Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Climat

Il faut « anticiper les changements climatiques à l’échelle régionale » selon le climatologue Hervé Le Treut

Publié le 12/12/2012 • Par Claudine Farrugia-Tayar • dans : Dossiers d'actualité, France • Source : COP 21

Le climatologue Hervé Le Treut, auditionné mercredi 12 décembre 2012 par la commission « développement durable » de l’Assemblée nationale, a apporté son éclairage aux élus, et recommandé notamment aux collectivités locales, et en particulier les régions, de multiplier les expertises.
EN PARTENARIAT AVEC sponsor du dossier Il faut « anticiper les changements climatiques à l’échelle régionale » selon le climatologue Hervé Le Treut

« Le diagnostic régional, en matière de changement climatique, est plus difficile à réaliser, en raison des interactions qui peuvent exister à l’intérieur d’un territoire. Par exemple dans le sud de la France, les incertitudes portent sur les épisodes de sécheresse, ou de crues prévisibles », a expliqué le climatologue Hervé Le Treut, lors de son audition par la commission de développement et d’aménagement durable, le 12 décembre, à l’Assemblée nationale.

Très attendues, les conclusions de ce spécialiste, qui est également directeur de recherche à l’Ecole Polytechnique de Paris et au CNRS, devraient permettre aux collectivités d’y voir clair.
De fait, le climatologue a participé à la conférence de Doha, en tant que chercheur attaché aux travaux du GIEC.

Clarification – « Nous sommes à 9 milliards de tonnes de carbone diffusées dans l’atmosphère par an, a expliqué Hervé Le Treut. Cela pose un double problème, car en France, cela signifie un relèvement du niveau de la mer de + 30 centimètres par siècle. Cela entraîne une certaine vulnérabilité de l’agriculture, notamment dans les régions de basse, et moyenne montagne, qui vont connaître des étagements des systèmes naturels. »

Autre vulnérabilité, celle des régions littorales, en particulier celles qui sont situées autour du bassin méditerranéen. Cyclones et typhons pourraient ainsi survenir, d’autant que selon ce spécialiste, les modèles de calcul, qui servent à simuler ces épisodes, posent aussi question : « La notion de modèle est générique. Les modèles climatiques sont calés partiellement sur des évènements passés. Il existe 1 000 études sur les modèles de simulation, et la difficulté de les analyser ! »

Eléments de surprise – En France, les élus ne sont pas à l’abri d’éléments de surprise : « Ainsi, la canicule de 2003 pourrait se reproduire tous les 3-4 ans. On constate aussi des phénomènes d’érosion, en particulier sur le littoral aquitain qui a tendance à reculer à cause de la puissance des vagues. »
Faudra-t-il abandonner certaines parties du territoire, comme les Pays-Bas l’ont fait avec des polders, s’interroge aussi Hervé Le Treut.

Régions chefs de file – Pour appréhender au mieux ces changements climatiques, les collectivités locales, et en particulier les régions, devront multiplier les expertises, et créer des lieux de partage des connaissances, recommande-t-il.

Et alors que la conférence de Doha a été qualifiée par les députés présents de « n-ième fiasco », tout le monde s’accorde à dire que le réchauffement climatique a des origines naturelles, et des origines anthropiques.

En résumé, « il faudra que les collectivités favorisent des solutions de résilience, pour anticiper les changements climatiques à l’échelle régionale. » Par exemple, choisir dans le Sud de la France des essences d’arbres qui s’adaptent à la fois aux crues et à la sécheresse…

Cet article fait partie du Dossier

Climat : Pourquoi les experts défendent un rôle accru des collectivités locales

Sommaire du dossier

  1. A quelles conditions la COP 21 sera-t-elle un succès ?
  2. Stuttgart, Manchester : deux exemples de villes « zéro carbone » à méditer
  3. COP 21 : L’accord international est signé, le travail de terrain continue
  4. Climat : l’appel des maires pour un accord plus ambitieux
  5. « Les maires peuvent sauver le monde, laissons-les faire »
  6. « Une organisation mondiale des villes devrait siéger à la Cop21 »
  7. Climat : « Toutes les régions de France seront touchées, les mesures d’adaptation doivent être localisées »
  8. Climat : un train d’avance pour le pays ch’ti
  9. Climat : « Les collectivités du Sud ont beaucoup à nous apprendre »
  10. « Les collectivités locales sont les premières prises à la gorge par le changement climatique »
  11. « Plus vite les collectivités se saisiront de la loi, plus vite nous verrons les outils à améliorer »
  12. « Les collectivités doivent faire encore plus de bruit sur la COP21 » – Matthieu Orphelin, porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot
  13. Il faut « anticiper les changements climatiques à l’échelle régionale » selon le climatologue Hervé Le Treut
  14. « Il faut que le pouvoir énergétique soit décentralisé », Claire Roumet, directrice générale d’Energy Cities
  15. Marie-Monique Robin : « L’autonomie alimentaire et énergétique sera facteur de résilience »
  16. Climat : le chemin accompli, de Copenhague à Paris
  17. « L’adaptation au changement climatique implique d’inventer de nouvelles formes de management public »
3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Il faut « anticiper les changements climatiques à l’échelle régionale » selon le climatologue Hervé Le Treut

Votre e-mail ne sera pas publié

Jeandetaca

03/05/2013 10h32

Pourquoi le treut annonce 30 cms de hausse de la mer par siècle? Ce chiffre est clairement le plus bas de toutes les prévisions des scientifiques. Hansen, le climatologue le plus connu, lui pense que d’ici 2100 il y aura entre 1 ou 2 metres de montée de mer; c’est quand meme tres différent!

marc

05/04/2014 05h58

Se sont les avions et surtout les traînées qu’ ils laissent dans le ciel,
qui participe au réchauffement de la planète, sans compter les milliers de tonnes de gaz d’ échappement soufré et de micro particule de carburant hautement cancérigène…

Les traînées blanches ,finissent par former un brouillard , qui entour la terre. au dessus de ce brouillard survol les gaz d’ échappement couleur rouille, ce qui commence à former une couverture planétaire…

– cette couverture, empêche la ventilation naturelle de la terre…
– elle empêche aussi l’ évaporation de l’ eau des mer, donc , pas d’ évaporation d’ eau de mer ,pas de pluie ,pas de neige…
plus de saison…
donc ,les avions provoquent un bouleversement climatique…

-Vous allez devoir faire face à trois gros problèmes:

– 1 :un bouleversement climatique

—qui sera un réchauffement du a cette couverture de brume ,
vapeur d’ eau du à la condensation de l’ air froid sur la chaleur des réacteurs..
—- un refroidissement…
car les rayons du soleil ne pourront plu réchauffer la terre ,a cause de cette brume d’ avions

2-: le réchauffement de la terre qui va produire des cataclysmes…

Très simplement que cette couverture qui empêche la ventilation de la planète, la planète va donc se réchauffer,
Des volcans éteint se retrouvent en activités…
l’ activités de ces volcans va activer le déplacement des continents donc des tremblements de terre sont à prévoir.
mouvements tectoniques.

La fonte rapide des glaciers , du a cette couverture nuageuse artificiel et au dépôts gazeux des gaz d’ échappements acide …
– donc plus de glaciers ,plus d’ eau douce….la soif.

cette acidité ,brûle déjà nos arbres,suffit d’ observer la nature pour le voir.

et augmente l’ acidité des mers , car cette brume se dépose de 3 façons:
sur les zones froides..
terre refroidies.
les glaces et les neiges.
les mer…

– 3 : l’ augmentation du niveau des mers…
fadaise de raconter d’ une augmentation en centimètres du niveau des mer…

le mètre serait plus proches de la réalité, ici la mer a avancée de 20 métres en trois ans…

—Donc , si vous avez réellement l’ intention de sauver la planète.

vous devez absolument faire arrêter les vols d’ avions long courriers de 5000 à 10 000 mètres.

– vous devez absolument faire mettre en place des vols intérieur par avions à hélice…

Les avions à hélice crérons aussi des traînées blanches , mais comme l’ avion volera plus bas , la condensation de l’ eau se transformera plus rapidement en gouttelettes d’ eau, alors qu’ actuellement les avions volant trop haut, la vapeur d’ eau se transforme en cristaux de glace et ce qui forme actuellement des nuages artificiels …

se sont ses nuages artificiels avec des courants de vent ascendant et descendants qui provoquent des orages catastrophiques accompagnés de gros grêlons pouvant peser parfois plus d’ un kilog, de bourrasques de vent pouvant parfois créé une tornade…

-OUI ,il serait temps qu’ un vrai écologiste ai le courage de dire devant les média la réalité qui est cachée pour les avions…

–Bon courage et le pire est à venir…

marc

06/04/2014 04h25

Bonjour

Dans une diffusion du Parisien du 16 Mars 2014…

Sur la N 2, à hauteur de l’aéroport de Roissy, les voitures aux plaques paires étaient bien rares lundi tandis que les avions continuaient sans restriction à décoller et à atterrir toutes les trente secondes aux heures de pointe. L’article 181 de la loi Grenelle II du 12 juillet 2010 permet pourtant de diminuer le trafic aérien en cas de pic de pollution prolongé.

Le kérosène, le carburant utilisé par les avions, est en effet semblable au gazole. Mais, contrairement aux voitures, les avions n’ont pas de filtre à particules … A eux trois, les aéroports de Roissy, du Bourget et d’Orly émettent autant de dioxyde d’azote que le périphérique, a ainsi établi Airparif.

« Les avions sont aussi fautifs que les voitures et on n’entend rien sur une réduction de trafic, soupire Sylvie. Mais comment lutter contre une aussi grosse machine ? » « Les avions polluent aussi et on n’interdit aucun vol ! », renchérit Marie-Claire, habitante de Saint-Mard, à l’est de Roissy. Et puisque les automobilistes font des efforts, pourquoi pas les usagers des avions ? « Suspendre les liaisons internationales, c’est compliqué, admet Thierry. Mais sur les vols nationaux, comme il y a des trains, on peut faire quelque chose. »

– Donc , vous savez très bien que les avions sont responsable de la pollution des gaz d’ échappement.

La pollution liée au trafic aérien:

-Consistance de ses gaz d’ échappement d’ avions:

Les principaux polluants sont les oxydes d’azote (NOx=NO2+NO), le monoxyde de carbone (CO), des hydrocarbures imbrûlés (HC) et composés organiques volatiles (COV) dont le benzène, des suies – vocable retenu par l’industrie pour les particules fines (PM), du dioxyde de soufre (SO2), de la vapeur d’eau (H20), du dioxyde de carbone (CO2) et enfin l’ozone (O3), non émis directement, mais résultant de réactions photochimiques entre les NOx, HC et COV.

Parler de la pollution des avions, c’est en fait aborder deux thèmes principaux :

– d’une part, contribution au réchauffement climatique de la planète,
– et, d’autre part, pollution chimique et problèmes de santé pour les populations survolées.
En effet, la pollution des avions se situe à plusieurs niveaux
La pollution locale directe : elle affecte les usagers des aéroports et les populations survolées en phases approche/décollage, elle comporte essentiellement du CO, des hydrocarbures imbrûlés au roulage et des COV, NOx et des particules fines. Cettepollution a un fort impact sur la santé publique.

La pollution d’altitudes intermédiaires :
il s’agit de pollution au dioxyde de soufre (SO2) induisant les pluies acides, et de réactions photochimiques dont les précurseurs sont les NOx et les HC et COV générant de l’ozone troposphérique, qui va aussi jouer un role au niveau global.

La pollution globale, avec un phénomène majeur : l’effet de serre lié aux émissions de dioxyde de carbone (CO2), aux traînées de condensation, aux NOx.

Le bouleversement climatique par un réchauffement climatique

Le réchauffement climatique est l’objet d’une communication
fallacieuse et de manipulations par le lobby des avions concernant l’impact véritable de l’aviation sur l’effet de serre.
Les manipulations les plus courantes consistent à ne parler que du CO2 et encore en se référant à des chiffres, à savoir 2 % de la contribution globale, qui remontent à 1990/1992. Ce faisant, on omet le rôle joué par les NOx, les traînées de condensation et leur impact sur la formation des cirrus, nuages de haute altitude qui empêchent notamment le refroidissement de la terre pendant la nuit.
On peut estimer aujourd’hui que l’impact réel de l’aviation sur le réchauffement climatique global est plutôt de l’ordre de 4 à 8 %.
Cela est d’autant plus inquiétant que le trafic aérien croit beaucoup plus vite que les autres activités humaines participant à l’effet de serre.

Les acteurs du transport aérien poursuivent une course effrénée à la croissance.
Un taux annuel de 5 % au niveau mondial d’ici à 2030 est couramment mentionné.

les émissions de gaz à effet de serre dues au trafic aérien international ont augmenté de 86% dans l’UE et, d’après les projections de la Commission européenne, cette augmentation devrait atteindre les 150% d’ici à 2012 si aucune mesure n’est prise! L’aviation, activité internationale, donc plus difficile à réglementer, a échappé complètement au protocole de Kyoto !…

De nombreuses études démontrent le rôle joué par la pollution atmosphérique dans les problèmes de santé publique. Le nombre d’hospitalisations d’enfants de moins de 15 ans pour asthme en Île-de-France a augmenté de 6 % en 2006 par rapport à 2005 ! Parce que le kérosène est proche du gazole quant aux émissions résultant de la combustion, les problématiques seront les mêmes : hydrocarbures imbrûlés et COV + NOx et particules fines (PM)….

. la communauté de l’aviation doit maintenant prendre à bras-le-corps les problèmes liés à l’accroissement des vols commerciaux. « On ne peut faire du business as usual quand on sait qu’on va doubler le trafic d’ici une vingtaine d’années maximum », a fait valoir M. Benjamin,

-Donc vous savez les conséquences graves et catastrophiques pour la planète ,
et vous savez aussi qu’ ils ont l’ intention de doubler ,voir tripler les vols
aériens…

Et ,vous , bien assis dans votre fauteuil au bord de la piscine vous nous pronnez de faire cela:

Régions chefs de file – Pour appréhender au mieux ces changements climatiques, les collectivités locales, et en particulier les régions, devront multiplier les expertises, et créer des lieux de partage des connaissances, recommande-t-il.

Et alors que la conférence de Doha a été qualifiée par les députés présents de « n-ième fiasco », tout le monde s’accorde à dire que le réchauffement climatique a des origines naturelles, et des origines anthropiques.

En résumé, « il faudra que les collectivités favorisent des solutions de résilience, pour anticiper les changements climatiques à l’échelle régionale. » Par exemple, choisir dans le Sud de la France des essences d’arbres qui s’adaptent à la fois aux crues et à la sécheresse…

….De planter des arbres pour combattre le bouleversement climatique.

–En sachant que se sont les avions qui forment par leur gaz d’ échappement soufré ,des pluies acide…

….Vous feriez bien de changer de métier…La honte…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X