En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

0

Commentaire

Réagir
Imprimer

[Opinion] Simplification des normes

Réduire les normes pour devenir moins idiots

Publié le 14/02/2013 • Mis à jour le 03/06/2013 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

Imprimer

0

Commentaire

Réagir

Emmanuel Cattiau © P. Marais

Emmanuel Cattiau, Directeur général des services d’une commune de 9 000 habitants (surclassée 10 000 à 20 000 hab.)

 

Aujourd’hui, 400 000 normes s’imposeraient aux collectivités. Pourquoi ? Dans un système où la défiance l’emporte sur la confiance, notre culture française de la norme serait la parade suprême afin de lutter contre les défaillances.

Pour autant, si on y réfléchit bien, notamment dans le cas d’accidents graves, la norme arrive après. Arme absolue, semble-t-il, pourtant, celle-ci ne permet pas de prévenir les drames : souvenons-nous de la catastrophe routière de Beaune en 1982, de l’effondrement de la tribune du stade de Furiani en 1992 ou de l’incendie du tunnel du Mont-Blanc en 1999…
Dans ces cas, la norme existante a-t-elle empêché l’accident ? Non. Les défaillances sont humaines ou matérielles et les normes seront toujours inopérantes contre l’inattention, la bêtise et la cupidité.

Les collectivités et leurs agents sont censés connaître toutes les normes qui les concernent. La tâche est impossible. Dans un pays où les enfants sont les plus inhibés d’Europe face à la peur de se tromper, l’inflation de normes serait peut-être leur réponse inconsciente, une fois adultes, pour lutter contre celle-ci.
Rien de surprenant que les Français soient également les champions du monde du pessimisme… L’inhibition est l’une des raisons du mal-être.

Passer du système de la défiance à celui de la confiance - Réduire les normes serait effectivement indispensable mais l’autre chantier, vital à mon sens, serait de passer du système de la défiance à celui de la confiance, où l’erreur serait analysée pour progresser, contrairement à la faute qui est à sanctionner.
Le chantier passe donc par une réforme de l’enseignement, du système d’évaluation des élèves et de la formation des professeurs.

Et, poursuivant la logique dans le champ professionnel, il semble tout aussi important de compléter et systématiser la formation des agents et cadres territoriaux à la prévention des risques, toutes filières confondues.

En effet, la culture de la vigilance combinée au devoir d’alerte pourrait être les véritables armes contre l’inflation de normes. Cela représente un changement de paradigme qui valoriserait la responsabilité et la prise d’initiative individuelle et collective.
Sinon, nous continuerons à produire de la norme, tel l’idiot regardant le doigt et non la lune. La question essentielle à se poser serait alors : à qui profite la norme ?

Haut de page

Cet article est en relation avec

Aujourd'hui sur

les Clubs Experts de la Gazette

Incendies dans les ERP : un rapport prône une clarification réglementaire

Structurée autour de quatre codes, la prévention du risque incendie dans les établissements recevant du public (ERP) et les immeubles de grande hauteur (IGH) est souvent complexe et mal comprise. Dans un rapport, l’inspection générale de l’administration et ...

PLF 2015 : les députés créent une dotation pour l'investissement local

L'Assemblée nationale a adopté en première lecture, mardi 21 octobre, le projet de loi de finances pour 2015 par 266 voix contre 245. Les députés ont introduit une dotation de soutien à l'investissement local d'un montant de 423 millions d'euros issus des fonds ...

« Les maires doivent être davantage associés aux ZSP », Roger Vicot, président du FFSU

Dans un entretien au Club prévention sécurité, le nouveau président du Forum français pour la sécurité urbaine (FFSU) élu en juin dernier, Roger Vicot, maire PS de Lomme, fait le point sur les préoccupations des élus locaux. Au programme : la nouvelle donne ...

Baromètre Bien-être au travail 2014 : le malaise croissant des fonctionnaires territoriaux

Pour la troisième année, le baromètre « Bien-être au travail » réalisé par « La Gazette » et le cabinet conseil CaTTalyse, avec le soutien d’Intériale mutuelle, vient donner une image inédite de l’état d’esprit des fonctionnaires territoriaux dans ...

Imprimer

0

Commentaire

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Etat et collectivités localesNormalisation

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.