Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Racolage

A Lyon, les prostituées excédées par les verbalisations pour racolage passif

Publié le 25/04/2013 • Par avec l'AFP Yvan Brax • dans : Actu prévention sécurité

Les syndicats de prostituées et les associations leur venant en aide s'opposent aux arrêtés municipaux anti-prostitution.
Les syndicats de prostituées et les associations leur venant en aide s'opposent aux arrêtés municipaux anti-prostitution. William Hamon (Flickr)
Un collectif de prostituées lyonnaises a dénoncé mercredi 25 avril l'accroissement des contrôles policiers depuis trois semaines à Lyon en dépit de l'abrogation en première lecture du délit de racolage passif par le Sénat le 28 mars. Toutefois, le premier adjoint au maire s'estime dans son droit, arguant que la loi "n'est pas encore passée".

Un collectif de prostituées lyonnaises a exprimé sa colère mercredi 25 avril en dénonçant l’augmentation du nombre de contrôles de police depuis trois semaines dans la capitale des Gaules, alors que le délit de racolage passif, instauré par la loi sur la sécurité intérieure du 19 mars 2003, a été abrogé en première lecture au Sénat le 28 mars.

Une vaste opération visant 52 personnes – Le 16 avril, en début de soirée, la police a ainsi procédé à une vaste opération de contrôle visant 52 personnes: « 15 procédures de racolage ont été diligentées et 26 camionnettes ont été mises en fourrière », a dit la Direction départementale de la sécurité publique.

« Il n’est pas possible de se prévaloir d’une loi qui n’est pas encore passée », se défend Jean-Louis Touraine, député socialiste et premier adjoint au maire de Lyon. Le vote du Sénat doit être confirmé par celui de l’Assemblée nationale pour que l’abrogation soit effective.

Les mises en fourrière intensifiées – L’adjoint a expliqué que les policiers continuent d’utiliser le délit de racolage passif pour « identifier les réseaux de passeurs et de proxénètes » mais assure n’avoir donné aucun ordre dans ce sens.

« Nous ne faisons respecter que les arrêtés municipaux concernant le stationnement des camionnettes », a-t-il ajouté. Selon lui, les mises en fourrière s’étaient intensifiées récemment pour répondre à « un phénomène saisonnier qui amène davantage de clients ».

Un quadrillage quasi-quotidien – « Je suis sur le trottoir depuis 20 ans et je n’ai jamais eu de délit de racolage. C’est maintenant qu’il va être abrogé que la police profite de la situation pour nous coller des procès-verbaux », a dit Karen, porte-parole du collectif des prostituées de Gerland.

Les péripatéticiennes lyonnaises dénoncent le « quadrillage quasi-quotidien depuis trois semaines » du quartier du 7e arrondissement où elles sont installées au sud de Lyon et le recours abusif à la verbalisation.

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

A Lyon, les prostituées excédées par les verbalisations pour racolage passif

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X