Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Retraite

Conseil d’orientation des retraites : une projection plus optimiste qu’en 2010

Publié le 21/12/2012 • Par Martine Doriac • dans : A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

I
I JPC-PROD - Fotolia
Le Conseil d’orientation des retraites a adopté mercredi 19 décembre 2012 son onzième rapport. Ses projections apparaissent plus favorables à long terme que les scénarii de 2010. Mais les besoins de financement à court terme sont amplifiés depuis 2011.

En conclusion de la Conférence sociale de juillet 2012, un nouveau diagnostic avait été demandé au Conseil d’orientation des retraites (COR). Rendues publiques le 19 décembre, les projections de ce dernier à l’horizon 2020, 2040 et 2060, offrent des perspectives modifiées par rapport à celles formulées en 2010, car elles intègrent les mesures prises depuis la réforme des retraites :

  • relèvement de l’âge de départ,
  • évolution de la durée d’assurance requise pour le taux plein,
  • retraite à 60 ans sous certaines conditions,
  • relèvement programmé de taux de cotisations.

Un besoin de financement moindre en 2020 – Pour bâtir ses hypothèses, le COR a formulé trois scénarii et deux variantes tenant compte de la législation actuelle, d’un taux de chômage moindre que le pic actuel, d’une progression de la productivité du travail, et de la durée d’activité de 41,75 ans instaurée par la réforme de 2003.

Avec un taux de fécondité en progression, de 1,95 enfant par femme, proche du renouvellement des générations, un solde migratoire de 100 000 personnes par an et un gain en espérance de vie d’un trimestre tous les deux ans, le besoin de financement du système de retraite passe de 14 milliards d’euros en 2011, soit 0,7 % de « PIB » (produit intérieur but, ou richesse nationale), à 21,3 milliards d’euros en 2017, soit 1 % de PIB, avec des variantes qui vont de 20,8 à 24,9 milliards en 2020.

« Il y a donc bien un besoin de financement en 2020, mais moins que ce qui apparaissait en 2010 où le besoin était estimé entre 1,8 et 2,1 points de PIB », a souligné Raphael Hadas-Lebel, président du COR, rappelant qu’« une projection n’est pas une prévision ».

Un rapport cotisants/retraités plus favorable – Essentiel pour la survie du système actuel de retraite par répartition, le rapport entre effectifs de cotisants et de retraités serait plus favorable à long terme que celui envisagé précédemment.

Le nombre de cotisants évoluerait ainsi de 25,7 millions en 2011 à 27 millions en 2020 puis entre 27,7 et 28,4 millions selon les hypothèses en 2030, et de 28,8 à 29,5 millions en 2060, alors que le nombre de retraités de droit direct s’échelonnerait de 15,1 millions en 2020 à 21,8 millions en 2060, soit une hausse de 1 % jusqu’en 2035, mais de 0,4 % ensuite.

Le rapport démographique de 1,65 cotisant par retraité serait maintenu jusqu’en 2020, puis passerait à 1,4 en 2040 sous l’effet du papy-boom et à moins de 1,35 en 2060.
Le rapport entre pension moyenne des retraités et revenu moyen des actifs serait plus faible qu’aujourd’hui. L’âge moyen de départ à la retraite serait supérieur de deux ans par rapport à 2011.
L’équilibre reviendrait, selon les hypothèses, à partir de 2040, 2050 ou 2060.

Une condition : l’augmentation de la productivité – 
« Sur la soutenabilité du système de retraite par répartition, la réponse que nous apportons n’est pas négative. On peut même arriver à des excédents, selon le scénario retenu. Mais l’équilibre à long terme sera très fortement lié à la situation économique et à l’augmentation de la productivité du travail, conditions du succès du système de retraite », a insisté le président du COR, dont le nouveau rapport, évitant tout scénario catastrophe, parie pour le long terme, sur une diminution du chômage et une hausse de la productivité et des salaires.

Auparavant, les besoins de financement seront-ils couverts par de nouvelles augmentations de cotisation ou par d’autres leviers tenant compte de dispositifs de solidarité et mesures d’équité à mettre en place ?
« Nous ne le disons pas. Ce sera aux décideurs de le décider ! » a prévenu le président du COR.

Douzième rapport le 21 janvier – Un douzième rapport, sous forme d’état des lieux plus qualitatif du système de retraite, devrait être livré le 21 janvier 2013.

Références

Le rapport du COR

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Conseil d’orientation des retraites : une projection plus optimiste qu’en 2010

Votre e-mail ne sera pas publié

BOBA

02/01/2013 01h31

Moralité, la réforme des retraites portée par Monsieur Sarkozy et le gouvernement Fillon a été bénéfique, bien qu’il faille encore faire des efforts pour garantir la pérennité du système de retraite tel que nous le connaissons.

Il serait donc irresponsable de la part de Monsieur Hollande et de son gouvernement socialiste de revenir sur cette réforme déjà effective et acceptée.

Appliquer les promesses de campagne de l’actuel président de la République constituerait une injustice énorme envers les jeunes et futures générations.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X