En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

0

Commentaire

Réagir
Imprimer

Bibliothèques

Livre numérique : le ministère de la Culture veut aboutir à un «memorandum de cadrage sur les pratiques acceptables»

Publié le 11/06/2013 • Par Hélène Girard • dans : A la une, France

Imprimer

0

Commentaire

Réagir

© Fotolia

Devant les bibliothécaires réunis en congrès à Lyon du 7 au 9 juin 2013, la ministre de la Culture et de la communication, Aurélie Filippetti, a annoncé la prochaine constitution d’un groupe de travail, réunissant l’Etat, les professionnels (éditeurs, agrégateurs, libraires, bibliothécaires) et les auteurs. Objectif : élaborer des "bonnes pratiques pour développer la diffusion de la lecture numérique."

 

Chiffres-clés

  • 16 300 lieux de lecture publique en France, depuis la grande bibliothèque municipale au petit point lecture installé dans la mairie d'une commune rurale, en passant par les bibliothèques départementales de prêt.
  • 9 300 sont en contact régulier avec le service du livre et de la lecture, au ministère de la Culture.

Dans un message diffusé par vidéo, Aurélie Filippetti a annoncé le 6 juin 2013, aux membres de l’Association des bibliothécaires de France (ABF) la constitution prochaine d’un groupe de travail sur le livre numérique. Une instance dont le directeur du service du livre et de la lecture (SLL), Nicolas Georges, a précisé la feuille de route le lendemain. Quatre axes de réflexion seront mis au programme  :

  • les technologies
  • le droit
  • les usages
  • le financement

Concernant les technologies, il s’agit essentiellement des « canaux » de diffusion de l’offre, a indiqué Nicolas Georges. Dans l’état actuel des choses, l’articulation entre les catalogues des éditeurs, ceux des librairies, et les portails des bibliothèques est quasi inexistante, en raison de la multiplicité des modalités de diffusion.
« L’usager ne doit pas avoir de questions à se poser », a insisté le directeur du SLL, qui estime qu’il y a « un gros travail à faire » en ce sens.

La réflexion juridique portera notamment sur « la nature du bien que l’on acquiert ». Car, contrairement à ce qui se passe pour le livre imprimé, dont l’acheteur devient totalement propriétaire, l’accès au livre numérique se traduit par un droit d’accès à un bien relevant essentiellement de la propriété intellectuelle. « Le groupe de travail devra déterminer précisément ce qu’est l’acquisition d’un livre numérique. »

La réflexion sur les pratiques de lecture numérique devra permettre de préciser les usages qu’il est souhaitable de développer. Pour ce qui est des bibliothèques, l’essentiel des débats porteront sur l’introduction ou pas de DRM (digital rights managements, gestionnaire des droits numériques, ndlr), sur l’usage du téléchargement ou du streaming (consultation en ligne), sur l’accès en bibliothèque ou à distance.

Réintroduire un peu de rareté du livre - Enfin, le débat budgétaire visera à déterminer ce qui est financièrement « soutenable » en matière d’acquisitions de ressources numériques. Question qui renvoie à l’expérience malheureuse des bibliothèques universitaires dont les budgets sont lourdement grevés par les coûts exorbitants des acquisitions de ressources scientifiques dématérialisées. « Pour que les bibliothèques municipales et départementales puissent suivre, il faudra réintroduire un peu de rareté du livre. Ce qui suppose des choses comme la chronologie des médias ou la chrono dégradabilité des ouvrages, etc., des pratiques que les bibliothécaires acceptent plus ou moins », a estimé Nicolas Georges.

Ces travaux, qui devront aboutir d’ici à la fin de 2013, déboucheront sur la rédaction d’un « memorandum-cadre sur les pratiques acceptables ». « Il s’agit, a précisé le directeur du SLL, de faire en sorte que les éditeurs ne fassent plus aucune restriction dans la diffusion du livre numérique. L’ensemble de leurs catalogues doit être diffusé de façon claire auprès des particuliers et des bibliothèques. »

Pour contraindre les éditeurs, le ministère compte demander au Centre national du livre (CNL) de conditionner l’octroi d’aides publiques par une offre en direction des bibliothèques. De même, tout ouvrage numérique conçu avec des subventions devra inclure une offre pour le public handicapé visuel.

Bilan statistique 2011 : bonnes et moins bonnes nouvelles

Lors du congrès des bibliothécaires à Lyon, du 6 au 9 juin 2013, le directeur du service du livre et de la lecture (SLL), Nicolas Georges, a présenté en avant-première les principaux résultats de l’enquête statistique nationale sur les bibliothèques pour la période 2010-2011, qui seront publiés à la mi-juin.

  • Bonne nouvelle, les dépenses d’acquisitions ont progressé de 6 %

Et pas seulement celles de livres. Contre toute attente, les collections sonores ont vu leur budget augmenter de 4 % et la vidéo de 11 %. En revanche, « les dépenses pour les fonds électroniques sont toujours aussi peu significatives », a regretté Nicolas Georges.

  • Mauvaise nouvelle, les dépenses d’investissement ont chuté de 22 %

Au SLL, on veut croire qu’il s’agit d’une tendance liée « aux cycles électoraux », les municipalités arrivant en fin de mandat. Sans totalement exclure que la crise soit passée par là. Les statistiques des deux prochaines années permettront de dire si c’est le cas, ou si les nouvelles équipes municipales bâtissent de nouveaux équipements.

  • Fréquentation : les nouvelles pratiques se renforcent

Selon le SLL, les chiffres 2011 confirment la progression de la fréquentation et la baisse du nombre d’inscriptions, un double phénomène constaté depuis plusieurs années et, notamment, l’enquête du Credoc de 2006.
Le taux d’inscription est passé de 17,9 à 17,6 %. Le taux de fréquentation fléchit aussi légèrement, de 225 % à 222 % (une personne entre en moyenne 2,2 fois dans une bibliothèque en un an). Un « palier » selon le SLL puisque depuis 2006, cette donnée a cru en moyenne de 3 % par an. Cette tendance de fond renvoie aux études des publics. « Il est capital que les établissements connaissent leurs publics. C’est de leur responsabilité », a insisté Nicolas Georges. Les enquêtes doivent concerner non seulement les personnes qui franchissent les portes de la bibliothèque, mais aussi celles qui se connectent à distance.

Haut de page

Cet article est en relation avec

Aujourd'hui sur

les Clubs Experts de la Gazette

Une réforme européenne des filières REP: indispensable mais pas simple !

Pour le compte de la Commission européenne, le cabinet Bio by Deloitte a réalisé une étude sur les filières de responsabilité élargie du producteur (REP). Elle montre la nécessité d'une harmonisation, qui passe par une définition plus précise du dispositif ...

Recul inédit en 30 ans de l'investissement des collectivités territoriales

Année électorale oblige, les investissements des collectivités territoriales seront en repli en 2014. Néanmoins, c’est l’ampleur de ce phénomène qui interpelle puisqu’avec une baisse de 7,4 % sur un an, selon La Banque Postale, ce repli sera l’un des plus ...

Mission Blazy : 60 propositions pour « repenser la politique de sécurité publique »

Le président de la mission parlementaire sur la lutte contre l’insécurité, Jean-Pierre Blazy, a présenté le 22 octobre 2014 une série de propositions tous azimuts concernant aussi bien le rôle du maire dans la prévention de la délinquance, la modernisation ...

Baromètre Bien-être au travail 2014 : le malaise croissant des fonctionnaires territoriaux

Pour la troisième année, le baromètre « Bien-être au travail » réalisé par « La Gazette » et le cabinet conseil CaTTalyse, avec le soutien d’Intériale mutuelle, vient donner une image inédite de l’état d’esprit des fonctionnaires territoriaux dans ...

Imprimer

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Culture

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.