En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Ruralité

Avenir des campagnes : le Sénat tire la sonnette d’alarme

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

La Délégation à la prospective du Sénat est à l’origine d’un rapport sur l’avenir des campagnes présenté mercredi 23 janvier 2013. Si rien n’est fait, le scénario est catastrophique : appauvrissement, désertification accrue, baisse des infrastructures, fuite des entreprises, baisse du foncier agricole… « Inacceptable » pour Renée Nicoux (PS, Creuse), co-auteur avec Gérard Bailly (UMP, Jura) de cette étude qui émet des pistes de réflexion pour changer la donne.

 

« Aujourd’hui les infrastructures se font de grande ville à grande ville, on ne s’intéresse pas spécialement au fait que les campagnes en profitent aussi », souligne notamment Gérard Bailly (UMP, Jura).
Infrastructures, très haut débit, offre de santé… La liste est longue des domaines où les campagnes sont en souffrance et pourraient l’être encore plus dans les années à venir.

Premier impératif selon les sénateurs : la mutualisation. Le maître-mot pour l’avenir des campagnes est selon eux l’intercommunalité.
Les parlementaires proposent aussi de réaffirmer le rôle pivot de la commune et le principe de sa participation à toutes les structures de dialogue territorial.

Mutualisation et coordination - Sur la présence des services publics, ils souhaitent que ne soit pas modifié l’accès à un service sans concertation préalable avec les usagers, et de veiller à la coordination de toutes les modifications en cours au niveau du département.

La majeure partie de leurs préconisations sont en réalité plutôt consensuelles :

  • améliorer l’accès à la médecine en recourant à des mesures incitatives, aux maisons de santé, au salariat ou aux délégations de tâches, voire à des mesures coercitives ;
  • adapter certaines normes à la réalité des territoires pour libérer l’initiative et limiter les coûts, etc.

Sur la présence des services déconcentrés de l’Etat enfin, « il faut aussi être inventif, en mutualisant, en mettant en place des services payés par les départements, tels que l’Atesat », insiste Renée Nicoux (PS, Creuse).

Inégalité de traitement - La solution globale pour éviter l’asphyxie des campagnes : rééquilibrer les dotations en faveur des territoires ruraux et que l’Etat participe, en matière d’infrastructures, etc.
« Il y a une inégalité de traitement entre les territoires. Il y a ceux qui ont pu bénéficier des moyens pour des infrastructures, et ceux qui n’ont pas pu se développer car ils n’ont pas eu ces infrastructures », résume Renée Nicoux.

Quant au devenir de ces propositions, les sénateurs indiquent qu’ils ne manqueront pas de se positionner auprès de la ministre Cécile Duflot lors de la préparation du projet de loi sur l’égalité des territoires.

Références

Le rapport complet

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.