Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Concours fonction publique territoriale

Concours de la fonction publique : une organisation bien rodée, qui peut encore s’améliorer

Publié le 09/04/2013 • Par Martine Doriac • dans : Dossiers Emploi

Le transfert, début 2010, des concours et des examens professionnels de catégorie A du CNFPT aux Centres de gestion n'a pas encore fait l'objet d'un bilan. En trois ans, l'organisation des épreuves s'est structurée et consolidée.

Trois ans après le passage de relais, le différend qui opposait les centres de gestion (cdg) de la FPT, qui organisent désormais les épreuves des concours des catégories A, B et C, à l’exception des « A », et le CNFPT, qui perçoit la cotisation de 1 % des collectivités, s’est aplani. Arbitre, la direction générale des collectivités locales a fixé, fin 2009, à 19 millions d’euros la compensation pour leur organisation (dont environ 10 % destinés aux fonctionnaires momentanément privés d’emploi). En 2011, 217 400 candidats se sont inscrits aux épreuves organisées par les CDG, dont 185 000 aux concours, soit 19 % de plus qu’en 2010.

Pas de limite du nombre d’inscriptions – Si le reversement du CNFPT ne couvre pas tous les frais, selon les responsables de centre organisateur, il donne une idée du coût moyen d’un concours territorial : près de 80 euros par inscrit, dont 20 euros en Ile-de-France pour une table et une chaise dans un local chauffé.
Par lauréat, selon les épreuves, le tarif grimpe :

  • 913 euros sont facturés aux collectivités non affiliées qui recrutent un agent territorial spécialisé des écoles maternelles (lire le tableau) sur la liste d’aptitude du centre interdépartemental de gestion (CIG) de la petite couronne de la région Ile-de-France,
  • 1 417 euros pour un gardien de police municipale.
  • Pour une auxiliaire de soins, la facture ne dépasse pas 278 euros. Moins prisé, ce concours est moins coûteux à organiser.

Mais l’afflux d’inscriptions sur certains cadres d’emplois ne saurait être limité. Le principe d’égal accès aux emplois publics interdit toute participation financière des candidats.

Afin de faire tourner cette imposante machine républicaine, les CDG ont, avec leur fédération (FNCDG), réuni leurs forces. « Nous nous sommes dotés d’outils efficaces et partagés », précise Francis Fargeot, directeur du CIG de la petite couronne, qui préside la commission des concours de l’Association nationale des directeurs et directeurs adjoints de centres de gestion.

Eviter le « nomadisme » – Un calendrier pluriannuel est établi, des dates nationales et des sujets communs sont préparés par une cellule pédagogique nationale pour les concours « A » et une partie des « B ». Selon les épreuves et le nombre d’inscrits, le concours est organisé le même jour au plan régional, interrégional ou national afin d’éviter le « nomadisme » coûteux des candidats. « Nous étudions des barèmes de notes communs. C’est une mutualisation bien comprise, l’organisation la plus rationnelle possible », assure Francis Fargeot qui reconnaît faire du « surbooking ». Comme dans un avion, pour réduire les frais, le nombre de sièges réservés est inférieur au nombre d’inscrits.

L’irrésistible attrait du concours d’attaché

Le centre interrégional des concours Ile-de-France – Centre (9 centres de gestion [CDG]) a enregistré 19 % de candidats en plus au concours d’attaché en 2011.
Le 14 novembre 2012, nouveau record : 10 252 convoqués pour 800 postes, 6 626 présents dont 5 809 réunis dans deux halls du Bourget. Des conditions « XXL » peu propices à la concentration, selon des participants. Le prix à payer, estiment les organisateurs, pour l’équité de traitement. L’interrégion Grand Est (18 CDG), où l’absentéisme a atteint 40 % au concours externe d’attaché, 20 % en interne et au troisième concours, a dématérialisé ses procédures et remplacé l’étiquetage fastidieux des places par un code-barre qui suit le candidat depuis son installation jusqu’à la consultation de sa copie sur internet.

Les chiffres clés des concours en 2011 | Create infographics

Cet article fait partie du Dossier

Concours de la fonction publique : un gage d'égalité, malgré tout

18 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Concours de la fonction publique : une organisation bien rodée, qui peut encore s’améliorer

Votre e-mail ne sera pas publié

Dannythedog

11/04/2013 06h27

Le plus difficle n’est pas d’avoir le concours… C’est obtenir un poste… Par exemple au GRAND LYON, les petites magouilles entre service ou subdivision afin de promouvoir en promotion interne (sans concours) certains proches syndiqués ou dont des parents sont syndiqués. Cela laisse peu de place aux lauréats.
Ces derniers se préparent souvent durant 1 voire 2 ans pour finalement devenir la dernière roue du carrosse… Avant de faire du ménage dans les concours, il faudrait nettoyer au karcher toutes ces collectivités, EPCI, administrations qui cautionnent ces inégalités…

Asterix

11/04/2013 08h22

Halte à l’autosatisfaction!

Parce que les écrits se déroulent encore par épreuves manuscrites, pour des raisons budgétaires, alors que la maîtrise du traitement de texte devrait être en soi un critère d’élimination.

Parce qu’il n’existe aucun plafonnement du niveau des candidats, les concours C et B sont accaparés par des surdiplômés, ce qui distord gravement la finalité professionnelle des concours.

Parce que l’important dans le concours, c’est ce qu’il y a après l’admission. Or:
1- Les reçus-collés sont encore légion, surtout ds la filière culturelle.
2-Les sélections de recrutement n’étant pas encadrés par la loi, certaines collectivités organisent des concours-bis avec épreuves écrites !
3-Pour des raisons électorales, la prime au recrutement local distord l’égalité des chances, surtout pour les départements et régions.

Parce que tant que le CNFPT ne sera pas habilité par la loi à encadrer les processus de sélection, l’arbitraire aura le dernier mot. La libre administration ne devrait pas autoriser le clientélisme!

Asterix

JP

11/04/2013 08h55

Quelques interrogations:
* Si l’accès au concours est un droit, qu’en est il de l’accès aux préparations qui sont soumises à l’accord de chefs de services et/ou du CNFPT?
* Quid de l’intégration des contractuel avec le projet de loi relatif à la résorption de l’emploi précaire dans la fonction publique?
* Quid des passerelles entre fonctions publiques et organismes assurant des promotions sans concours?

Titus

11/04/2013 08h57

Les épreuves orales d’admission ne sont pas assez cadrées pour le cas du « grand oral » par exemple pour le concours d’Attaché. Contrairement, aux épreuves écrites, il n’y a pas de 2ième correction.

Un observateur neutre devrait être présent dans chaque jury afin de s »assurer de l’équité.

brigitte

11/04/2013 09h10

Il parraît maintenant inutile de passer un concour car les postes sont déjas distribués il faut des relations politique ou des liens familiaux les annonces de postes sont mis pour la forme mais aucun postes n’est disponible et attribués l’égalité des chances et quasisment nul .
Liberté égalité fraternité a revoire!!!!

cocot

18/04/2013 01h50

Très juste, faut voir à la Ville de Paris !

barthomeuf

11/04/2013 10h45

quand on a 36 ans de carrière dans la fonction publique et que vous avez gravi tous les grades et les échelons du cadre des adjoints administratifs, comment peut on être nommé rédacteur sans passer de concours et d’examen professionnel. Merci pour votre réponse.

motivée

11/04/2013 10h49

Inscrite sur liste d’aptitude depuis 2 ans suite à l’obtention du concours d’attaché en 2011, je regarde les offres d’emplois tous les jours, j’ai répondu à près de 20 offres d’emploi, j’ai 10 ans d’expérience dans une structure associative financée à 100% par les collectivités… et c’est comme si le concours ne servait à rien… j’en suis au point zéro… je l’ai passé en 3ie voie en étant en concurrence avec des personnes qui étaient contractuelles dans les collectivités, et qui avaient, elles, eu accès à la préparation au concours sur leur temps de travail… moi j’ai juste eu le droit de préparer le concours toute seule sur mes soirées ou week-end… C’est ça l’égalité !!! ?
Et aujourd’hui quand je demande à avoir accès à des formations du CNPT pour consolider mon parcours et me donner plus de chances de décrocher un poste, on me dit que ce n’est pas possible, car… je ne suis pas fonctionnaire !!! Excusez-moi d’avoir le concours et de vouloir décrocher un poste… Effectivement c’est le plus dur !

dauphin

11/04/2013 12h01

Un gage d’égalité: pour l’oral d’attaché, c’est faux !
Pas de barème commun entre les jury:
-combien de points sur la présentation 10 mn, combien de points sur les questions 15 mn ? C’est selon les jury

-A-combien de questions posées ? 5? 12 ? C’est selon les jury ou selon les candidats d’un même jury).
Ce qui donne un balayage plus ou moins large des acquisitions et une « chance » plus ou moins importante de « bien tomber »

-B-y a t il zéro ou plusieurs questions/réponse sur l’expérience du candidat? C’est selon les jury (ou selon les candidats d’un même jury). Ce qui donne un niveau de difficulté différent à 2 candidats.

-C-y a t il zéro ou plusieurs questions sur le management ? C’est selon les jury (ou selon les candidats d’un même jury).

-D-y a t il zéro ou plusieurs mises en situation ? C’est selon les jury (ou selon les candidats d’un même jury).

Bref, sur 10 candidats de niveau égal en compétence, en connaissances, en présentation, en aisance à l’oral, 5 auront une bonne note, 5 auront une note médiocre: çà s’appelle de la chance, çà ne s’appelle pas « un gage d’égalité » !

dam's

11/04/2013 12h22

Je partage également l’avis de Brigitte. Les postes dans la FPT sont bien gentiment réservés, et les personnes extérieures à ce système se voient refoulés de l’administration avant même que d’avoir fait montre d’un travail irréprochable. Alors dans ce cas là, pourquoi demander à un fonctionnaire de la FPT, ou bien même de la FPE, de passer un concours afin de faire évoluer sa carrière sur une catégorie supérieure. Et qu’en est-il de la possibilité pour un fonctionnaire hospitalier (toutes catégories confondues) d’obtenir aisément un détachement vers la FPT. Ce dernier point est encadré par la loi et pourtant aucune mesure n’est mise en place afin de faciliter l’intégration de ces fonctionnaires là !!! (manque peut-être de mesures en cours de justice européenne ??). Alors vous pouvez vanter vos organisations de concours qui, de toute façon, restent inaccessibles aux candidats n’ayant pas déjà un pied comme on dit « dans la maison ».

LiliB

11/04/2013 08h41

Ils parlent d’égalité d’accès au concours sauf que les frais d’inscription sont de 15 euros.
Titulaire en disponibilité de droit suite à un déménagement cela fait 1 an1/2 que je cherche un poste. Je recommence tout à zéro et les postes sont rares et distribués de bouche à oreille. Donc j’ai travaillé dans le privé et suis maintenant fonctionnaire au chômage !

gege

12/04/2013 04h14

les concours sont inutiles pourquoi il excite dans les fac des étudiants qui préparent des MASTER 2 DANS LES SPECIALITES JURISTE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET FINANCES PUBLIQUES ont leurs demande de passer le concours alors qu’ils ont fait 5 ans d’etudes alors qu’ un etudiant histoire ou geo avec une licence prepare le concours le reussit puis demande d’etre attache soit finances publique ou juriste la il y a une lacune d’incompetence on se demande pourqoi les communes ou autres on des problèmes dans ces secteurs la il y a matiere a reflexion pour l’avenir et etre plus sérieux sur le choix des attaches

B.

12/04/2013 05h32

Bonjour,
j’avais déjà réagis à ce sujet après un article de Dominique Arot, doyen de l’Inspection générale des bibliothèques (IGB) à propos de la « ringardise des horaires de bibliothèque ».
Je parlerai donc de ce que je connais le mieux, à savoir le secteur de la culture et plus précisément des bibliothèques et je me permets de rajouter ici mon commentaire de l’époque :

« (…)Il y a donc une hypocrisie que je voudrais pointer ici sous la forme d’un coup de gueule. Cette hypocrisie est le moteur de l’immobilisme de beaucoup de services publics et surtout des bibliothèques :
LES CONCOURS !

Il existe déjà depuis plusieurs années des diplômes universitaires professionnalisants qui forment aux métiers des bibliothèques des jeunes gens motivés par ces carrières (DEUST, DUT…). On leur demande deux ans d’études après le BAC, trois et même cinq pour ceux qui veulent continuer des licences ou des masters pro. Après ça, on leur demande encore de passer un concours de la fonction publique territoriale que beaucoup n’auront pas. POURQUOI ?? L’acquisition de ces diplômes sont déjà la preuve d’une certaine maîtrise des techniques professionnelles et valide surtout LA PREUVE D’UNE MOTIVATION ! Les concours, eux, ne sont rien d’autres que le vestige d’un temps de spécialistes, d’une discipline réservée aux bureaucrates (justement !) qui sont à des années lumières de la réalité du terrain !
On sait que l’obtention de ces concours ressemblent pour beaucoup à un chemin de croix (des ratios de 1 postes offerts pour plus de 100 prétendants sur les concours de catégorie B… Je n’évoquerais même pas la catégorie C.).

Aujourd’hui on coupe littéralement l’élan de futurs bibliothécaires motivés qui n’auront jamais accès à des postes auquels ils feraient certainement évoluer les choses… Beaucoup n’accèdereont même jamais à une première embauche en bibliothèque. Arrêtons avec l’hypocrisie des concours, meilleure source d’immobilisme et de schlérose.
Que les collectivités embauchent des gens pour leurs compétences (c’est déjà ce qui se passe de toutes façons) et que les salaires soient le fruit de ces compétences et du travail accompli et non d’un concours qui ne prouve pas grand chose ! »

Pour la FPT, le problème réside essentiellement dans le fait que les concours existent encore alors que beaucoup (pour ne pas dire la plupart)de postes sont ouverts en catégorie C, et donc accessibles sans concours, quand bien même les missions sont celles de cadre B, voir A ! HALTE A L’HYPOCRISIE ! Que l’on permette aux fonctionnaires en postes d’évoluer plus facilement (passer d’un cadre à un autre par la voie des examens et non plus seulement des concours et/ou de l’anciennenté), ça laissera déjà la place aux non fonctionnaires aux concours et ça les désengorgera…

ALTI

14/04/2013 12h27

Bonjour,

La sélection par concours est une aberration de la fonction publique française. Ils fournissent à la fonction publiques des agents stéréotypés (des bêtes à concours) mais souvent pas des manageurs et des spécialistes compétents.

Pour mon exemple j’ai géré pendant 25 ans des services publiques de distribution d’eau potable dans un société privée. très attaché à la notion de service publique, j’avais la volonté de quitter des structures privées pour rejoindre la fonction publique. Au vu de mon expérience, j’avais la volonté de passer le concours d’ingénieur en chef. Impossible !!! mon école d’ingénieur d’origine (école d’hydraulique de Grenoble) n’est pas référencé pour ce concours. Résultat je me contente du statut de contractuel et de sa précarité associé. Ceci n’est pas le plus motivant pour s’investir pour le bien public.

Je pense que la richesse et l’efficacité viennent de la diversité des origines, compétences, expérience. Il est forcé de constater que notre fonction publique en manque.

Mais que faire quand tout est verrouillé par les énarques !!!

ALTI

pad

15/04/2013 11h07

Quelle est la vraie finalité des concours ? Bac +6, 9 ans d’étatique au Ministère de la Défense comme ingénieur contractuel, puis un parcours industriel, je suis tombé dans la FPT comme DST dans deux collectivités. J’ai fait de l’AMOA VRD en milieu urbain dense ; j’ai aussi une forte culture bâtiment issue de mes primes années. Total, 30 ans d’expériences professionnelles multimétier. Et pourtant, en recherche d’emploi depuis trois ans, 753 candidatures dans la fonction publique, je suis encore confronté à des recruteurs qui mettent en balance ma candidature avec le passage de concours alors que le CNFPT a lui-même considéré l’inutilité de passer le concours d’ingénieur en chef vu mon « ancienneté » ! Ces concours sont certainement très utiles pour certains comme outils d’évolution professionnelle mais ne nous y trompons pas, un technicien ne deviendra pas ingénieur avec un oral ou une mise en situation !…

nad

17/04/2013 09h27

12 ans d’expérience pour la même collectivité avec de très bonnes évaluations ;j’ai passé une VAE et obtenu mon nouveau diplôme depuis 3ans et demi .J’ai passé trois fois le concours de catégorie B (eje) car je suis titulaire d’un poste depuis 2001 de catégorie c (AP) avec l’obtention du concours AP de la FPT en 2001.
.Suite à mes 3 échecs en 2011 ,2012,2013 ,je ne peux pas être affectée à un poste d’éducateur tant que je n’obtiendrais pas ce concours de la FPT.Les années passent et malgré mon investissement dans cette préparation à ce concours ,le résultat reste le même :c’est décourageant .Ce concours m’empêche d’exercer avec mon nouveau diplôme après un long parcours qui m’a demandé beaucoup de travail personnel.Aujourd’hui je n’arrive pas à me présenter devant le jury et leur montrer toute ma motivation.Le nombre de candidats à se présenter à ce concours ,nous oblige à être les meilleurs et faire la différence à l’écrit mais est-ce que cela témoigne de nos compétences à exercer sur le terrain ????

earl grey

22/04/2013 03h30

Très bonnes remarques de Dauphin. J’ajouterai que si on voulait l’égalité à l’oral il serait anonyme, on donnerait un numéro aux candidats, on noterait la prestation sur une feuille au coin cornée qu’on ouvrirait au moment de la réunion final du jury.Il y en aurait des surprises! L’oral est une grande mascarade pour sauver les apparences et qui coûte trés cher. Pour faire des économies: suprimons l’oral, le JO demande x postes, prenons-les parmi les sélectionnés à l’écrit. Dans la FPT de toute façon il faudra aux admis passer et repasser des entretiens pour trouver un poste, pourquoi être juger par des jurés qui ne sont pas appelés à vous embaucher à l’instant T de l’oral ?

ricky_hic

16/04/2015 11h57

Nous avons un système archaïque où la vraie compétence et la motivation des agents n’est pas prise en compte pour pouvoir assurer une promotion au grade supérieur. Pour les catégorie B, on leur demande pratiquement de passer un concours de compétence de catégorie A avec peu de postes en final. Cette situation conduit bon nombre d’adjoints dans une voie sans issue dont les primes sont plafonnées avec en plus, davantage de responsabilités. Le paradoxe fait qu’en dépit de leur compétence, ils ne peuvent pas postuler sur des postes de catégorie B. Alors qu’en même temps, on ne cesse de donner des promotions à des attachés qui n’assurent pas de management, et des responsabilités au regard de leur statut.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X