Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Environnement

Experts et élus locaux au chevet de l’eau des montagnes

Publié le 21/09/2006 • Par La Rédaction • dans : France

Lors d’un congrès international à Megève, experts et élus locaux s’interrogent sur l’avenir des réservoirs d’eau que constituent les montagnes, menacé par le réchauffement climatique et l’explosion du tourisme hivernal. « Les montagnes concentrent une part importante des précipitations, tous les grands fleuves du monde y prennent leur source, elles sont les châteaux d’eau de la planète », a souligné le 21 septembre Jean-François Donzier, directeur général de l’office international de l’eau.
Or les montagnes sont très sensibles aux changements climatiques. Les experts des Nations unies tablent sur une hausse des températures de 1,4 à 5,8 degrés d’ici 2100 dans le monde, une évolution qui risque de bouleverser les activités montagnardes.
Il va falloir « prendre en compte l’élévation des températures, la mondialisation des rythmes biologiques ou l’évolution de l’enneigement », a averti la ministre de l’écologie, Nelly Olin, lors de ce congrès sur « L’eau en montagne », qui se tient jusqu’au 23 septembre.
Les élus locaux souhaiteraient plus de solidarité « amont-aval ». Les zones de montagne couvrent un tiers du territoire de l’Union européenne. Pourtant, malgré leur spécificité, « les montagnes ne sont pas reconnues en tant que telles au niveau européen. C’est regrettable car les investissements justifieraient un appui financier européen », a estimé le sénateur Jean-Paul Amaudry (UDF, Haute-Savoie).

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Experts et élus locaux au chevet de l’eau des montagnes

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X