Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Education

Nouveaux rythmes scolaires : estimer les coûts et s’y préparer

Publié le 08/04/2013 • Par Stéphanie Marseille • dans : France

Aux dires du ministère de l’Education, entre 20 et 25% des enfants - soit entre 1,2 millions d’élèves et 1,5 millions d’élèves - vivront les nouveaux rythmes scolaires dès septembre 2013. Le syndicat enseignant SNUIPP resserre l'évaluation, dans un communiqué du 2 avril 2013, à 18.6% des communes et 22.3% des élèves. Ce qui est bien loin des 50% escomptés par le ministre de l'Education. Critique, le syndicat enseignant a réitèré sa demande de révision du décret. Quoiqu'il en soit, les communes vont devoir se préparer. Les acteurs de l'éducation proposent des outils pour estimer le coût du changement poste par poste et présente une feuille de route en 6 étapes.

« Sur 127 membres du réseau des villes éducatrices, 63 passent en 2013 et 50 en 2014. Sur toute la France, ce sont 40% des grandes villes qui partent en 2013. On atteint une moyenne nationale de 30% des collectivités. C’est moins qu’on aurait pu l’espérer, mais vu les conditions dans lesquelles les collectivités étaient appelées à se prononcer, c’est le seuil de viabilité de la réforme » contre Yves Fournel, président du réseau français des villes éducatrices (RFVE).  « La réforme permet l’innovation dans nos collectivités. Tout ne doit pas être mis en place dès la première année, il faut prendre le temps de construire le maillage entre le projet éducatif territorial, le projet éducatif local et les projets d’école. Mais pour éviter que les rythmes ne deviennent un enjeu de la campagne des municipales, le projet éducatif territorial doit être prêt dès novembre ! » prévient Anne-Sophie Benoit, présidente de l’Andev.

Estimer les coûts de la réforme – Pour accompagner les collectivités dans la mise en place de la réforme, le réseau français des villes éducatrices, l’Andev, les Francas et la Ligue de l’enseignement organisent une dizaine « d’Assises régionales de l’éducation » partout en France en avril : « Chaque réunion compte près de 200 inscrits, techniciens et élus confondus. Le but est de mutualiser nos expériences » reprend Yves Fournel. 

Depuis sa création en 1992, l’Andev capitalise les expériences locales et les outils et les met à disposition de ses adhérents. « Nous avons mis au point un outil pour estimer les coûts de la réforme », indique Anne-Sophie Benoit. 

Téléchargez ce fichier en format .xls afin d’évaluer les nouvelles principales dépenses liées aux nouveaux rythmes scolaires et partagez-le ensuite en le renvoyant rempli à la gazette.fr  

Le projet educatif territorial en 6 temps – Et « nous en avons élaboré un autre qui présente en 6 temps le projet éducatif territorial », ajoute la présidente de l’Andev avant de préciser que son association travaille aux questionnaires destinés à la concertation avec les parents et les enseignants. « Depuis un an, nous tentons de monter à Lyon un observatoire sur les outils de travail, les méthodes projet et la façon d’organiser les comités de pilotage, pour en faire profiter les collectivités », indique-t-elle .

Communes défavorisées et départements ruraux d’abord 

Le MEN constate que les communes défavorisées seront très présentes parmi les villes pionnières : environ un quart de l’ensemble des élèves qui passeront en 2013 sont issus de communes très défavorisées bénéficiant de la DSU-cible ou de la DSR-cible 
Autre constat : les départements qui présentent le plus fort taux (1) de passage en 2013 sont des département ruraux  (2)) – Retrouvez aussi la carte de la Gazette, commune par commune

Thèmes abordés

Notes

Note 01 Ces pourcentages concernent les élèves du public Retour au texte

Note 02 Ariège (93,4%), Gers (86%), Tarn et Garonne (84,41%), Deux Sèvres (80,54%), Cantal (77,49%), Haute Vienne (77,48 %), Corrèze (74,37%), Haute-Garonne (72,50%) Landes (69,28%), Nièvre (67%), Mayenne (62,58%), Guyane (57,70%), Vienne (57,66%), Puy de Dôme (56,38% Retour au texte

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Nouveaux rythmes scolaires : estimer les coûts et s’y préparer

Votre e-mail ne sera pas publié

logique

09/04/2013 10h32

Vous voyez, personne ne sait plus ni lire ni compter dans cette « pauvre France ».
Relisez le 1er paragraphe de l’article :
« Aux dires du ministère de l’Education, entre 20 et 25% des enfants – soit entre 1,2 millions d’élèves et 1,5 millions d’élèves – vivront les nouveaux rythmes scolaires dès septembre 2013. Plus critique, le syndicat enseignant SNUIPP estime, dans un communiqué du 2 avril 2013 que seuls 18.6% des communes et 22.3% des élèves sont concernés… »
Qu’elle est la différence entre « entre 20 et 25 % » des enfants et « 22.3 % » des élèves ? Juste plus précis selon les syndicats, mais en aucun cas plus critique…
Pauvre école… A moins que ce ne soit « Pauvre journaliste… »

De plus, j’aimerai qu’au ministère, ils remplissent le tableau relatif aux rythmes scolaires et qu’ils mettent un chiffre dans la case « transport ».
Rajouter une demi journée, veut dire + 25 %. Que l’aller-retour se fasse matin et soir, ou matin et midi, ce sera toujours un aller-retour.
4 transports X 25 % = 1 transport – pour arriver à 5 transports…
élémentaire, mais invariable…

S. Marseille

10/04/2013 07h24

A qui le dites-vous, pauvre lecteur!
Une écriture trop rapide m’a fait occulter l’information pertinente. Qui ne portait pas tant sur les chiffres, mais sur leur interprétation. Neutre, somme toute, de la part d’un ministère qui escomptait un passage plus massif à la réforme en 2013. Et critique, de la part d’un syndicat enseignant qui s’appuyait sur ses estimations pour demander, le 2 avril dernier, la révision du décret.
En accord avec la rédaction, l’article a donc été modifié pour réintroduire les nuances.
Bonne journée,
S. Marseille, « pauvre journaliste »

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X