Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Droits des femmes

Najat Vallaud-Belkacem veut généraliser les bonnes pratiques des collectivités locales

Publié le 10/12/2012 • Par Stéphanie Stoll • dans : France

La décentralisation a favorisé l’égalité entre les femmes et les hommes, a assuré l’universitaire rennaise Annie Junter à la ministre des Droits des Femmes, Najat Vallaud-Belkacem, jeudi 6 décembre en Côtes-d’Armor. Le lendemain, la ministre signait, à Rennes, une conventions-cadre avec la région Bretagne, l’une des neuf régions retenues pour expérimenter de nouvelles dispositions pour l’égalité professionnelle.

Jeudi 6 décembre, à Binic (Côtes-d’Armor), Annie Junter, universitaire et juriste rennaise, a exposé à Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, le « modèle breton » d’égalité entre les femmes et les hommes, un modèle qui repose sur un réseau de femmes engagées, sur le soutien politique d’acteurs éclairés et sur les dynamiques liées à la décentralisation.

Interaction permanente entre les collectivités et les associations – L’ancienne députée et conseillère générale des Côtes-d’Armor, Danielle Bousquet, que la ministre vient de nommer à la présidence du Haut Conseil pour l’égalité des femmes et des hommes, fait partie de ces « femmes engagées ». « Nous avons saisi les opportunités pour les droits des femmes et aujourd’hui, expose Mme Bousquet, les universitaires nous montrent qu’à partir de 1982, la décentralisation a été l’une de ces opportunités. Le travail associatif de terrain a conduit le politique à s’investir, ce qui a permis l’émergence d’une expertise associative sur cet enjeu. Ensuite, par une interaction permanente, chacun renforce l’autre. »

Nouveau scrutin aux cantonales – Le scrutin binominal paritaire, sur des circonscriptions élargies, qui s’appliquera aux cantonales de 2015 constituera une nouvelle opportunité pour féminiser des assemblées qui n’accueillent encore que 13% de femmes (25% en Côtes-d’Armor).
« Il faut que les conseils généraux anticipent la situation, poursuit Mme Bousquet. L’essentiel du travail domestique repose sur les épaules des femmes et si on n’anticipe pas, les femmes se battront pour les droits des femmes et la défense de l’intérêt général reviendra encore aux hommes. Les femmes sont aussi compétentes pour parler des transports urbains ou de la politique économique ! Si on veut qu’elles prennent leur place entière, il faut leur donner les moyens de le faire. »

Accéder aux exécutifs – « Une fois que la parité dans les assemblées sera acquise, la question suivante est l’accès à l’exécutif, », ajoute Claudy Lebreton, président de l’assemblée costarmoricaine et de l’Assemblée des départements de France. En effet, seulement 13,8% des maires de France sont des femmes ; trois femmes (3%) président un conseil général (Pyrénées-Orientales, Haute-Vienne et La Réunion) et trois femmes tiennent une région (Guadeloupe, Franche Comté et Poitou Charentes). M. Lebreton estime également que l’application du non cumul des mandats créera de nouvelles opportunités pour les femmes en politique.

Généraliser les bonnes pratiques – Jeudi à Binic, les acteurs de terrain ont appelé à la généralisation des bonnes pratiques, à un meilleur suivi statistique des phénomènes sociaux liés à l’égalité entre les femmes et les hommes (rares sont les statistiques portant sur le genre).

La ministre a répondu aux associations qu’elle avait entendu leur appel pour une contractualisation pluriannuelle des financements publics. Elle a aussi réitéré son souhait de généraliser les bonnes pratiques des collectivités locales, notamment en matière de violences faites aux femmes. D’ailleurs, le vendredi 7 décembre, elle signait à Rennes deux conventions pour la promotion de l’égalité professionnelle, l’une avec la région (Avec l’Aquitaine, le Centre, l’Ile-de-France, Midi-Pyrénées, le Nord-Pas-de-Calais, Poitou-Charentes, Rhône-Alpes et la Réunion, la Bretagne fait partie des neuf régions qui expérimentent de nouveaux dispositifs d’égalité professionnelle.)) et la seconde avec la ville et la communauté d’agglomération de Rennes.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Najat Vallaud-Belkacem veut généraliser les bonnes pratiques des collectivités locales

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X