Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

e-démocratie

OaklandOpenBudget ou quand les citoyens se saisissent de l’Open Data

Publié le 30/05/2013 • Par Mehdi Guiraud • dans : Dossiers d'actualité, France

Voici un exemple où la mise à disposition des données publiques permet à une communauté de se saisir du vivre ensemble. Au départ, des citoyens d'Oakland (Etat-Unis, Californie), demandeurs et engagés, sollicitent leur municipalité pour accéder aux données budgétaires.Sans méfiance ni défiance à l'égard des dépenses de la mairie, ils sont convaincus que pour comprendre la gestion de leur ville, il faut pouvoir explorer son fonctionnement.

Le prochain budget d’Oakland aura un parfum particulier. Les habitants de cette ville moyenne de Californie (400 000 habitants tout de même) auront eu, grâce à l’open data et l’initiative de quelques uns, une vue approfondie des dépenses et rentrée fiscale des années 2013 à 2015.

Tout a commencé en novembre 2012 quand Adam Stiles, publicitaire et journaliste indépendant se joint à un hackathon organisé par la ville d’Oakland. Il y entend un participant suggérer que « les citoyens avaient besoin de comprendre les comptes de la ville », et décide de s’engager, avec lui, dans une expérience encore assez unique dans l’utilisation des données publiques.
Leur but : obtenir les données budgétaires de la ville, et les rendre accessibles (compréhensibles) au plus grand nombre à travers leur visualisation sur un site dédié.
Dépourvus de toute expérience en programmation, tous deux font appel à Code for America (1), une association de développeurs qui soutient des projets de citoyens pour rendre les gouvernements plus proches du public, grâce aux outils du web.

Proposition de budget de la ville d'Oakland (Californie) 2013-2015

Openspending, un outil de visualisation de budgets – Cinq mois après, ils présentent la première version de leur site internet au public, et au conseil municipal d’Oakland. Au coeur du site, l’utilisation d’un logiciel, Openspending,  qui permet la représentation idéale d’un budget pour le grand public, et développé par l’Open Knowledge foundation (OKFN) (2). Sa vocation : rendre visibles les budgets municipaux, jusqu’à celui des États.
Au Danemark par exemple, ce n’est pas moins de 98 villes dont les budgets sont montrés sous toutes leurs coutures. Aux États-Unis, 35 villes ont adopté l’outil. Dans le monde au total, plus de 200 villes mettent à disposition des habitants des visualisation de leur budget  en utilisant Openspending.
Mais avec Oakland, c’est la première fois que la démarche vient d’une initiative ascendante, des citoyens.

Nouvelles technologies au service de la cohésion sociale – Si les possibilités et l’accessibilité de ce logiciel libre sont grandes, Adam Stiles a compris que l’idée ne pouvait se résumer à l’utilisation d’un outil, mais devait partir des attentes des différentes communautés de la ville, puis de solliciter la ville pour obtenir les données nécessaires.
« Nous rencontrons les représentants d’une communauté pour savoir quels aspects du budget les intéresseraient, ce qu’ils ont envie de voir et de comprendre. Puis nous allons voir la mairie pour obtenir les données. Nous avons aussi eu la chance de rencontrer un expert finances de la ville qui nous a permis de bien cerner ce qu’elles révélaient du budget », explique Adam Sitles.

Affectation des taxes aux différents services de la ville d'Oakland en 2012-2013

Liberté d’actions aux citoyens – Si la mairie n’a pas été motrice dans la démarche, « elle n’a rien fait pour l’empêcher », admet Adam. « Et puis, l’employé qui nous a assisté l’a fait en dehors de ses heures de travail […] parce qu’il comprenait la valeur ajoutée de ce que nous faisions ».

Malgré l’enthousiasme que cette démocratie locale 2.0 pourrait inspirer, Adam Stiles reste pragmatique : « Notre première ambition, c’est d’informer les citoyens, afin que chacun tire ses propres conclusions. Nous sommes encore au stade du prototype, et le défi sera de rendre l’outil réellement utile aux citoyens. Ce qui implique de vraiment écouter toutes les communautés d’Oakland pour mesurer ce qu’elles attendent du budget municipal ».

Openbudgetoakland.org prêt pour la proposition de budget de 2013-2015 – Si le développement du site n’est pas terminé, c’est aussi parce qu’il évolue en fonction de la demande. La méthode de dialogue est d’ailleurs installée dans les habitudes des utilisateurs du site.
Les commentaires, par exemple sur la visualisation globale du budget, sont en majorité réservés à la discussion autour du nouveau budget 2013-2015 qui sera débattu au mois de juin 2013. Et les données sont nombreuses, car la mairie a été généreuse : le détail va jusqu’aux frais de reprographie.  

Cependant, les commentaires se succèdent sur les fonds alloués à la police ou sur le montant de l’endettement.  La communauté ne se limite pas à Oakland et les comparaisons sont constantes avec les autres expériences à travers le monde.
Ainsi on trouve pêle-mêle au milieu des commentaires sur le budget, des propositions d’améliorations inspirés soit du budget de l’Allemagne, soit de celui de la ville de New York. A la différence de ces exemples, les habitants d’Oakland feront entendre leur avis sur un budget qui n’est pas encore voté. Leurs questions sont d’ores et déjà consignés dans les commentaires. 

Qu’est-ce qu’un hackathon ?

Maël Inizan, chargé de projet chez Silicon Xperience / Silicon Sentier, qui a organisé plusieurs manifestations de ce type (3) rappelle que le terme « ‘Hackathon » est un néologisme qui contracte les mots « hack » et « marathon », le hack recouvrant une notion de « bidouillage ».
Dans l’univers numérique, les hackathons rassemblent des développeurs, des graphistes, des designers, des journalistes… pour réaliser, ou co-créer, sur un temps ramassé, un projet d’application. La motivation des participants peut être aiguillonnée par un concours, récompensant les meilleures trouvailles à l’issue de la manifestation. Des « mentors » peuvent accompagner les participants pour les guider dans leurs créations.

La boite à outils pour les geeks

Pour ceux qui veulent aller plus loin et s’essayer à la visualisation de budget  :

Cet article fait partie du Dossier

Open Data et réutilisation des données publiques : des promesses vertigineuses

Sommaire du dossier

  1. Ce qu’il faut retenir du projet de loi pour une République numérique
  2. « L’opendata est avant tout un projet organisationnel » – Laurence Comparat
  3. Mobilité : l’échange de données est-il gagnant-gagnant ?
  4. « Voir les données comme une infrastructure est un enjeu majeur de souveraineté » – Henri Verdier
  5. Une interco pionnière dans l’ouverture des données
  6. “L’open data par défaut ne pourra pas se faire sans médiation numérique” – Samuel Goëta
  7. Révision à la baisse de l’opendata dans les collectivités locales
  8. Open data, un nouvel élan pour le tourisme
  9. Libre accès aux données publiques : comment mettre en œuvre les nouvelles obligations
  10. Open data : comment réussir l’ouverture de ses données publiques
  11. En Nouvelle Aquitaine, l’observatoire Nafu affûte la connaissance du foncier grâce aux données publiques
  12. « L’open data ne devrait être qu’une des modalités d’ouverture des données publiques »
  13. Open data : l’Occitanie est un territoire-pilote
  14. Rennes construit le « service public métropolitain de la donnée »
  15. Quand les agences d’urbanisme se saisissent de l’open data
  16. Coopération public – privé et données : comment et pourquoi les collectivités doivent reprendre la main
  17. Le décret sur les données de référence, nouvelle pierre pour la généralisation de l’opendata
  18. Projet de loi Valter : un (tout) petit pas pour l’opendata
  19. Réutilisation des données publiques : des promesses vertigineuses
  20. L’open data, atout maître dans la course aux économies ?
  21. L’ouverture des données publiques en France reste perfectible
  22. Mobilités : les collectivités se rapprochent d’Uber, Waze et Blablacar
  23. La métropole, « bonne échelle pour développer le service public local de la donnée »
  24. Le fouillis des licences open data s’éclaircit [Fiche pratique]
  25. “Les données d’autorité restent un instrument de souveraineté”- Pascal Berteaud, DG de l’IGN
  26. Open data : le service public augmenté – Des données ouvertes de plus en plus cadrées
  27. Données publiques : une nouvelle économie des services publics en débat
  28. Les acteurs publics, gros acheteurs des données… publiques
  29. OaklandOpenBudget ou quand les citoyens se saisissent de l’Open Data
  30. Open data : quels coûts pour les collectivités territoriales
  31. Open data : le service public augmenté – 1. Cap sur la réutilisation
  32. Open data : le service public augmenté – 3. Des territoires riches de données
  33. Open data : le service public augmenté – 2. L’atout de la mutualisation
  34. L’open data, véritable voie de modernisation pour les administrations
  35. Open data et tourisme : un potentiel qui reste à transformer
  36. « Les collectivités, premières bénéficiaires de l’open data » – Claire Gallon, LiberTIC
  37. Open data : la transparence démocratique demeure virtuelle
  38. La FING, partenaire et centre de ressources
  39. Une évaluation sans concession mais lucide de l’open data en Loire-Atlantique

Notes

Note 01 La brigade des informaticiens pour l'Amérique - Code for America Retour au texte

Note 02 Cette association, née en Angleterre en avril 2004,  ne cesse de créer des antennes à travers le monde pour faciliter l’accès aux données publiques et à la connaissance Retour au texte

Note 03 Son dernier, le « space apps challenge », était organisé en partenariat avec la NASA, dans 83 villes à travers le monde simultanément. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

OaklandOpenBudget ou quand les citoyens se saisissent de l’Open Data

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X