En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

0

Commentaire

Réagir
Imprimer

Culture

Le projet d’Ecole de la photographie d’Arles lancé cette année

Publié le 19/04/2013 • Par avec l'AFP • dans : Régions

Imprimer

0

Commentaire

Réagir

La ministre de la Culture Aurélie Filippetti a annoncé vendredi 19 avril 2013 que le projet de construction d'un nouveau bâtiment pour l'Ecole nationale supérieure de la photographie à Arles "serait lancé cette année" en dépit des contraintes budgétaires.

 

« J’ai fait le choix » de lancer le chantier de la nouvelle école alors que le budget de mon ministère est extrêmement contraint », a déclaré la ministre lors d’une conférence de presse rue de Valois pour présenter la 44e édition des Rencontres photographiques d’Arles cet été.

Les locaux actuels de l’école, en plein coeur de la ville, ne sont plus aux normes, ni adaptés aux besoins de cette institution. L’école va déménager à côté du parc des Ateliers, où se déroulent une partie des expositions des Rencontres d’Arles.
Un concours international d’architecture va pouvoir être lancé.

19 millions d’euros - Le coût total du projet, qui s’étalera sur plusieurs années, se montera à 19 millions d’euros, a précisé le cabinet de la ministre, interrogé par l’AFP.
La répartition du financement n’est pas encore déterminée, entre Etat, région et mécénat.

La nouvelle édition des Rencontres d’Arles, qui se tiendra du 5 juillet au 22 septembre, proposera « 50 expositions et 50 stages ». Le directeur des rencontres, François Hébel, a retenu cette année le thème de la photographie noir et blanc. Les rencontres ont pris comme slogan « Arles is black ».

Aurélie Filippetti a dit que l’année 2013 sera « capitale pour Arles » car les projets de l’Ecole de la photographie, mais aussi de la Fondation Luma pour la création contemporaine et de la Fondation Van Gogh, « vont se concrétiser ».

« C’est par l’alliance intelligente de tous ses acteurs culturels qu’Arles deviendra bien plus qu’un grand rendez-vous de la photographie et pourra s’inscrire au rang des cités internationales de la création et de l’image », a déclaré la ministre.

Des tensions sont apparues entre les différents acteurs, l’association des Rencontres d’Arles ayant proposé un ambitieux projet de développement, notamment autour du parc des Ateliers dont les bâtiments sont en mauvais état.
Pour sa part, la Fondation Luma de Maya Hoffmann prépare la construction d’un bâtiment confié à l’architecte américain Frank Gehry, tout à côté. La fondation de cette riche mécène, héritière des laboratoires Roche, doit aussi acquérir les terrains des Ateliers.

« Je comprends le projet de développement des Rencontres présenté récemment non pas comme un projet concurrent ou comme un projet hégémonique mais comme une ambition pour Arles qui associerait tous les acteurs culturels dans une complémentarité organisée », a dit la ministre.

Elle a proposé au maire d’Arles Hervé Schiavetti, présent à ses côtés, que les services du ministère « accompagnent cette dynamique en organisant une coordination des différentes initiatives ».
Le ministère « peut jouer le rôle de facilitateur » entre les différents acteurs, explique son cabinet.

« Hégémonie non, détermination oui, à faire fructifier les Rencontres, en communauté d’ambition et de connivence avec les autres acteurs », a répondu le président des Rencontres d’Arles Jean-Noël Jeanneney.
Maya Hoffmann, en déplacement à l’étranger, n’était pas présente à cette conférence, contrairement aux années précédentes.

Haut de page

Imprimer

0

Commentaire

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés ArchitectureBâtiment et travaux publics (BTP)Culture

Régions Provence-Alpes-Côte d'Azur

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.