En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

1

Commentaire

Réagir
Imprimer

Économie

[Cartes] Les régions les plus attractives pour les entreprises étrangères

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la une, France

Imprimer

1

Commentaire

Réagir

© D.R

Dans son rapport annuel 2012 publié le 7 mars 2013, l'Agence française de l'investissement international (AFII) souligne un investissement étranger stable sur le territoire malgré une croissance mondiale atténuée par la crise. Une cartographie régionale révèle quelles régions sont les plus attractives pour les entreprises étrangères. Ce qui ne correspond pas forcément à la carte de France des emplois créés ou maintenus du fait des investissements étrangers sur la même période.

 


Que l’Ile-de-France, Rhône-Alpes et Paca soient en tête du classement des régions les plus attractives en termes de projets d’implantations d’entreprises étrangères n’est pas un scoop. L’enseignement des données de l’AFII sur les projets de créations de sites d’entreprises étrangères tient surtout à la lecture de la carte de France dans sa globalité.
Et là, trois catégories se distinguent.

La 1ère, c’est le peloton de tête en marron foncé sur la carte.

Une 2ème catégorie, en marron moins foncé, rassemble des régions au fort potentiel attractif, légèrement inférieur à celui de l’Ile-de-France, Rhône-Alpes et Paca mais tout de même très prometteur. On recense :

  • Alsace (46 projets d’implantations d’entreprises étrangères),
  •  Midi-Pyrénées (42), 
  • Aquitaine (38)
  • Nord-Pas-de-Calais (36),
  • Pays de la Loire (32), 
  • Centre (17), 
  • et le Languedoc-Roussillon (20).

Le 3ème groupe est celui des régions les moins attractives, en marron le plus clair, qui sont, pour l’essentiel, géographiquement enclavées et non frontalières (hormis Franche- Comté) :

  • Auvergne (9 projets d’implantations d’entreprises étrangères), 
  • Poitou-Charentes (8),
  • Basse-Normandie (6), 
  • Franche-Comté (5) 
  • Et Limousin (1) .

Plus globalement, rappelons que la Banque de France, dans ses estimations provisoires de février 2011, indique que les investissements étrangers en France ont connu une baisse de 33 % en 2010 (de 43 milliards d’euros, en 2009, à 29 milliards d’euros en 2010).  

La variété des investissements internationaux dans les régions est aussi un indicateur de l’ouverture aux marchés et à ses voisins économiques.
Hormis Paris et le pôle attractif de l’Ile-de-France, ce sont donc les régions qui ont développé une coopération frontalière. Elles bénéficient de l’implantation de sièges sociaux et de centres de production. Ces créations et reprises d’entreprises influent sur l’émergence de nouveaux emplois ou renforcent leur maintien.

Sur ce critère, on constate que les régions Alsace et Midi-Pyrénées tirent très bien leur épingle du jeu et ont la plus grosse part d’emploi crée ou maintenu du fait des investissements des entreprises étrangères. 
En toute logique, les régions Haute-Normandie,  Poitou-Charentes et Limousin qui ne peuvent pas profiter d’une dynamique pour l’emploi liée aux investissements étrangers puisqu’elles n’attirent pas beaucoup les sites d’entreprises étrangères [cf 1ère carte].

L’économie française est très ouverte aux capitaux étrangers

Alors que l’échec récent des discussions de reprise de Dailymotion par l’américain Yahoo ont fait dire aux commentateurs que décidément, il était trop compliqué d’investir en France, les chiffres du Cnuced (2011) semblent prouver le contraire.
Par rapport à la richesse nationale, la France a un bon taux d’investissement étrangers :

Haut de page

Imprimer

1

Commentaire

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés EconomieUrbanisme - aménagement

1 Commentaire

Ajouter un commentaire

Du plus récent / Du plus ancien

  1. 1. Hervé 08/05/2013, 09h25

    Erreur! Sur la deuxième figure, c'est plutôt la Basse-Normandie et non la Haute-Normandie qui ne profite pas d'une dynamique pour l'emploi liée aux investissements étrangers... Attention à cette confusion qui pourrait être qu'un mauvais souvenir si la Normandie devait être réunifiée.

    1. Ajouter un commentaire

        Votre e-mail ne sera pas visible

      Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.