Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Open data

L’open data, véritable voie de modernisation pour les administrations

Publié le 24/05/2013 • Par Sabine Blanc • dans : A la une, Dossiers d'actualité, France

Illustration arobase et internet
Getty images
L'open data est paré de trois vertus : il favorise la transparence de l'action publique, il est source de croissance économique et d'innovation, il est enfin un levier de modernisation de l'administration elle-même. Cette troisième affirmation a été utilisée par le gouvernement dans le cadre de la mise en oeuvre de la MAP, début 2013. Mais jusque-là, bien peu d'exemples venaient étayer l'argument. Ce n'est plus le cas : à l'étranger, et désormais en France, certaines initiatives montrent que oui, l'open data peut être un levier de modernisation des administrations, de l'Etat comme des collectivités territoriales.

Trouver les restaurants qui rejettent leurs huiles usagées dans les égouts en croisant une poignée de jeux de données : le travail de la « geek squad » de New York illustre les perspectives ouvertes par l’utilisation, par les administrations, en interne, des données, une des promesses de l’open data.

En France, des réutilisations aussi poussées et spectaculaires se font toujours attendre dans les administrations de l’Etat ou des collectivités territoriales. L’ouverture récente des données, depuis 2010, soit trois ans après les pionniers anglo-saxons, explique cette timidité. Et peut-être aussi une absence de vision aussi forte qu’à New York, ville qui se pense comme « une plate-forme ».

Sans aller jusque-là, Datalocale, le portail du conseil général de Gironde, s’est fixé comme objectif « de structurer le traitement des données au sein de la collectivité et d’orienter et de construire [leur] système d’information en faveur des usages internes. »

« Nous avons standardisé l’accès au catalogue (1) et développé la culture de la métadonnée (2) pour toutes les typologies et pas uniquement les données de géolocalisation, afin de partager, déjà, en interne, les données », explique Pascal Romain, chef de projet informatique pour le conseil général.

Un travail nécessaire pour bien appliquer la loi CADA de 1978 sur l’accès aux documents administratifs et la réutilisation des informations publiques, la directive PSI de 2003 et bientôt la loi de décentralisation qui devrait rendre obligatoire l’open data pour les collectivités territoriales de plus de 3500 habitants, ou du moins l’accès sous format électronique.

Datalocale va donc plus loin en incitant les services du conseil général, et les autres collectivités invitées à publier leurs données sur la plateforme, à adopter des standards qui facilitent la mise à disposition sous des formats exploitables.

Données remontantes – Pascal Romain ajoute que son équipe travaille sur un prototype permettant que les données soient interrogeables de façon croisée, grâce à l’interopérabilité. « Dans le cas du collège, les données viennent de différents producteurs, illustre-t-il. Le conseil général produit celles concernant les bâtiments, l’équipement numérique, les transports, etc., et le rectorat celles relatives aux options, à la capacité d’accueil, au taux de réussite ou de redoublement… Nous travaillons sur des descripteurs communs et une interface de navigation qui efface l’aspect technique. Il s’agit aussi d’appliquer la directive Inspire [sur l’harmonisation des données géographiques, ndlr], utilisée surtout jusqu’à présent par les professionnels ».

Deux projets déjà lancés associent en outre le point de vue des citoyens à celui des administrations pour « faciliter les métiers de la collectivité », poursuit-il. Le conseil général est chargé de la mise en oeuvre d’un plan départemental de la gestion des déchets – tri. Nous associons les usagers pour aboutir à un service dématérialisé plus complet et plus incitatif. Cela facilitera la localisation et la composition des différents services (recyclage, collecteur, etc.) ».
De même, il espère que la gestion des chemins de randonnée, qui passe aussi par un plan départemental, sera améliorée grâce à une application en partie crowdsourcée (3), basée sur Open Street Map, le service de cartographie libre.

Le crowdsourcing fait aussi partie des objectifs de l’open data parisien. Mourad Rezgui, de la mission transverse du système d’information à la Ville de Paris, cite par exemple le set (4) des sanisettes : les gens pourraient signaler des dysfonctionnements aux agents en charge de l’entretien. Il note toutefois que cela pose « le problème de la validation de l’information : combien de personnes doivent signaler un problème, pour considérer qu’il est réel ? »

Fini les négociations entre services rivaux – Deux ans après le lancement du portail de Montpellier, Jean-Marie Bourgogne, directeur du programme Montpellier Territoire Numerique, constate que l’open data est un travail de longue haleine, comme tous ses homologues.
« Actuellement, environ 60% des services ont publié leurs données. Pour les autres services, soit ils n’ont pas de données publiables (inexistantes, inexploitables, inintéressantes ou protégées), soit il reste encore des données  à produire (les archives par exemple). Il ne s’agit pas de refus de principe, tous sont sensibilisés. Dans certains cas enfin, il ne s’agit pas de services mais d’opérateurs étroitement liés à la mairie (SEM Aménagement, CCAS, Office de Tourisme). Ceux-là sont quand même plus difficile à convaincre, soit parce qu’ils opèrent dans un contexte commercial (SEM et OT), soit la nature de leur service et leur culture restent éloignés de ces sujets numériques », indique-t-il.

Mais déjà, il relève un point encourageant : « Cela améliore l’efficacité interservices : tout le monde passait son temps à négocier avec le service voisin pour avoir ses données, et la collaboration est parfois difficile. La tendance est à des SIG par métier, ce qui peut engendrer des conflits de pouvoir. Il n’y a ainsi toujours pas de cartographie centrale, avec la voirie, l’eau, le cadastre. Mais les gens ont de plus en plus le réflexe : “est-ce que les données sont sur le site ?” ».

Jean-Marie Bourgogne se félicite aussi de ce que le conseil général ou le conseil régional piochent dans leur catalogue : « Il y a autant d’usages internes qu’inter-institutions ».
De même, Erwane Morette-Monthubert, élue en charge des nouvelles technologies à la mairie de Toulouse, note que le portail de Toulouse Métropole est utilisé « par des toutes petites communes, sans DSI : elles récupèrent des données sur la voirie, les budgets primitifs, etc. »

Passer à l’acte II de l’open data – « Les premiers bénéfices seront en interne, estime même Pierre-Paul Pénillard, directeur de projet Open data 71 en Saône et Loire. C’est le point de vue du conseil général. On a le potentiel pour ces usages. Pour le moment, nous avons passé l’acte I de l’open data, celui de l’appropriation. Nous sommes restés dans notre cercle de spécialistes, et nous manquons encore d’ensembles de données cohérents et finis. Cela fait six mois seulement que je parle de la modernisation de l’administration ; l’acte II donnera lieu à davantage de retombées concrètes. »

Il s’agira ainsi d’améliorer les processus de saisie de données, pour qu’ils soient plus complets dès l’origine. Pierre-Paul Pénillard évoque aussi la possibilité de faire du contrôle de gestion « autrement », par exemple avec des datavisualisations en plus des actuels tableaux de bord, afin de « mieux voir les données, les comparer, via un outil commun plus facile à mettre en oeuvre », et « mesurer l’efficience et valoriser le travail » le cas échéant. Et de tisser le parallèle : « comme dans toute entreprise, nous avons des axes de travail, que l’open data peut déclencher ».

« Réussir ce qu’on n’a pas réussi depuis quinze ans » – De façon concrète, il cite la lecture publique, qui vient d’entrer dans un processus d’ouverture de ses données : « L’opération va nous donner une visibilité sur l’ensemble des catalogues des bibliothèques. L’open data permet de réussir ce qu’on n’a pas réussi depuis quinze ans ! Nous axerons ainsi mieux nos politiques publiques. »

Autre projet caressé, « un observatoire de l’eau en Saône-et-Loire. Nous nous occupons des stations d’assainissement, mais d’autres données sont gérées par des syndicats, des communes, des associations… L’open data peut jouer un rôle fédérateur. Cet outil serait à disposition de tous les acteurs. »

La communauté urbaine de Bordeaux (CUB) a de son côté développé une API pour produire des cartes et croiser des données, qui a ensuite été mise à disposition.
« Les données viennent de la CUB, mais aussi du conseil général ou du système d’information des usagers », précisent Pamela Ferra-Cabrillat, directrice du numérique à la CUB, et Armelle Gilliard, chef de projet des services numériques. Cet outil est utilisé pour produire la cartographie des parcs et jardins, pour le PLU, la collecte des déchets ou encore l’Eté métropolitain, une programmation estivale favorisant la découverte du territoire.
« Comme les agents constatent que l’open data leur est utile, ils acceptent de changer d’outil, par exemple sur la déportation des données de circulation », complètent-elles.

S’il est nécessaire d’avoir des fichiers plus complets, un écueil inverse existe, que l’open data permet de réduire. « La démarche nous a permis d’identifier des pratiques redondantes de collecte de données », rapporte Mourad Rezgui. Et donc de centraliser dans un fichier unique avec un seul format.

Avec… ou sans data-analyste – L’étape suivante pourrait, entre autres, passer par l’embauche de data-analystes, capables de fouiller avec créativité dans les données, connues ou obscures.
Quand on demande à Pamela Ferra-Cabrillat et Armelle Gilliard si la CUB compte un data-analyste dans ses rangs, elles déplorent en souriant : « Malheureusement non, nous n’en sommes pas encore à ce stade, mais les exemples new-yorkais nous donnent envie. La direction du numérique date de 2011 seulement ; l’open data est un process lent, avec des logiques nouvelles à intégrer. Nous n’avons pas encore eu le temps de rencontrer tous les agents. Mais on voit que ce type d’emploi émerge ».
À défaut, la CUB s’associe avec des partenaires extérieurs, comme les écoles d’informatique. Dans le cadre de Metrolab, une réflexion autour de la ville intelligente, des ateliers sont organisés, avec la participation de professionnels du big data.

En Gironde, « nous avons déjà des data-analystes, mais plutôt issus de la sociologie ou plutôt orientés information décisionnelle ou géographique », précise Pascal Romain au conseil général. Des profils amenés à se pencher bientôt sur l’open data ?
Pierre-Paul Penillard s’interroge : « le data-analyste est-il la bonne personne ? Il nous faudrait plus de datajournalistes pour interroger les données avec un regard extérieur ; la progression interne passe par là. Si c’est nous qui interprétons, on va nous accuser de faire de la politique. On pourrait imaginer des équipes pluridisciplinaires, avec des statisticiens, des datajournalistes, des data-analystes, pour valoriser, ou dévaloriser. »

Toutefois, il n’est pas nécessaire de disposer de profils aussi pointus pour trouver des usages pertinents et inattendus. La curiosité, la volonté de décloisonner, dans l’objectif d’accroître l’efficacité, comptent aussi.
L’anecdote racontée par ce pompier d’Amsterdam est révélatrice. Bart van Leeuwen raconte comment il a cherché du côté du web des données pour que les hommes du feu arrivent plus vite et plus facilement sur le lieu des accidents.
Il avait besoin de trois types de données : « les travaux de construction et autres activités, la présence de matériaux dangereux dans les bâtiments, les profondeurs d’eau et les obstacles sous l’eau ».

Face à la frilosité des services qui les détenaient, et constatant que d’autres services étaient intéressés par les données que les pompiers pouvaient fournir, la brigade a commencé à publier des données sur les accidents, déjà présentes sur le web, mais sous un format non structuré. Ce qui les a mis en position de force pour demander, à leur tour, des données. « Il y a eu un effet secondaire intéressant : même en notre sein, les gens ont commencé à ouvrir l’information pour notre organisation pensée comme un tout ».
Et au bout du (patient) compte, la brigade va même lancer un site avec ses données en libre accès.

Cet article fait partie du Dossier

Open Data et réutilisation des données publiques : des promesses vertigineuses

Sommaire du dossier

  1. Ce qu’il faut retenir du projet de loi pour une République numérique
  2. “L’open data par défaut ne pourra pas se faire sans médiation numérique” – Samuel Goëta
  3. Révision à la baisse de l’opendata dans les collectivités locales
  4. Open data, un nouvel élan pour le tourisme
  5. En Nouvelle Aquitaine, l’observatoire Nafu affûte la connaissance du foncier grâce aux données publiques
  6. « L’open data ne devrait être qu’une des modalités d’ouverture des données publiques »
  7. Open data : l’Occitanie est un territoire-pilote
  8. Le décret sur les données de référence, nouvelle pierre pour la généralisation de l’opendata
  9. Coopération public – privé et données : comment et pourquoi les collectivités doivent reprendre la main
  10. « L’open data est de plus en plus ancré dans les pratiques »
  11. Projet de loi Valter : un (tout) petit pas pour l’opendata
  12. Réutilisation des données publiques : des promesses vertigineuses
  13. L’ouverture des données publiques en France reste perfectible
  14. L’open data, atout maître dans la course aux économies ?
  15. Mobilités : les collectivités se rapprochent d’Uber, Waze et Blablacar
  16. La métropole, « bonne échelle pour développer le service public local de la donnée »
  17. Le rapport Trojette habille pour l’hiver les redevances sur les données publiques (1/2)
  18. Le rapport Trojette : les acteurs du secteur saluent un bon point de départ (2/2)
  19. Les avis de la Cada en open data, enfin
  20. Open data : cachez ces données que l’on ne saurait voir
  21. Le fouillis des licences open data s’éclaircit [Fiche pratique]
  22. Données publiques : l’échelle des priorités
  23. “Les données d’autorité restent un instrument de souveraineté”- Pascal Berteaud, DG de l’IGN
  24. Open data : le service public augmenté – Des données ouvertes de plus en plus cadrées
  25. Les acteurs publics, gros acheteurs des données… publiques
  26. Données publiques : une nouvelle économie des services publics en débat
  27. OaklandOpenBudget ou quand les citoyens se saisissent de l’Open Data
  28. Open data : quels coûts pour les collectivités territoriales
  29. Open Data : comment les collectivités s’y mettent
  30. Open data : le service public augmenté – 1. Cap sur la réutilisation
  31. Brocas, laboratoire de l’open data des petites communes
  32. Open data : le service public augmenté – 2. L’atout de la mutualisation
  33. Open data : le service public augmenté – 3. Des territoires riches de données
  34. L’open data, véritable voie de modernisation pour les administrations
  35. « L’open data est un révélateur violent de l’inadaptation de l’administration » – Denis Berthault, expert Open Data
  36. Open data et tourisme : un potentiel qui reste à transformer
  37. Interview d’Anne Josso, secrétaire générale adjointe de la CADA
  38. « Les collectivités, premières bénéficiaires de l’open data » – Claire Gallon, LiberTIC
  39. Open data : la transparence démocratique demeure virtuelle
  40. Pourquoi le dogme de la gratuité des données publiques freine la diffusion de l’open data
  41. La FING, partenaire et centre de ressources
  42. Une évaluation sans concession mais lucide de l’open data en Loire-Atlantique

Notes

Note 01 Catalogue : répertoire de l'ensemble des bases de données mise à disposition Retour au texte

Note 02 Métadonnées : données décrivant une donnée. Par exemple, pour une photo, il peut s’agir du réglage de l’appareil qui l’a prise, du lieu de la prise de vue, de son thème, etc. Les métadonnées facilitent l’organisation, la recherche et la réutilisation des données. Il existe des standards de métadonnées, Exif pour les photos, ID3 pour les .mp3, etc. Ce système est essentiel au bon fonctionnement du web des données, qui vise à relier les données entre elles pour leur donner du sens. Retour au texte

Note 03 C'est-à-dire alimentée par des informations apportées par les administrés. Le terme vient de l’anglais « crowd », littéralement « la foule ». Retour au texte

Note 04 Jeux de données Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

L’open data, véritable voie de modernisation pour les administrations

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X