En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

0

Commentaire

Réagir
Imprimer

Grand Paris

Gouvernance du Grand Paris : les collectivités locales constatent leur désaccord

Publié le • Par • dans : Régions

Imprimer

0

Commentaire

Réagir

Les élus réunis au sein de Paris Métropole ne sont pas parvenus, lundi 17 décembre à se mettre d'accord sur la gouvernance du Grand Paris, deux jours avant une réunion avec le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et la ministre de la réforme de l'Etat Marylise Lebranchu.

 

Le comité syndical de Paris Métropole, qui devait adopter lundi 17 décembre au soir, à Nanterre, un livre blanc résumant les propositions communes de ses membres – 205 communes, mais aussi la région et les départements – s’est finalement séparé sans avoir voté le texte.

Le gouvernement prépare actuellement une réforme de la décentralisation, qui sera présentée en début d’année prochaine, devant comporter un chapitre sur la gouvernance de la métropole parisienne. Ce chapitre est pour l’instant vide, le gouvernement espérant un consensus entre les élus.

Clivages politiques et clivages entre collectivités locales - « C’est un échec collectif et personnel, que nous ne soyons pas parvenu à nous mettre d’accord sur un livre blanc », a commenté à la tribune le président de Plaine-Commune (Seine-Saint-Denis) Patrick Braouezec, qui achevait sa présidence lundi.

Les discussions ont achoppé sur un clivage géographique et un clivage politique, a expliqué au cours d’une conférence de presse M. Braouezec.
Les élus UMP avaient eu pour consigne de Valérie Pécresse, chef de file de l’UMP en Ile-de-France, de ne pas approuver le texte, a assuré un membre du bureau sous couvert d’anonymat.

Un clivage opposait, de plus, la région à la ville de Paris, le maire de Paris Bertrand Delanoë (PS) défendant la création d’une instance de gouvernance à l’échelle de la « zone dense », dont ne veut pas entendre parler le président de la région Ile-de-France Jean-Paul Huchon (PS).
« Il appartient désormais au gouvernement de trancher, et au Parlement de faire des choix », a affirmé M. Braouezec.

Quelle gouvernance ? A quelle échelle ? - Le président de la République François Hollande s’était engagé le 15 mai dans un discours prononcé à l’Hôtel de Ville de Paris à « créer les conditions nécessaires à l’émergence d’une métropole parisienne, capable d’affronter à l’échelle pertinente tous les défis qui se présentent à elle ».
Des discussions se sont engagées dans les mois qui ont suivi entre les élus de Paris Métropole pour parvenir à un consensus.

Le maire de Paris Bertrand Delanoë a tenté de défendre auprès des élus la création d’une instance de gouvernance ayant à l’échelle du coeur de l’agglomération des compétences en matière de logement, d’hébergement d’urgence, d’environnement, et à laquelle seraient contraintes d’adhérer les communes sous certaines conditions.

Jean-Paul Huchon avait reconnu publiquement la semaine dernière une divergence de vues avec M. Delanoë. « Nous ne savons pas gérer le problème du logement efficacement si nous ne prenons pas en charge la petite, la grande couronne et Paris, c’est-à-dire l’échelon régional. Nous avons (à ce sujet) une divergence avec Paris, ce sera arbitré par le gouvernement », avait-il déclaré.

Valérie Pécresse s’est félicitée dans un communiqué « de l’ajournement de la création d’une nouvelle strate dans le mille-feuilles francilien ».
« Cette décision répond aux inquiétudes de nombreux élus franciliens de droite, mais aussi de gauche, face au risque d’un nouvel échelon administratif aux compétences mal définies et entrant en conflit avec celles des collectivités existantes », a-t-elle commenté.

Les syndicats de services urbains veulent être représentés au comité

Les présidents de six grands syndicats de services urbains (1) ont fait part au président de Paris Métropole, dans un courrier daté du 14 décembre, de leur souhait d’être représentés au comité de la structure et «d’être pleinement partie prenante » aux réflexions sur l’acte III de la décentralisation et la gouvernance de la future métropole.

Ces syndicats de gestion annoncent en outre la création d’une « rencontre intersyndicale », à laquelle ils souhaitent que Paris Métropole s’associe. Rappelant que ces établissements « ont su (…) accompagner le développement de l’agglomération parisienne selon un modèle d’intervention moderne, performant, transparent et démocratique », leurs présidents entendent bien « contribuer à enrichir le débat » sur la construction de la métropole de demain.

Haut de page

Cet article est en relation avec

  • VoirRéduire

    Notes

    Note 01 - Sigeif (gaz et électricité), Sifurep (services funéraires), Sedif (eau), Sipperec (énergies et communications), Siaap (eaux usées), Syctom (déchets ménagers). - Retourner au texte

Aujourd'hui sur

les Clubs Experts de la Gazette

"Smart water" : comment le partenariat entre Veolia et IBM préfigure l’évolution des services urbains

De nouvelles solutions techniques apparaissent pour aller vers la ville intelligente, telles celles proposées désormais par Veolia et IBM qui ont croisé leurs expertises spécifiques. Pour les collectivités, ces produits ainsi que les services proposés par ces ...

Unir ses forces pour s’adapter à la rupture financière

A l’initiative de l’Assemblée des communautés de France (ADCF) et de l’université Paris-Est-Créteil, un réseau d’acteurs pluridisciplinaires spécialistes des finances locales vient d’être créé. Sa mission : mobiliser toutes les ressources, notamment ...

Violences faites aux femmes : le gouvernement s'attaque à la formation des professionnels

A l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes, ce 25 novembre, le gouvernement fixe les nouvelles priorités de son 4ème plan interministériel (2014-2016). Au cœur de ses préoccupations : la mise en place d'outils de formation ...

Congrès des maires - La réduction des effectifs, une priorité pour les élus locaux

Interrogés en marge du congrès des maires 2014, des élus locaux de tous bords politiques font part du fait que leurs difficultés financières rejaillissent sur la gestion des ressources humaines. Le mot d'ordre qui semble majoritaire : il faut réduire la masse ...

Imprimer

0

Commentaire

Réagir

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.