Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Patrimoine

Plages du débarquement : classement Unesco Vs projet éolien offshore

Publié le 31/05/2013 • Par Géraldine Lebourgeois • dans : Régions

Pour contrer le projet de parc éolien en mer au large de Courseulles-sur-mer, European platform against windfarms brandit son soutien au classement des Plages du débarquement au patrimoine mondial, initié par la région Basse-Normandie… également actrice du développement des énergies marines renouvelables.

Les 603 organisations membres d’European platform against windfarms (24 pays européens) proposent actuellement une pétition internationale en ligne « pour l’abandon d’un projet complexe éolien en mer et corrélativement le classement des Plages du débarquement au patrimoine mondial de l’Unesco afin que ces plages soient définitivement protégées de l’industrialisation ».

Le projet dénoncé consiste en l’implantation au large de Courseulles-sur-mer (Calvados) de 75 éoliennes de six mégawatts chacune dans le cadre du premier appel d’offres lancé par l’Etat en 2011 pour le développement des énergies marines renouvelables. Cette ferme offshore fournira 1 500 gigawatts par an à partir de 2018. Jean-Louis Butré est le président d’European platform against windfarms (EPAW) : « Est-ce qu’on peut déshonorer la France mondialement pour faire 0,2 % de l’électricité nationale alors qu’on en exporte 15 % ? »
L’association européenne en appelle à la communauté internationale. Au-delà de la pétition, elle a envoyé des courriers auprès de plusieurs chefs d’Etat et intervient dans les médias à travers le monde pour faire pression sur l’Unesco.

Différents mais complémentaires pour la région – Pour autant, le conseil régional de Basse-Normandie, qui est à la fois initiateur de la candidature des Plages du débarquement au patrimoine mondial et acteur du développement des énergies marines renouvelables sur son territoire, ne veut pas entrer dans la polémique. Les choses sont claires, selon le conseiller régional Raphaël Chauvois, délégué au tourisme, en charge du classement desPlages du débarquement et de l’éolien offshore : « Ce sont deux projets différents mais tout à fait complémentaires. Il ne faut pas confondre histoire et modernité. Il faut relativiser. L’avenir de la Normandie est en jeu. »

En termes économiques, le tourisme de mémoire représente chaque année pour la région près de cinq millions de visiteurs sur les cinq plages du D-Day (Utah, Omaha, Gold, Sword et Juno). Le développement de l’éolien offshore est de son côté considéré comme un levier de croissance, notamment porteur de 1 600 emplois.

Le projet fait actuellement l’objet d’un débat public engagé par la commission nationale du débat public, jusqu’au 20 juillet 2013. « Tout un chacun est invité à y exprimer son opinion », rappelle Raphaël Chauvois qui, jeudi 30 mai, a lancé aux côtés de son président Laurent Beauvais le site internet www.liberte-normandie.com pour recueillir un maximum de soutien à la candidature des Plages du débarquement à l’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco.

Cet article est en relation avec le dossier

Régions

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Plages du débarquement : classement Unesco Vs projet éolien offshore

Votre e-mail ne sera pas publié

CASALIS ARNAUD

14/06/2013 01h19

LA REGION EN CONTRADICTION ! La région est en pleine contradiction car si le tourisme de la Liberté attire 5 millions de personnes par an, il en fait vivre aussi plusieurs milliers. L’annonce de 1600 emplois créés par les éoliennes est purement fantaisiste et ne résulte que du racolage habituel des promoteurs. N’ont ils pas annoncé plusieurs centaines de milliers d’emplois en France grâce aux éoliennes ? On les attend toujours et en dix ans ils se chiffrent à quelques centaines seulement sur toute la France, souvent précaires.. Le mensonge se confirme chaque jour avec les licenciements massifs des constructeurs d’éoliennes danois, allemands et espagnols qui viennent de ou vont eux-même supprimer plusieurs milliers d’emplois. Sacrifier la mémoire des soldats de la liberté aux éoliennes, c’est complaire aux corrupteurs pour de l’argent mais c’est aussi sacrifier des milliers d’emplois dans le tourisme régional.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X