemple, la confiance dans les villes est de 69 % pour les bac + 2 et plus, et de 64 % pour les personnes détenant un diplôme inférieur au bac.

Commentant les résultats dans leur ensemble, Joëlle Vaucelle, directrice de la communication du GIP Net-entreprises.fr et secrétaire générale de Communication publique, a déclaré : « Les résultats de notre baromètre sont clairement préoccupants mais potentiellement mobilisateurs, si on les analyse avec un peu de recul et de lucidité. »

PAROLE PUBLIQUE N°2 juin 2013

Publish at Calameo or read more publications.

Références

L'étude complète

Notes

Note 01 Sondage réalisé par internet du 9 au 16 avril 2013, auprès d’un échantillon de 1 007 Français représentatifs de la population française (soit après les aveux de Jérôme Cahuzac, ancien ministre du Budget). Retour au texte

Note 02 Fondée en 1989, présidée depuis 2009 par Bernard Emsellem, directeur général délégué de la SNCF, l’association Communication publique regroupe environ 300 responsables de communication des institutions publiques, dont des collectivités territoriales. Retour au texte

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Baromètre de la confiance dans la parole publique : le coup de semonce

Votre e-mail ne sera pas publié

Ségolène

03/07/2013 09h30

Ce qui aurait été intéressant, c’est d’explorer les raisons de cette défiance vis à vis de la parole publique. Autant traiter le mal à la racine !
Prenons aussi un peu de distance avec ce premier baromètre qui s’inscrit dans un contexte « d’affaires » sans précédent et de crise qui affecte la parole publique. Affaire à suivre donc.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X