Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Risques

Intempéries dans le sud-ouest : les plans communaux de sauvegarde ont pu limiter l’impact sur les personnes

Publié le 28/06/2013 • Par Christiane Wanaverbecq • dans : Actu prévention sécurité, Régions

Plus d'une semaine après les intempéries qui ont frappé les Hautes-Pyrénées et la Haute-Garonne, l'heure est encore aux interventions d'urgence. Les plans communaux de sauvegarde (PCS) ont pu montrer leur efficacité en termes d'organisation des secours. Mais l'ampleur des crues n'a pas pu éviter les dégâts matériels et invite à réétudier les périmètres des plans de préventions des risques et des inondations (PPRI).

Depuis une semaine, collectivités, services de l’Etat, de la sécurité civile, l’Armée et autres organismes de secours sont sur le pont pour nettoyer et rétablir les axes routiers endommagés par les intempéries de la mi-juin 2013 qui ont frappé le sud-ouest de la France. Pour y répondre, les conseils régionaux d’Aquitaine et de Midi-Pyrénées, ainsi que les conseils généraux des Hautes-Pyrénées et de la Haute-Garonne, ont chacun voté des fonds d’urgence dont le montant s’élève au total à plus de 20 millions d’euros.

En attendant une évaluation plus fine des dégâts qui selon des premières estimations devraient coûter près de 500 millions d’euros, l’heure est encore aux mesures d’urgence. Les missions d’expertise commencent toutefois à établir des estimations des travaux à réaliser. Et des premiers enseignements sont tirés, montrant l’efficacité du plan communal de sauvegarde (PCS).

Enclenché 48 heures avant la crise, le PCS de la ville de Lourdes (15 000 hab., Hautes-Pyrénées) a permis « d’anticiper les événements en mettant en sécurité les personnes et les biens autant que faire se peut. Et de retarder au maximum les effets de la crue. Mais s’il y a une grande leçon à tirer, c’est bien la nécessité de préserver les moyens de communication entre les services communaux, ceux de l’Etat, du Sdis et du conseil général, mais aussi avec la population », affirme Michel Azot, adjoint au maire de Lourdes et chargé des risques et de la sécurité.

Anticiper l’évacuation des personnes - L’analyse est partagée par le directeur de cabinet du préfet des Hautes-Pyrénées, Philippe Marsais :  « A Lourdes, en effet, le PCS a permis d’anticiper l’évacuation des personnes dans les hôtels. La commune avait déjà mis en place des cellules de crise bien avant le pic de la crise compte-tenu de deux alertes orange », précise-t-il.

Même témoignage du côté de Luz-Saint-Sauveur (1 050 hab. ; Hautes-Pyrénées) : « Le PCS a permis de bien nous organiser avec mise en place d’une cellule de crise et désignation d’un directeur des opérations de secours. L’urgence était de sauver des vies. Grâce aux moyens prévus dans le PCS et un point régulier pour surveiller la montée des eaux, nous avons pu reloger 150 personnes. Mais devant l’ampleur des crues des trois gaves qui convergent sur notre commune, nos moyens se sont avérés vite insuffisants », raconte Brigitte Pratdessus, responsable du PCS.

Etudier la justesse des périmètres des PPRI - Dans la vallée des gaves des Pyrénées, les communes, confrontées aux éboulements, avalanches, séismes, ont la culture du risque. D’ailleurs, elles font partie des 42 % des communes des Hautes-Pyrénées dotées d’un PCS. Dans la Haute-Garonne, 51 % des communes doivent se doter d’un PCS, 83 de ces 298 communes l’ont fait (soit 27 %).
La préfecture avait même prévu le 20 juin une journée spéciale PCS, sous forme d’ateliers, à destination des communes. Les intempéries du 18 juin l’ont repoussée.

Ces dernières vont d’ailleurs nécessiter d’étudier la justesse des périmètres de plans de préventions des risques et des inondations (PPRI), ainsi que de revoir tous les documents d’urbanisme : « Aujourd’hui, on connaît les limites car l’eau n’est jamais montée aussi haut. Il va falloir en tirer les enseignements », déclare le président de l’association des maires de Haute-Garonne, Jean-Louis Puisseguer, qui pointe du doigt les fortes embâcles de bois et de boues, responsables de nombreux dégâts.
« Cela pose la question du défaut d’entretien des berges des cours d’eau. Les communes s’en occupaient avec l’aide de l’agence de l’eau, mais elles le font de moins en moins bien compte tenu de la raréfaction des moyens. Même constat pour les fleuves, dont l’entretien est délaissé par l’Etat », déclare l’élu.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Intempéries dans le sud-ouest : les plans communaux de sauvegarde ont pu limiter l’impact sur les personnes

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X