Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Aménagement du territoire

L’égalité des… quoi ?

Publié le 22/04/2013 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

Vanik Berberian

Vanik Berberian

Président de l’association des maires ruraux de France

Territoires ! Le mot « valise » par excellence. Quand on ne veut pas faire de différences entre collectivités, on parle de territoires, ça fait tendance ! S’y invitent le « développement du… » ou le « potentiel des… ». Une idée nouvelle semblait même avoir vu le jour avec « l’égalité des… ». Les maires ruraux s’étaient (naïvement ?) dit, « tiens, enfin ».

Quinze mois plus tard et après un enchaînement ininterrompu de mesures en faveur du seul « logement urbain », la nouvelle arriva du Sénat, l’allié des « territoires » ruraux ! Le gouvernement a tranché pour la… hiérarchisation des territoires. Les métropoles, après avoir capté l’essentiel des politiques publiques depuis quarante ans, seront les premières servies dans l’enchaînement des trois projets de lois de décentralisation.

Ne vous y trompez pas, il s’agit d’une méthode éprouvée, pour les finances locales (voir les écarts insupportables de dotations par habitant), pour les pôles de compétitivité (trappes à financement de l’activité privée urbaine), pour les services publics (suppression de trains ou d’arrêts dans les gares, menace de fermeture de sous-préfectures…), au nom de la « rationalité » et de la « mutualisation ».

La solidarité territoriale, d’abord – A croire que tout le monde ne vit pas dans le même pays ! Dans un pays qui voit ses territoires ruraux accueillir plus de monde (à un rythme supérieur à celui de la ville). Les collectivités, les élus, parfois exsangues, tentent de répondre aux demandes d’une population plus exigeante, aux transferts de compétences non financés par l’Etat. L’exemple des rythmes scolaires est criant : mettez en œuvre le même service partout, sans les mêmes moyens ! Sans aide, ou presque, de l’Etat ou surplus.

Avant qu’il ne soit trop tard, nous demandons que la hiérarchie dans le calendrier soit inversée au profit du volet « solidarités territoriales » ; nous exigeons une refonte de la logique d’attribution des moyens alloués par l’Etat pour combler les écarts. Celui-ci doit appliquer aux collectivités le même principe qu’aux familles : l’effort des plus riches doit être plus important.

Les communes et intercos rurales ont largement contribué à celui-ci depuis des décennies au nom de la « compétitivité ». Avec quel résultat ! Il est temps, justement au nom de l’égalité des territoires, d’inverser la tendance. C’est vital pour le monde rural et potentiellement salvateur pour le pays.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

L’égalité des… quoi ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Urbarural

23/04/2013 06h35

Est-ce vraiment de « plus de moyens » que les territoires ruraux ont besoin, ou plutôt de « moins de contraintes » ? A quoi peut bien servir une revalorisation des dotations, si elles doivent être englouties dans des équipements publics inadaptés, car calibrés aux normes urbaines ?
Justement, le débat sur la simplification des normes tombe à pic, mais aboutira-t-il enfin ?
Un exemple, dans les montagnes du Sud, des maires n’hésitent plus à s’affranchir, à leurs risques et périls, du parcours du combattant des démarches administratives, pour résoudre de façon rustique mais efficace – et rapide – leurs problèmes d’assainissement collectif. C’est notamment le cas dans les communes comptant une population estivante épisodique, du style 100 habitants au mois d’août, et trente le reste de l’année. Un coup de pelleteuse, une grande fosse toute eau et un épandage, et voilà une pollution immédiatement réduite de 95 %, au lieu de perdre 10 ans de dossiers et réunions, et quelques centaines de milliers d’euros…
Dans un contexte budgétaire catastrophique au plan national et local, va-t-on enfin reconnaître les vertus du système D ?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X