Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Décentralisation

Décentralisation : faisons simple et clair

Publié le 04/01/2013 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

Jean-Jacques de Peretti

Jean-Jacques de Peretti

Maire (UMP) de Sarlat (Dordogne) et ancien ministre

Il y a plus d’un an, j’ai remis au président de la République le rapport qu’il m’avait demandé sur la clarification des compétences des collectivités territoriales. Alors que le gouvernement réfléchit à un troisième acte de la décentralisation, largement inspiré des propositions de l’Association des régions de France, il me semble utile de rappeler des convictions que j’avais exprimées dans le rapport intitulé « La liberté de s’organiser pour agir ».

Tout d’abord, privilégier un schéma d’organisation unique ne répond plus à la diversité des territoires. Par exemple, le département du Rhône n’a plus grande signification ni utilité face au Grand Lyon, qui pourra efficacement reprendre l’ensemble de ses compétences, dans un cadre géographique rénové.

Dans les Bouches-du-Rhône, Marseille a besoin, pour se réaliser, de se projeter dans une métropole que les antagonismes locaux n’ont pas permis de créer.
A Guéret ou Gap, en revanche, le département est l’échelon le plus adapté pour apporter les réponses qu’appelle le milieu rural.
En Alsace et en Corse, une collectivité territoriale unique est pertinente.

Faire vivre les outils existants – La loi du 16 décembre 2010 a créé la plupart des instruments nécessaires à la mise en œuvre de projets de territoire. L’article 75 de cette loi a créé les schémas d’organisation des compétences et de mutualisation des services entre la région et le département.
Ceux-ci permettent – s’ils sont rapidement mis en place – d’aboutir à une organisation souple, adaptable et évolutive, et de mettre en place une profonde redistribution des rôles. Pourquoi s’en priver ?

Il est trop tard pour tenter de clarifier les compétences. Leur enchevêtrement est devenu inextricable et un effort de clarification ne parviendrait qu’à déclencher une gigantesque bataille entre les défenseurs de chacun des échelons, qui se solderait, comme d’habitude, par un quasi statu quo.
Il est de loin préférable de faire vivre les outils existants.

Dialogue apaisé et rénové – Toutes les lois de décentralisation (77 à ce jour !) sont paradoxalement issues du pouvoir central. Il ne serait pas absurde que la future loi soit la résultante d’un dialogue apaisé et rénové entre l’Etat et les collectivités.
Si nous voulons que la nouvelle dimension de la décentralisation à la française repose sur la diversité et la capacité créative de nos territoires, faisons simple et clair !

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Décentralisation : faisons simple et clair

Votre e-mail ne sera pas publié

Fred Maupin

04/01/2013 12h10

Avec tout le respect que l’on peut exprimer à un parlementaire, il me semble toutefois qu’un acteur majeur est un peu traité par dessus la jambe, l’électeur, la base même de notre démocratie si j’ai bien intégré mes cours de droit constitutionnel.

Car en l’espèce, et pour reprendre l’exemple de Jean-Jacques de Peretti, si le Grand Lyon, qui n’est pas une collectivité locale de plein exercice, et dont les membres ne sont pas élus au travers d’un scrutin direct distinct, se substitue dans l’ensemble de ses compétences au département du Rhône, sur quelle base démocratique cela s’appuie t-il ? Des élections municipales qui flèchent sans projet communautaire global ? des cantonales qui ne sont finalement qu’un décor en carton pâte ?

Oui, l’organisation administrative française est bien dépassée par un temps qui demande un agencement fin et réactif en matière de politique publique sur des territoires dont la cohérence d’action évolue au gré des domaines abordés.

Mais la solution est-elle, pour légitimer l’efficacité, d’oublier que des électeurs ont aussi leur mot à dire (et parfois crier) en privilégiant les contractualisations? Comment s’étonner alors de la désaffection des Français pour la chose publique, s’ils ne peuvent s’exprimer sur des projets et des choix portés par une instance qui en répondra in fine?

je n’ai pas de solution, juste des questionnements.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X