Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Transports

[Exclusif] Sondage : Les Français et la voiture, un désamour naissant ?

Publié le 02/04/2013 • Par Hugo Thérond • dans : France

Un sondage de l’institut CSA pour France nature environnement (FNE), que La Gazette publie en exclusivité, montre une exaspération croissante à l’égard du budget consacré à l’automobile.

Le point de bascule économique est-il atteint ? 90% des automobilistes français considèrent que le budget consacré à leur véhicule est « élevé », et la moitié pensent même qu’il est « trop élevé ». C’est l’un des enseignements de ce sondage de BVA pour France Nature Environnement sur « les Français et l’utilisation de leurs véhicules » (1). La fédération d’associations environnementalistes, qui tient son 37e congrès les 4 et 5 avril à Clermont-Ferrand, a voulu mesurer le degré d’accoutumance nationale à la voiture, en ces temps de crise économique et de pétrole cher.

Diriez-vous que le budget que vous consacrez aujourd’hui à l’utilisation de votre véhicule est … ?

Source : CSA pour FNE le 13 mars

Une perception particulièrement développée chez les actifs et les ruraux 

Source : CSA pour FNE le 13 mars

 

Substituer l’usage à la propriété

Le désir de posséder son propre véhicule semble reculer, puisque 49% des sondés – le panel étant constitué uniquement d’automobilistes et de motards – déclarent être prêts à louer leur véhicule si cela permet de « grosses économies ». La question ne nous renseigne pas sur l’étendue des économies escomptées ni sur l’acception du terme « location », celui-ci pouvant regrouper pêle-mêle la location classique, la location en libre service, l’autopartage, voire même le covoiturage. Mais « elle montre un vrai changement de fond, qui dénote une évolution globale de la mobilité et de la place de la voiture dans cette mobilité » souligne Jean-Baptiste Poncelet, chargé de mission transport à FNE, qui estime que les automobilistes sont désormais prêts « à renoncer à l’économie de la propriété pour l’économie de la fonctionnalité. ».

Seriez-vous prêt à louer votre véhicule plutôt que le posséder si cela vous permettait de faire de grosses économies ?

Source : CSA pour FNE le 13 mars

 

Dans une proportion à peu près égale (52%), les Français seraient « probablement » ou « certainement » susceptibles de réduire l’utilisation de leur véhicule avec une meilleure offre de transports collectifs. Mais si ce report modal est envisagé majoritairement chez les catégories aisées (66% des cadres et professions libérales), il l’est beaucoup moins chez les employés (48%) et ouvriers (39%). « Il s’agit en réalité plus de différences spatiales que sociales, les cadres habitant généralement dans les centres urbains où l’offre TC est concentrée » commente Jean-Paul Hubert, directeur de recherche au laboratoire Dynamiques Economiques et Sociales des Transports de l’Ifsttar.

Est-ce qu’une amélioration sensible de l’offre de transports en commun pourrait vous inciter à réduire l’utilisation de votre véhicule ?

Source : CSA pour FNE le 13 mars

… les catégories les plus aisées étant les plus prêtes à le faire

Source : CSA pour FNE le 13 mars

  

Dans le même temps, et sans surprise, les sondés souhaitent majoritairement (82%) que «l’Etat s’emploie à faire baisser le prix des transports collectifs ». Mais « l’amélioration de l’offre est incompatible avec une baisse des prix, car il faut bien financer cette offre, et l’appel aux subventions sera de plus en plus difficile. On voit mal aujourd’hui l’Etat augmenter la dotation des collectivités pour les aider à financer des TC déficitaires…» souligne Jean-Paul Hubert de l’Ifsttar.

Pensez-vous que l’Etat devrait s’employer à faire baisser le prix des transports collectifs ?

Source : CSA pour FNE le 13 mars

  

La question centrale de l’urbanisation

Le sondage nous montre également que près d’un automobiliste (ou motard) sur trois envisage de se rapprocher de son travail à cause du prix des carburants. « Le report de l’habitat vers les zones périphériques a accentué la dépendance à l’automobile et la part du transport dans le budget des ménages, explique Michel Dubromel, vice-président de FNE en charge des Transports. Certaines banques demandent désormais des garanties sur la capacité d’assumer les coûts du transport domicile-travail avant d’accorder des prêts immobiliers. » Conjuguée aux efforts actuels des collectivités pour stopper l’étalement urbain, l’augmentation du prix des carburants aurait donc avoir un effet positif sur l’urbanisation autour des gares et des pôles d’échanges multimodaux.

Envisagez-vous un jour de vous rapprocher de votre lieu de travail pour des raisons économiques liées au prix des carburants ? 

Source : CSA pour FNE le 13 mars

 

 La bimotorisation recule

En 2011, le taux de motorisation des ménages a stagné (à 83,5%) et celui des ménages disposant d’au moins deux véhicules a même faiblement reculé (2) alors que ces deux indicateurs ne cessaient d’augmenter jusque là. L’effort financier, il faut dire, est de plus en plus important : en 2012, une voiture allégeait le portefeuille de 4350 euros par an (3), soit 400 euros de plus qu’en 2008.

Le début de la fin pour l’hégémonie de la voiture personnelle ? Ou un simple effet de la crise ? FNE y voit, en tout cas, l’opportunité d’un changement culturel favorisé par les politiques locales incitatives en faveur de la multimodalité. « Les gens sont aujourd’hui beaucoup plus enclins à changer de comportement par rapport à la voiture, cette étude le confirme, analyse Michel Dubromel. Les pouvoirs publics doivent encourager et profiter de ce changement des mentalités. »

Patricia Varnaison-Revolle, chef du département Déplacements durables au Certu – « On ne montre pas suffisamment à quel point les TC sont avantageux économiquement »

«Les résultats de ce sondage convergent notamment avec le fait que pour la première fois, en 2010, le budget mobilité des ménages français est passé devant l’alimentation, devenant ainsi le 2e poste de dépenses après le logement. Les ménages sont de plus en plus vulnérables à l’augmentation des carburants, même s’ils ne réalisent pas toujours le poids financier de leur véhicule : l’université Bordeaux IV (Gretha) avait fait une étude montrant que 58% des automobilistes n’avaient aucune idée du cout annuel de leur voiture. Il faut donc faire de la pédagogie sur leurs coûts comparés avec ceux des transports collectifs, montrer à quel point l’usage de ces derniers est avantageux économiquement.

Attention également à ne pas opposer systématiquement voiture et transports collectifs. C’est vraiment en offrant une palette de possibilités aux gens qu’on les amènera à accepter de changer et de ne plus utiliser uniquement leur voiture personnelle. »

Jean-Loup Madre, directeur du laboratoire Dynamiques économiques et sociales des transports de l’IFSTTAR – « La possession d’une automobile n’est plus un signe de réussite sociale »

« L’enquête semble montrer une attente plus grande vis-à-vis des alternatives à l’automobile promus par bien des collectivités (Tram, Vélo, TER, Autolib, location..). On peut trouver dans ces réponses un effet assez classique de «désirabilité sociale», c’est-à-dire une propension à répondre selon les normes à la mode et à se montrer au courant des nouveautés. La possession d’une automobile n’est plus un signe de réussite sociale, parvenir à s’en passer grâce à de la location ou des services d’autopartage et des TIC est au contraire dans l’air du temps. Mais cette alternative n’est rentable que pour une utilisation limitée de l’automobile.

De grandes illusions sont entretenues sur le coût futur de la mobilité. Le renchérissement inévitable des carburants fait que ce cout sera plutôt orienté à la hausse. Et l’idée qu’on va pouvoir faire baisser les prix des TC en les subventionnant encore plus dans le contexte budgétaire actuel est aussi une vaste illusion, surtout s’il y a des exigences – tout à fait compréhensibles et légitimes – d’amélioration de la qualité de service.

La solution c’est l’autolimitation des déplacements, un phénomène qu’on a commencé à voir depuis la hausse régulière des carburants. En France, le tournant se situe à peu près en 2003, et c’est la même chose dans une bonne vingtaine de pays industrialisés où l’on constate qu’il y a un plafonnement des trafics automobiles.

La circulation [kilomètres parcourus par adulte par an, ndlr] plafonne globalement, la motorisation des ménages commence à se tasser, on voit bien qu’on est à un tournant. On va vers une stabilisation, voire peut-être une évolution à la baisse. Les réflexions qu’on a en ce moment sur ce qu’on appelle le « peak travel » tournent autour de cette interrogation là : vu les signaux prix et la récession, est-ce que c’est un plateau provisoire à la croissance de la circulation, ou est-ce qu’on arrive à une saturation des besoins, et une stabilisation du taux d’équipement ? Ou peut-être même un retournement total de tendance et une diminution de la circulation, ce qu’on a déjà vu apparaitre dans les zones les plus denses. Le parc de véhicules immatriculés « 75 » diminue depuis 1990, la circulation dans Paris diminue depuis le milieu des années 90, et c’est vrai que limiter l’espace dévolu à la circulation y a contribué.

Le premier signe avant-coureur du peak travel, et qu’on avait assez peu remarqué d’ailleurs, c’est que depuis les années 90, les jeunes passent de moins en moins le permis, et de plus en plus tard. Il y a donc toute une partie de la jeune génération qui n’a pas le permis, et qui adopte plus facilement un comportement multimodal.

Un autre élément intéressant de ce sondage concerne l’urbanisation. L’installation des ménages de plus en plus loin des villes où ils travaillent (périurbanisation) a provoqué un regain démographique de communes rurales nettement détachées des banlieues. Les distances à franchir y sont plus longues pour aller travailler ou faire ses achats et l’alternative TC quasiment inexistante.

Combiné à la disparition d’emplois en zone dense, ce mouvement de périurbanisation explique la croissance continue des distances domicile-travail dans les zones rurales et donc un coût d’usage croissant de l’automobile et une dépendance également croissante envers celle-ci. »

Notes

Note 01 Etude réalisée par Internet les 12 et 13 mars 2013 sur un échantillon national représentatif de 1012 personnes, au sein duquel ont été interrogées 711 personnes utilisant principalement la voiture ou le deux-roues motorisé pour leurs déplacement quotidiens. Retour au texte

Note 02 Source : Insee – Ministère des Transports - Etude Adetec « Le coût réel de la voiture », juillet 2012. Retour au texte

Note 03  Source : CCFA ; TNS-Sofres ; Ademe ; Insee ; SOES. Retour au texte

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

[Exclusif] Sondage : Les Français et la voiture, un désamour naissant ?

Votre e-mail ne sera pas publié

François

03/04/2013 07h49

Tout cela est bien gentil, mais les vrais enjeux économiques ne sont pas abordés :
– le pourcentage de taxe sur les carburants 47% pour le gasoil, 55 % pour l’essence. Le gouvernement se tire une balle dans le pied à terme. Eh dire qu’on critiquait la gabelle…
– l’impact sur les dernières grandes industries françaises, celles de l’automobile
– les « accidents » survenus à tous ceux qui ont tenté de concevoir des moteurs sans presque d’essence
– le coût de l’immobilier déjà trop élevé en Ville et qui aura tendance à flamber encore si on concentre la population en Ville
En tout cas là où j’habite il me faut prendre un moyen de trasport pour prendre le car, et il faudra que j’explique à mon patron que je pars tôt si je veux rentrer chez moi avant le dernier car, ou du moins qu’il s’adapte aux horaires de mes transports…
En cas de grève, les transports pourront paralyser le pays.
Vive la liberté !

Hervé

03/04/2013 04h18

Il faut accompagner ce changement en incitant encore plus les actifs à proscrire l’usage individuelle de l’automobile surtout si celle-ci fonctionne avec des énergies fossiles. La prise en charge des coûts de déplacements domicile-travail devrait être totale pour ce public éco-responsable, à l’instar de ce qui est en place en Belgique depuis quelques années. Il faut faire connaître la prime transport en France. Tans pis pour ceux qui choisissent, en dépit du bon sens, de s’installer en milieu rural, loin de tous les services et commodités modernes qui sont offerts par l’espace urbain. J’insiste, il s’agit bien d’un choix car la proximité d’un service, ça a une valeur économique!

François

11/04/2013 01h44

J’assume mon manque de bon sens. J’ai fait aussi avec mon budget. Avec mon bois pour me chauffer, mon puits et mon potager je me sens plus libre aussi.
J’ai vécu toute ma jeunesse en Ville (Lille, Marseille, Tours). Cela avait beau n’être que « la Province » c’était trop grand pour moi.
Je n’ai pas voulu faire vivre cette concentration à ma famille.
Les enfants sont heureux dans leur campagne. Cela vaut quelques sacrifices de « confort ». Pour se promener, pas besoin de prendre un moyen de transport ou d’aller s’entasser dans les parcs.
S’il le faut je prendrai mon vélo pour faire la route. C’est ce que faisait mon grand-père… Il se trouve tout de même qu’il faudra éduquer les citadins à respecter le cycliste qui respecte les règles (je ne parle pas de Strasbourg où les cyclisttes ne respectent pas, pour le grand nombre le code de la route). Mon plus grave accident a eu lieu à vélo (j’avais un gilet jaune…) j’ai été renversé par un automobiliste distrait.
Quant à l’impact économique sur l’industrie, vous l’avez escamoté…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X