Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Protection de l'enfance

Les départements obtiennent une réforme de l’accueil des mineurs isolés étrangers

Publié le 15/05/2013 • Par Sophie Le Gall • dans : Actu experts prévention sécurité, France

Vieille pomme de discorde entre les conseils généraux et l’Etat, l’accueil des mineurs isolés étrangers, jusque-là pris en charge par les seuls départements, va faire l’objet d’une réforme attendue. L’accord qui va lier le ministère de la Justice et les départements est en cours de signature.

Jean-Louis Tourenne, président (PS) du conseil général d’Ille et Vilaine, à la tête du groupe de travail de l’Assemblée des départements de France (ADF) qui a planché sur cet accord, ne cache pas sa satisfaction : « Le mot peut sembler un peu fort, et pourtant, il s’agit bien d’une révolution. L’Etat va enfin remplir ses responsabilités dans l’accueil des mineurs isolés étrangers (MIE), ce que nous réclamions depuis des années. »

Selon les termes de l’accord en cours de signature entre l’ADF et le ministère de la Justice, qui sera suivi de la publication d’une circulaire interministérielle, l’Etat prendra financièrement à sa charge les cinq premiers jours d’accompagnement, sur une base de 250 euros par jour.

L’accord prévoit également une répartition des jeunes entre les départements ...

Article réservé aux abonnés Club prévention sécurité
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les départements obtiennent une réforme de l’accueil des mineurs isolés étrangers

Votre e-mail ne sera pas publié

Louis en Somme

17/05/2013 09h50

Il s’agit là d’une bonne nouvelle.
Des familles de nos associations hébergent à titre humanitaire depuis mi octobre 2012 plusieurs mineur(e)s de 14 à 16 ans, que nous avons « récupéré » affamés et transis de froid après leurs remises à la rue par nos Services Sociaux.
Mais il ne faudra pas faire d’erreurs de communication: à partir d’une info du journal « Le Monde » en date du 10 mai 2013 « La France face à l’afflux d’adolescents sans papiers », les lecteurs ont immédiatement extrapolé: 250 euros/jours=7500 euros/mois/Mineur……L’économie maximum est aujourd’hui de rigueur! Ce serait une grave erreur que de placer ces enfants dans des structures coûteuses sans une éducation à la dureté de la vie chez nous. L’accueil en famille encadrée est à privilégier.
Enfin, les policiers ont d’autres missions que de mettre ces enfants à l’abri dans des geôles pour une nuit (c’est le cas actuellement!): nous espérons que des enquêtes de police sérieuses seront menées sur la facilité des passeurs à obtenir des visas et passer aussi facilement à travers les mailles des polices d’aéroports, etc.

Louis en Somme

17/05/2013 10h47

Encore que……
Après un tout petit peu de recherche, France Terre d’Asile, par la voix de son directeur, critique la circulaire en date du 25 février 2013….( MINEURS ISOLÉS ÉTRANGERS : UNE CIRCULAIRE « USINE À GAZ » ?).
Nous sommes le 17 mai, et l’ADF précise qu’elle travaille bien sur un projet de circulaire non encore formalisé……
Les enfants étrangers ont encore de beaux jours à vivre dans nos rues……
:sss

Thierry

17/05/2013 06h59

Cette nouvelle, qui couve maintenant depuis quelques mois avec la circulaire Taubira, entérine le retour de l’Etat quant au traitement de la question des MIE.
C’est une avancé notable qu’il s’agit d’encourager, tant les charges incombant jusqu’alors à quelques départements français devenait ingérable et alimentait les tensions entre Etat et collectivités territoriales au point d’enkyster les dispositifs d’accueil.
Si cette nouvelle s’avère encourageante, j’attendrai pour ma part d’en connaître précisément les modalités d’application. En effet, les cinq premier jours apparaissent largement insuffisant quant à une évaluation fine des situations, âge et identité (on s’y attendait), mais encore isolement à établir et projet à mettre en oeuvre comme l’exige les lois de protections de l’enfance.
La délocalisation imposée aux MIE pour répondre d’un plus juste équilibre au niveau national me semble totalement utopique. On n’oblige pas un ado de 15, 16 ou 17 ans à habiter un projet uniquement cousu par les institutions ! Où se situe la place de l' »usager » renforcée par les lois 2002-2 ? Certains départements et villes bénéficiant de dispositifs dédiés et d’une importante expérience (dont je suis) risquent de se voir rappliquer les MIE fugueurs issus des départements moins au fait de ces questions. Se retrouveront-ils alors sous main levée de justice sans aucune possibilité de réajuster LEUR projet, n’ayant plus aucun droit si ce n’est l’errance structurelle ?
L’ADF a t’il réfléchi au transfert de compétences entre départements et à la création de nombreuses plateformes départementales encouragées depuis plus de dix ans par les différents « Défenseurs Des Droits », et cela à juste titre ?
Tout cela pour dire que de très nombreuses questions subsistent, dont aussi celle des opérateurs intervenant sur la phase d’arrivée (5 jours), …
L’éducateur que je suis reste partagé entre le retour de l’Etat dans la course et les nombreux bouleversements inhérents à ce nouveau fonctionnement.

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X