Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Aménagement

Le maire d’Orléans s’estime « harcelé » par les services de l’Etat

Publié le 14/05/2013 • Par Jean-Jacques Talpin • dans : Régions

Après un avis négatif de l’ABF à des permis de démolir, la ville considère que le ministère de la Culture veut bloquer ses projets d’aménagement urbain.

Annulation d’une subvention pour la construction d’une Arena, demande de classement au titre des monuments historiques de toute une rue pour bloquer un projet d’alignement dans le centre ancien et cette fois avis négatif de l’ABF à des permis de démolir : pour le maire d’Orléans « la coupe est pleine ! »

Depuis quatre ans, la ville se bat pour élargir une rue avec la démolition d’une dizaine d’immeubles afin de faciliter l’accès au site de l’ancien hôpital où un quartier de logements et d’équipements universitaires doit être érigé. Mais après les recours des riverains, la ville doit aussi s’affronter à la Drac avec notamment un avis défavorable à des permis de démolir émis par l’ABF mi-avril.

« Il s’agit d’une forme de harcèlement, a déclaré fin avril 2013 Serge Grouard, le maire (UMP) de la ville. Nous sommes dans un véritable déni du droit. C’est le fait du prince qui s’exprime. »
Le maire voit dans cet avis une volonté clairement affirmée de l’Etat de ralentir voire de bloquer son projet. Car la décision de l’ABF est d’autant plus « surprenante » que les permis de démolir visés par cet avis défavorable avaient été retirés « oralement » auprès de la Drac le 2 octobre 2012.

« Mes services n’ont pas été informés officiellement de ce retrait, a rétorqué Xavier Clarke de Dromantin, l’ABF. Nous demandions un papier attestant formellement de ce retrait, mais nous n’avons jamais rien reçu ! »

Pour débloquer ce conflit le maire d’Orléans souhaite « prendre les Orléanais à témoin » tout en relançant son dossier d’aménagement avec à la clef une trentaine d’avis d’expropriation reçus fin avril par des habitants de la rue.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Le maire d’Orléans s’estime « harcelé » par les services de l’Etat

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X