Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Violences

« Face aux violences conjugales, l’enfant est aussi une victime » – Maurice Berger, pédopsychiatre.

Publié le 31/05/2013 • Par Pascal Weil • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité

Berger2
D.R.
À la suite d'un colloque sur « l’intervention sociale en sécurité intérieure » qui s'est tenu le 2 mai à Paris, le docteur Maurice Berger, pédopsychiatre et chef de service au CHU de Saint-Étienne, a répondu aux questions du Club prévention-sécurité. Il y analyse les liens entre la violence de certains enfants et les violences conjugales, dont ils ne sont pas seulement les témoins mais surtout des « victimes collatérales ». Il propose ainsi que la police, quand elle constate des violences conjugales, effectue un signalement pour enfant en situation de risque à la cellule « Information préoccupante » du conseil général.

Le gouvernement veut faire de l’aide aux victimes une priorité. Vous défendez la nécessité d’intégrer les enfants à cette réflexion. Pourquoi ?

Au CHU de Saint-Étienne, dans le service que je dirige qui prend en charge des enfants violents de 2 à 12 ans, nous constatons que les enfants violents sont de plus en plus nombreux, d’une violence de plus en plus extrême qui se manifeste de plus en plus tôt. Dans de nombreux cas, cette violence était apparue dès l’âge de 16 à 17 mois, dès que la marche libérait leurs mains. Certes, il est vrai que beaucoup d’enfants deviennent agressifs vers cet âge, surtout les garçons.

Mais la violence que nous avons observée a une forme particulière. Tout d’un coup, le visage et le regard de ces enfants changent. À partir de 24 mois, quand ils le peuvent ...

Article réservé aux abonnés Club prévention sécurité
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Face aux violences conjugales, l’enfant est aussi une victime » – Maurice Berger, pédopsychiatre.

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X