Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Grand Paris

Paris Métropole : Patrick Braouezec fait le bilan

Publié le 14/12/2012 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : A la une, France

BRAOUZEC2
P. Marais
Le syndicat de l’agglomération-capitale, désormais composé de 203 collectivités et intercommunalités, a organisé cet automne une série de débats publics. Ce vendredi 14 décembre 2012 à la Mutualité, a lieu une soirée de restitution de ces échanges. Le 17 décembre, le syndicat mixte présentera son livre blanc. Avant de passer la main à Philippe Laurent (UDI), son président (ex-PCF) Patrick Braouezec dévoile les principales propositions de Paris Métropole. Interview.

3 000 participants aux débats publics

Quel bilan tirez-vous des réunions publiques organisées cet automne par Paris Métropole ?

Ces 17 débats, nés des réflexions communes des élus, de l’Atelier international du Grand Paris (AIGP) et des acteurs socio-économiques ont attiré plus de 3 000 personnes.

C’est un bon bilan pour un sujet, la métropole, considéré comme aride. C’est aussi, je crois, une reconnaissance de la méthode de travail de Paris Métropole fondée sur la construction d’un projet commun qui transcende les clivages politiques.

Les élus n’ont-ils pas monopolisé les débats ?

Non, excepté peut-être là où ils n’avaient pas pu avoir lieu à l’intérieur des conseils municipaux. Je retiens, notamment que des voix citoyennes se sont élevées pour dire que le centre de la métropole n’est pas que Paris, mais qu’il existe plusieurs centres, comme celui que ma communauté d’agglomération de Plaine Commune construit autour du Stade de France.

Une métropole dotée d’un métro(1)

« Il ne peut y avoir de Métropole sans métro », a mis en garde Christian Favier, président (PCF) du conseil général du Val-de-Marne le 5 décembre.
Etes-vous aussi inquiet pour l’avenir du projet de transports Grand Paris Express ?

Le gouvernement a indiqué que le projet ferait l’objet d’un phasage. Ce n’est pas une surprise. Nous savons tous que tout ne peut être fait d’un seul coup. J’aurais souhaité que le premier milliard destiné à capitaliser la société du Grand Paris (NDLR : en charge de la construction du Grand Paris Express) soit inscrit dans la loi de programmation budgétaire 2013-2015, mais cela ne change pas tout.
La ligne budgétaire est là. 500 millions sont prélevés chaque année.

Je ne suis pas de ceux qui scandent « le milliard, le milliard », comme « le poumon, le poumon » dans « Le Malade imaginaire » de Molière. Ce que je retiens de ces dernières semaines, c’est que le gouvernement a réaffirmé que le réseau de transports serait réalisé dans sa totalité, c’est-à-dire que seraient desservies des populations aujourd’hui éloignées des transports comme celles de Clichy-Montfermeil et Sevran.

Avez-vous soutenu la grève de la faim du maire (EELV) de Sevran, Stéphane Gatignon dirigées contre les « égoïsmes locaux » au sein de la métropole ?

Non, je n’étais pas d’accord avec la forme prise par son action. La grève de la faim est un combat ultime qui mène parfois jusqu’à la mort, comme ce fut le cas de l’Irlandais Bobby Sands dont une rue de Saint-Denis porte le nom.

Stéphane Gatignon serait plus utile s’il participait aux travaux de Paris Métropole en faveur de la péréquation. C’est sous notre impulsion que le Fonds de solidarité des communes de la région Ile-de-France a été renforcé, notamment au profit de Sevran.

De Paris Métropole au pôle métropolitain

Qu’attendez-vous de l’acte III de la décentralisation ?

Nous souhaitons que les trois départements de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne) soient couverts en intercommunalités à fiscalité propre avant le 1er janvier 2016.
Les conditions seront alors réunies pour créer le 1er janvier 2017, soit à mi-mandat municipal, un pôle métropolitain rassemblant la région, les huit départements et les communautés d’agglomération du cœur de la métropole.

Cette fédération a vocation à intervenir dans le secteur du logement et de la solidarité, en particulier pour ce qui concerne l’hébergement d’urgence.
Elle serait à même d’assurer la péréquation, demandée à juste titre par le conseil général de Seine-Saint-Denis.

Pourquoi y associer la région et les départements de la grande couronne ?

Nous ne voulons pas d’une région à double vitesse dont pâtiraient les territoires de deuxième et troisième couronnes. De ce point de vue, nous avons apprécié les déclarations de Cécile Duflot fin novembre (NDLR : ministre de l’Egalité desterritoires et du logement) en faveur de la généralisation les contrats de développement territorial.

N’est-ce pas la fin de la logique des pôles de croissance du Grand Paris autour des principales gares du Grand Paris Express et le triomphe du saupoudrage ?

Mais où se trouve la logique, quand le flou règne sur le financement des actuels 17 CDT ? La proposition de Cécile Duflot vise simplement à offrir à tous des perspectives sur quinze ou vingt ans à partir d’objectifs partagés entre les collectivités et l’Etat.

Des réglages à trouver avec la région

Dans le secteur du logement, l’intervention du pôle métropolitain n’est-elle pas incompatible avec l’autorité organisatrice régionale qu’appelle de ses vœux le président(PS) de l’Ile-de-France, Jean-Paul Huchon ?

Aujourd’hui, la région Ile-de-France n’a pas de compétence logement. Mais je ne vois pas d’inconvénient à ce qu’elle fixe des orientations dans ce domaine. Cela s’inscrirait dans la logique du schéma directeur de la région Ile-de-France (Sdrif).

Le pôle métropolitain, qui s’inscrirait dans ces orientations régionales, serait une autorité organisatrice du logement disposant de pouvoirs contraignants sur la construction de logements.

Comment Jean-Paul Huchon, partisan d’une autorité organisatrice du logement au niveau régional, pourrait-il être favorable à cette autorité organisatrice métropolitaine ?

Je ne suis pas certain qu’il soit tout à fait d’accord. Le sujet sera encore sur la table après le vote du projet de loi que prépare Marylise Lebranchu (NDLR : ministre de la Réforme de l’Etat, de la décentralisation et de la fonction publique).

L’important, c’est d’engager le processus. Nous souhaitons que le texte fixe des échéances de discussion pour la métropole à moyen terme, un peu sur le mode de ce qui s’est passé dans des circonstances dramatiques pour la Nouvelle-Calédonie.

C’est ce que nous demanderons dans notre Livre blanc qui sera présenté le 17 décembre. A cette occasion, le maire centriste de Sceaux (Hauts-de-Seine), Philippe Laurent me succèdera.
Le principe de l’alternance politique et géographique consubstantielle à Paris Métropole sera, une fois de plus, respecté.

Cet article est en relation avec les dossiers

Notes

Note 01 Cette interview a été réalisée avant la remise du rapport Auzannet. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Paris Métropole : Patrick Braouezec fait le bilan

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X