Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Commande publique

Le comptable public peut-il exiger un certificat de mise en concurrence pour le paiement d’un marché à procédure adaptée ?

Publié le 16/04/2013 • Par Delphine Gerbeau • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles finances

Non. L’article 28 du Code des marchés publics (CMP), modifié par le décret n°2011-1853 du 9 décembre 2011, dispense les marchés dont les montants sont inférieurs au seuil de 15000 euros HT des obligations de publicité et de mise en concurrence. S’agissant du formalisme, si, pour les marchés et accords-cadres d’un montant total égal ou supérieur à 15000 euros HT, le 1er alinéa de l’article 11 du CMP pose l’obligation de les passer sous forme écrite, l’accord est réputé implicite ou oral pour les marchés et accords-cadres d’un montant inférieur à ce dernier seuil.

Dès lors, les comptables publics n’ont pas à exiger la production d’un certificat administratif attestant que la mise en concurrence a eu lieu. D’abord, parce que la réglementation n’oblige pas les pouvoirs adjudicateurs à organiser des mesures de publicité et de mise en concurrence pour les marchés publics d’un montant inférieur à 15000 euros HT (voir l’article 28 du CMP précité). Ensuite, et surtout par ce que le comptable public n’est pas juge de la légalité des actes fondant la dépense (CE, 5 février 1971, « Balme »); l’ordonnateur étant seul responsable de la présentation de la dépense et des procédures de passation des marchés publics.

Justifications fournies – Les comptables publics exercent leurs contrôles en matière de dépense sur le fondement de l’article 60 de la loi n°63-156 du 23 février 1963 de finances pour 1963 modifié et conformément aux articles 19 et 20 du décret n°2012-1246 du 7 novembre 2012 relatif à la gestion budgétaire et comptable publique. Dans ce cadre, ils exercent leurs contrôles, notamment, sur la production des justifications fournies par les ordonnateurs.

L’annexe 1 de l’article D.1617-19 du Code général des collectivités territoriales fixe la liste des pièces justificatives des dépenses des collectivités territoriales et de leurs groupements. Les principes de sa mise en œuvre sont la neutralité, l’exhaustivité et le caractère obligatoire. La rubrique 4 de la liste précitée énumère les pièces devant être produites au comptable pour justifier les dépenses afférentes aux marchés publics.

Cette dernière distingue, ainsi, les pièces justificatives devant être produites au titre des marchés publics passés selon une procédure adaptée (rubrique 42) de celles devant être produites au titre des marchés passés selon une procédure formalisée (rubrique 43) et indique expressément que «la dépense est présentée sous la seule responsabilité de l’ordonnateur selon l’une des sous-rubriques décrites dans la présente rubrique 4».

Contrat écrit selon le montant – Dans ce cadre, dès lors que le marché public est inférieur au seuil de l’article 11 du CMP, qu’il ne prévoit pas le versement d’une avance, d’un acompte, ou l’application d’une retenue de garantie, l’ordre de payer pourra être honoré sur la base de la seule facture. En revanche, si le marché est d’un montant supérieur ou égal au seuil précité, la production d’un contrat écrit au sens large est nécessaire au comptable pour procéder au paiement. En l’absence d’une telle pièce, le comptable suspend le paiement et demande à l’ordonnateur la production des justifications nécessaires. En revanche, «dès lors que l’ordonnateur a produit, en réponse à cette demande, un certificat administratif par lequel il déclare avoir passé un contrat oral et prend la responsabilité de l’absence de contrat écrit, il appartient au comptable, qui n’a pas à se faire juge de la légalité de la passation du marché en cause, de payer la dépense» (CE, 8 février 2012, req. n°340698, min. Budget).

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le comptable public peut-il exiger un certificat de mise en concurrence pour le paiement d’un marché à procédure adaptée ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X