Prévention des risques

La Charente-Maritime lance son Plan Digues

| Mis à jour le 22/07/2013
Par • Club : Club Techni.Cités

Avec environ 470 kilomètres de côtes, la Charente-Maritime est particulièrement exposée aux risques de submersion marine. Déclinaison opérationnelle des huit Programmes de d’Actions de Prévention des Inondations (PAPI) labellisés sur le département, et du Plan Submersions Rapides (PSR), le « Plan de Renforcement des protections littorales » a été présenté le 16 mai.

Trois ans après la tempête Xynthia, qui a mis en évidence la fragilité des côtes de Charente-Maritime, le département a désormais son Plan Digues. Un « Plan de Renforcement des protections littorales » qui établit le programme des travaux destinés à prévenir les inondations sur les deux tiers de ses côtes exposés à des risques de submersion marine.

Ce plan comprend des dizaines de chantiers de nature différentes (digues, murets, batardeaux, risbermes, bassins, rechargement de cordons dunaires et ganivelles), réalisés en grande partie sous maitrise d’ouvrage du conseil général, pour un montant estimé à 350 millions d’euros.
Une enveloppe financée à hauteur de 40% par l’Etat, 20% par le département de Charente-Maritime, 20% par la région Poitou-Charentes et 20% par les communes ou communautés concernées. Avec un programme qui devrait s’étaler sur 15 à 20 ans.

Lourdeurs des procédures – Mais si toutes les études ont été lancées sur la quarantaine de sites concernée, le calendrier de réalisation des travaux reste incertain. « Le problème n’est ni politique, ni financier, ni technique mais procédural », explique Lionel Quillet, conseiller général et président de la Mission Littoral du conseil général. Chaque projet est en effet soumis au respect d’un millefeuille d’études et procédures techniques et environnementales dont la lourdeur risque de ralentir le lancement des chantiers.
« Un projet type comprend pas moins de 48 instructions. Nous avons présenté cette réalité aux services de la ministre Delphine Batho qui s’est engagée à revoir et simplifier la procédure avant la fin de l’année, en essayant de la compresser », explique Lionel Quillet. Avant de constater : « aujourd’hui nous créons de la pratique, de la jurisprudence avec des lois environnementales qui n’avaient jamais vraiment été mises en œuvre ».

Ouvrages et conséquences – Parce que les études avaient été lancées avant Xynthia, certains travaux pourront débuter dès le 27 mai dans le département de Charente-Maritime, plus précisément sur l’île de Ré pour renforcer la digue du Boutillon (La Couarde-sur-Mer). Les travaux, qui devraient durer deux ans, sont évalués à quelque 9 millions d’euros.

Sont également programmés la deuxième tranche de la digue ouest de Charron début juin (1,5 million), et en septembre les premiers aménagements à Port-des-Barques pour 800 000 euros (sur un coût total de 4 millions).

La décentralisation en perspective – Et après ? Qu’en sera-t-il de l’entretien et de la responsabilité de ces ouvrages au regard du projet de loi de décentralisation qui prévoit le transfert aux communes ou aux EPCI des ouvrages de protection relevant aujourd’hui d’autres autorités publiques, de propriétaires privés défaillants ou d’une « gestion orpheline ». Et ce, sans qu’aucune disposition relative au financement de cette nouvelle compétence n’ait à ce jour été prévue.
« Les maires s’inquiètent du coût de cette gestion et nous interrogent sur les futures obligations règlementaires qui pèseront sur eux. Mais aujourd’hui, nous n’avons pas de réponse à leur donner », rapporte Mathieu Dupont, chargé de mission PAPI Agglomération rochelaise.

Commentaires

1  |  réagir

23/05/2013 10h28 - SIRIUS

Il peut être utile de renforcer des digues, mais la protection de l’habitat passe surtout par le respect des zones non constructibles.
Ce que les élus locaux ou l’administration , ont souvent oublié ou, plus grave ,refusé de prendre en compte pour toutes les mauvaises raisons qui ont été souvent exposées.

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Votre actu juridique du 13 au 19 juillet 2018

    Notre sélection de textes officiels, jurisprudence et réponses ministérielles intéressant les cadres de la filière technique, publiés par le Club Techni.Cités et sur Lagazette.fr entre le 13 et le 19 juillet 2018. ...

  • La procédure de passation d’une délégation de services publics

    Les textes réglementaires (ordonnance et décret « concessions » de 2016) ont conservé des spécificités aux délégations de service public. La passation de ces concessions différentes des autres obéit donc à un régime particulier dont les étapes seront ...

  • Un vent d’air frais pour le Cerema

    Pierre Jarlier, maire de Saint-Flour et vice-président de l'Association des maires de France, a été élu président du Cerema le 13 juillet. Il arrive dans un contexte compliqué, après de lourdes coupes budgétaires et des baisses d'effectifs annoncées. ...

  • Les ressources de l’île d’Houat contre le stress hydrique

    La pénurie en eau est une histoire ancienne sur les îles, mais elle s’accroît avec la pression touristique. L’insularité hydrique fait de ces territoires de véritables laboratoires de la préservation de la ressource en eau. Exemple à Houat, dans le Morbihan. ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X