En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

Fiscalité locale

Les modalités de recouvrement de la taxe locale sur la publicité extérieure fixées

Publié le • Par • dans : Textes officiels finances, TO parus au JO

Imprimer

0

Commentaire

Réagir
Découvrez le club

Cet article est paru dans
Le Club Finances

 

Un décret encadre les modalités de liquidation et de recouvrement de la taxe locale sur la publicité extérieure. Celle-ci est liquidée par les soins de l’administration de la commune ou de l’établissement public de coopération intercommunale qui la perçoit, sur la base des déclarations mentionnées à l’article L. 2333-14 souscrites auprès de la commune ou de l’établissement public de coopération intercommunale par l’exploitant du support publicitaire.

Le texte organise une procédure déclarative, à la charge des exploitants de support publicitaire, et précise les conditions d’engagement de la procédure de rehaussement contradictoire lorsque les éléments déclarés paraissent insuffisants ou inexacts ainsi que celles de la taxation d’office, dans le cas où, après avoir été mis en demeure de le faire, l’exploitant n’a pas déclaré un ou plusieurs supports publicitaires. Le recouvrement de la taxe locale sur la publicité extérieure est assuré par le comptable public compétent. Les déclarations mentionnées à l’article L. 2333-14 sont contrôlées par les agents de la commune ou de l’établissement public de coopération intercommunale qui perçoit la taxe.

Si le maire ou le président de l’établissement public de coopération intercommunale constate une insuffisance, une inexactitude ou une omission dans les éléments déclarés servant de base au calcul de la taxe, il adresse au redevable, par lettre recommandée avec avis de réception, une mise en demeure de mettre en conformité sa déclaration dans un délai de trente jours. A cette fin, il adresse au redevable une proposition de rectification motivée de manière à lui permettre de formuler ses observations. Le redevable dispose d’un délai de trente jours à compter de la notification de la proposition de rectification pour produire ses observations ou faire connaître son acceptation. Le défaut de réponse du redevable dans le délai imparti vaut acceptation tacite de la proposition de rectification. Au terme de la procédure ayant permis au redevable de présenter ses observations dans les délais mentionnés ci-dessus, le maire ou le président de l’établissement public de coopération intercommunale liquide le montant dû au regard des nouveaux éléments d’assiette arrêtés à l’issue de la procédure contradictoire et émet le titre de recettes exécutoire mentionnant les bases d’imposition retenues à l’encontre du redevable.

Sont punis des peines d’amende prévues pour les contraventions de la quatrième classe :

« 1° Le fait de ne pas avoir déclaré un support publicitaire ou de ne pas l’avoir déclaré dans les délais prévus à l’article L. 2333-14 ;

« 2° Le fait d’avoir souscrit une déclaration inexacte ou incomplète.

Chaque support donne lieu à une infraction distincte.

Le maire, le président de l’établissement public de coopération intercommunale, les fonctionnaires municipaux ou intercommunaux assermentés et tous les agents de la force publique sont qualifiés pour constater par procès-verbal les infractions aux dispositions relatives à la taxe locale sur la publicité extérieure.

Haut de page

Aujourd'hui sur

les Clubs Experts de la Gazette

Directeur technique de grotte, piroguier, œnologue...Ces métiers atypiques de la filière technique des collectivités

Sur 1,9 million de fonctionnaires territoriaux, quelques centaines exercent des métiers originaux, voire exceptionnels. S’ils ne sont guère représentatifs de l’ensemble de la FPT, ces oiseaux rares témoignent de la spécificité de certains territoires ...

Grand Paris : « Créer la métropole au 1er janvier 2016 semble intenable »

Après le passage en deuxième lecture de la loi NOTRe au Sénat fin mai, puis le vote à l’Assemblée nationale en juin, il restera moins de six mois, dont les deux mois d’été, pour mettre en œuvre la future métropole parisienne. Un calendrier impossible à ...

Les contrats de ville devront comporter un volet contre le racisme et l'antisémitisme

Le Premier ministre Manuel Valls a présenté le 17 avril 2015 un plan de lutte contre le racisme et l'antisémitisme, doté de 100 millions d’euros sur trois ans et comportant une série de mesures axées sur la justice, l’école ou l’Internet. Les acteurs ...

Départements : les leçons de dix ans de transferts d’agents

L’expérience des départements, qui ont accueilli depuis dix ans plusieurs milliers d’agents de l’Etat, peut-t-elle servir aux mouvements d’agents à venir avec les lois Maptam et NOTRe ? En réponse, l’Observatoire social territorial de la MNT a réalisé ...

Imprimer

0

Commentaire

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Domaines juridiques Finances - fiscalité

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.