Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • Régions
  • L’Etat et les collectivités signent le protocole de financement du futur TER entre Genève et Annemasse

Transport ferroviaire

L’Etat et les collectivités signent le protocole de financement du futur TER entre Genève et Annemasse

Publié le 10/04/2013 • Par Claude Ferrero • dans : Régions

La nouvelle ligne de TER du Grand Genève coûtera 234 millions d’euros sur la partie française et sera financée à 60 % par les collectivités.

L’ambiance était détendue hier, lundi 8 avril 2013, pour la signature du financement côté français de la future ligne ferroviaire transfrontalière CEVA, acronyme de Cornavin/Genève-Eaux-Vives-Annemasse.
Il n’en a pas toujours été ainsi entre les partenaires concernant ce projet dont le coût a été finalement établi à 234,25 millions d’euros, contre 132 millions en 2005.

65 millions pour le CG Haute-Savoie – Le conseil général de Haute-Savoie sera le principal contributeur pour 65 millions d’euros (pris en partie sur les fonds transfrontaliers versés par la Suisse, soit 150 millions d’euros en 2012), devant la région Rhône-Alpes (55 millions d’euros).
Les collectivités du département (regroupements de communes) apporteront 18,75 millions d’euros tandis que l’Etat français prévoit 45 millions et RFF, 35 millions.
L’opération est complétée par l’Office fédéral des transports de la Confédération helvétique (14,5 millions) et l’Union européenne (un million).

« Satisfait et soulagé d’avoir mis un terme à un tour de table compliqué», tel était le sentiment qui prédominait chez Christian Monteil, le président du conseil général de Haute-Savoie, qui avait fait le forcing pour obtenir une réduction de 10 millions d’euros sur le prix final devisé par RFF (244 millions d’euros).

« Le département s’était engagé en 2007 à hauteur de 21 millions d’euros sur un devis de 132 millions, finalement il paiera 65 millions sur 234, c’est beaucoup », explique Christian Monteil.
Lors de la signature , il a déclaré que « le département n’irait pas au delà ».

Légèreté d’appréciation des coûts dès le départ – Si une partie du dérapage peut s’expliquer par la réactualisation des coûts à l’échéance 2018 et l’évolution du projet avec l’intégration de nouvelles infrastructures à Annemasse, une autre partie, plus importante, reste due, selon des proches du dossier, à la « légèreté d’appréciation des coûts dès le départ ».
« C’est un effort important mais indispensable », a commenté sobrement Jean-Jack Queyranne, président de la région Rhône-Alpes, qui investira également 150 millions d’euros dans le matériel roulant (19 rames).

Pour leur part, les autorités suisses paieront 878 millions d’euros pour le CEVA, qui représente une liaison souterraine de 16,5 kilomètres, dont 14,5 km en Suisse et 2 km en France.

Les 234 millions d’euros pour la partie française comprennent les 2 km en tunnel, et différents travaux de modernisation et d’installation de signalisation en gare d’Annemasse, La Roche-sur-Foron et Evian.

L’intérêt du CEVA, dont la mise en service est prévue en 2017, est d’instaurer un RER franco-valdo-genevois connecté sur l’étoile d’Annemasse et désenclavant le Chablais (vers Evian) et la vallée de l’Arve (vers Saint-Gervais).
Son itinéraire (20 minutes de trajet et une fréquence d’un train toutes les 10 minutes) devrait répondre à l’attente de 50 000 voyageurs transfrontaliers par jour.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’Etat et les collectivités signent le protocole de financement du futur TER entre Genève et Annemasse

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X